Gélotologie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Gélothérapie)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La gélotologie (du grec γέλως gelos "le rire") est l'étude du rire et de ses effets sur le corps, cette discipline s'effectue dans une perspective psychologique et neuroscientifique. Ses partisans prônent souvent les vertues thérapeutiques du rire dans le cadre de la médecine alternative. Le champ d'étude a été lancé par William F. Fry de l'Université de Stanford[1]. La gélothérapie est une application de la gélotologie dans le domaine de la médecine. Ses promoteurs la qualifient parfois de « rigolothérapie » ou de « rirothérapie » ; ils la présentent souvent comme une médecine complémentaire ayant des fondements thérapeutiques.

Étymologie et définition[modifier | modifier le code]

Le mot gélothérapie vient du grec « gelos » (rire) et du mot thérapie, signifiant cure ou traitement. De même, dans le mot gélotologie, le suffixe -ologie signifie étude.

Causes du rire[modifier | modifier le code]

Nous rions non seulement quand nous sommes heureux, mais aussi quand nous sommes nerveux, effrayés ou chatouillés. Quand on se moque de quelqu'un, le rire exprime de l'agressivité tandis que rire ensemble au lit peut être l'expression d'excitation sexuelle[2]. Certains psychologues distinguent 18 types différents de sourires[3], mais une seule variante est l'expression d'un plaisir honnête et spontané.

Histoire[modifier | modifier le code]

Recherches scientifique[modifier | modifier le code]

Au XXe siècle, l'étude du rire est principalement constituée de thèses, comme celles de philosophes tels que Henri Bergson. Il semble que le terme de "gélotologie" apparaît au XXIe siècle, parallèlement à l'essor des neurosciences et de la psychologie.

La gélotologie a d'abord été étudiée par des psychiatres comme une forme de médecine nommée gélothérapie. Aujourd'hui un certain nombre de thèses francophones de médecine[4] et de psychiatrie ont été consacrées à la gélothérapie[5],[6],[7]. L'une des premières études qui a démontré l'efficacité de rire dans un milieu clinique suggère que le rire peut aider les patients atteints de dermatite atopique et qu'ils sont moins sensibles aux allergènes[8].

En France, cette discipline reste assez méconnue et le terme de gélotologie ne figure pas dans la majorité des dictionnaires.

Thérapies[modifier | modifier le code]

Contemporaine[modifier | modifier le code]

L'association loi Le rire médecin est créée en 1991 en France pour employer des clowns hospitaliers dans les services pédiatriques. En 2017, ses clowns ont joué plus de 80 000 spectacles personnalisés aux enfants, à leur famille et aux soignants.

Depuis le début des années 80, le docteur Patch Adams affirme que « les patients plus détendus et joyeux réagissaient mieux aux traitements, acceptaient plus facilement les soins »[9]. Convaincu que le rire, la joie et la créativité font partie intégrante du processus de guérison, Patch Adams veut redéfinir le concept d'« hôpital »[10] et crée l'insitut Gesundheit! en 1971

Le journaliste Norman Cousin témoigne dans son livre autobiographique "Comment je me suis soigné par le rire" de sa guérision par les médecins Patch Adams et Madan Kataria et de l'effet placebo du rire.

Antiquité[modifier | modifier le code]

En Grèce antique, le rire était encré dans les mœurs et des notes rapportent que des hôpitaux ont été construits près des théâtres, les patients qui entendaient le rire et la joie du public, récupéreraient plus rapidement.

Législation[modifier | modifier le code]

Des textes législatifs et réglementaires encadrent cette pratique de thérapie par le rire[11].

Effets[modifier | modifier le code]

Élimination de la douleur[modifier | modifier le code]

Des études sur la Gélotologie ont montré que les patients souffrant de douleurs après seulement quelques minutes de rire se sentaient soulagé pendant plusieurs heures. En outre, le rire améliore la circulation sanguine et empêche ainsi les maladies cardiovasculaires[12],[13].

Système immunitaire[modifier | modifier le code]

L'immunologiste américain Lee S. Berk a découvert que les taux d'interféron gamma, de cellules immunitaires et d'anticorps augmentent dans le sang des personnes qui rient. Par exemple, même quelques jours après avoir regardé un film ayant fait rire, on peut observer que le système immunitaire est renforcé.

Stress[modifier | modifier le code]

« Le rire est le plus grand ennemi du stress » écrit Erika Kunz. Les hormones du plaisir, appelées endorphines, sont libérées pendant le rire. Même sous les tensions du travail, les tensions seraient ainsi relâchées. Le rire est même censé aider à lutter contre la constipation, les maux de tête et l'insomnie, explique Kunz[14],[15].

Thérapies par le rire[modifier | modifier le code]

Médecins clowns[modifier | modifier le code]

Les recherches en gélotologie ont conduit à la création de « médecins clowns », en France par la loi rire médecin en 1991.

De plus en plus de psychologues et de médecins s'occupent de l'application thérapeutique de l'humour et du rire dans les hôpitaux et pendant la thérapie[16].

D'un point de vue psychosomatique, l'effet bénéfique du rire sur la santé consiste principalement à surmonter l'adversité. Ainsi, le rire peut permettre de s'évader lors d'une situation apparemment insurmontable. Lorsque les liens d'une situation stressante sont reconnus, la tension intérieure est relâchée sous forme de rire.

Ce sont des guignols qui interrogent les médecins sur l'état des patients et, après consultation avec les médecins, réconfortent et écoutent les problèmes des patients. Le but des clowns est de détendre l'atmosphère souvent lugubre de la clinique en faisant rire les patients et ainsi contribuer à leur rétablissement. Il y a maintenant des médecins clowns dans le monde entier, en particulier aux États-Unis et en Europe[17],[18].

Yoga du rire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Yoga du rire.

Le yoga du rire est un concept assez récent, fondé par le cardiologue Indien Madan Kataria. L'exercice consiste en des techniques respiratoires, de relaxation et de rire, souvent basé sur la contagion émotionnelle.

Salle de rire[modifier | modifier le code]

Certains hôpitaux disposent d'une salle de rire, où les patients adultes ou enfants peuvent visionner des films drôles, lire des livres et des bandes dessinées comiques ou écouter des CD et des cassettes humoristiques.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Charmaine Liebertz, « A Healthy Laugh », Scientific American,‎ (lire en ligne)
  2. « Humour et érotisme dans l'antiquité » [PDF] (consulté le 6 janvier 2019)
  3. « Les 18 types de sourires », sur cliniquedentairecharlestrottier.com (consulté le 6 janvier 2019)
  4. Brigitte Rimlinger, Pourquoi rit-on ? : Approche psychopathologique et séméiologique du rire en neuro-psychiatrie (thèse d'exercice à la faculté de médecine de l'université de Montpellier), Montpellier,
  5. « Gélothérapie | Résultat de la recherche : Christophe Flatet, La gélothérapie : intérêt thérapeutique du rire en médecine psychosomatique, thèse d'exercice, faculté de médecine de Nancy, 1989 », sur www2.biusante.parisdescartes.fr
  6. « Laugh therapy in paediatrics - OpenGrey », sur hdl.handle.net (consulté le 6 juillet 2018)
  7. « L'influence du rire sur l'organisme et son implication en pathologie neurologique - OpenGrey », sur hdl.handle.net (consulté le 6 juillet 2018)
  8. D'autres études[Lesquelles ?] ont montré que le rire peut aider à soulager le stress et la douleur, et peut aider à la réadaptation cardio-respiratoire.
  9. « Rions ensemble pour une vie meilleure » (version du 28 février 2014 sur l'Internet Archive)
  10. (en) « Gesundheit! Insitute », sur patchadams.com (consulté le 6 janvier 2019)
  11. « Décret du 29/07/2004 relatif à la profession infirmière ; Charte de l’enfant hospitalisé encadré par le code de la Santé Publique et l'ordonnance du 15 juin 2000 » (version du 3 mars 2014 sur l'Internet Archive)[PDF]
  12. (de) « Warum Lachen gesund ist » (version du 27 août 2011 sur l'Internet Archive)
  13. (de) « Gelotologie - Anne Rauch », sur www.lachen-befreit.de (consulté le 4 juillet 2018)
  14. « American Psychological Society - More On The Humor-Health Connection: New Study Finds Anticipating A Laugh Reduces Stress Hormone » (version du 8 juillet 2013 sur l'Internet Archive)
  15. (de) « 10 Gründe warum Lachen gut für Dich ist », sur dasdu.de (consulté le 6 juillet 2018)
  16. E. Höfner, H. U. Schachtner: Das wäre doch gelacht!
  17. « Westerwälder Clown-Doktoren », sur www.die-clowndoktoren.de (consulté le 6 juillet 2018)
  18. « www.humor.ch - humor.ch - Die Gelotologie », sur www.humor.ch (consulté le 6 juillet 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]