Gèdre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gèdre
Le village de Gèdre et la vallée du gave de Gavarnie.
Le village de Gèdre et la vallée du gave de Gavarnie.
Blason de Gèdre
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Hautes-Pyrénées
Arrondissement Argelès-Gazost
Canton La Vallée des Gaves
Intercommunalité Communauté de communes Gavarnie-Gèdre
(siège)
Code postal 65120
Code commune 65P01
Démographie
Population 247 hab. (2013)
Densité 1,7 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 47′ 14″ nord, 0° 01′ 12″ est
Altitude Min. 905 m – Max. 3 194 m
Superficie 144,57 km2
Historique
Commune(s) d’intégration Gavarnie-Gèdre
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

Voir sur la carte administrative des Hautes-Pyrénées
City locator 15.svg
Gèdre

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

Voir sur la carte topographique des Hautes-Pyrénées
City locator 15.svg
Gèdre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Gèdre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Gèdre

Gèdre est une ancienne commune française, située dans le département des Hautes-Pyrénées, en région Midi-Pyrénées, devenue le une commune déléguée au sein de la commune nouvelle de Gavarnie-Gèdre.

Géographie[modifier | modifier le code]

Gedre 01.jpg

Avec près de 145 km2 de superficie, Gèdre est une commune des Hautes-Pyrénées très étendue, limitrophe de l'Espagne, au-delà des cirques de Troumouse et d'Estaubé. Une partie importante du territoire communal fait partie du parc national des Pyrénées.

L'altitude minimale, 905 mètres, se situe au nord, là où le gave de Gavarnie quitte la commune et entre sur celle de Luz-Saint-Sauveur. L'altitude maximale, avec 3 192 ou 3 194 mètres[1],[2],[3], est atteinte au nord-est au Pic Long, en limite des communes d'Aragnouet et de Luz-Saint-Sauveur.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Gèdre est limitrophe de l'Espagne et de quatre autres communes françaises.

Carte de la commune de Gèdre et des proches communes.
Communes limitrophes de Gèdre
Luz-Saint-Sauveur
Cauterets Gèdre Aragnouet
Gavarnie Aragon (Espagne)

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le village de Gèdre est implanté dans les Pyrénées au confluent du gave de Gavarnie et de son affluent, le gave de Héas. Un autre affluent du gave de Gavarnie, le Bugarret, conflue sur la commune.

Toponymie[modifier | modifier le code]

On trouvera les principales informations dans le Dictionnaire toponymique des communes des Hautes-Pyrénées de Michel Grosclaude et Jean-François Le Nail[4] qui rapporte les dénominations historiques du village :

Dénomination historique :

  • en Gedra, (1438, Laporte, Histoire Héas).

Étymologie : Gèdre tire son nom, en première analyse, du gascon èdrɵ, jèdrɵ 'lierre' (latin hedera). En fait, il pourrait s'agir d'une réinterprétation d'un ancien dérivé de jer 'prairie' ou d'un *jerdɵ 'framboisier'.

Nom occitan : Gèdra.

Histoire[modifier | modifier le code]

Par ordonnance (no 10.168) du Roi (Neuilly, le 5 août 1842) : « Les sections de Gédre et de Gavarnie sont distraites de la commune de Luz, chef-lieu de canton, arrondissement d'Argelès (Hautes-Pyrénées), et formeront deux municipalités distinctes. » [5]

Articles détaillés : Gascogne, Comté de Bigorre et Pays Toy.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
de sinople aux deux burèles ondées d'argent chacune surmontée d'une truite du même, la seconde contournée, au chef d'or chargé d'une couronne de comte d'argent. (armes fautives).

Économie[modifier | modifier le code]

Sur la commune de Gèdre sont situées les usines hydroélectriques concédées à EDF de Gèdre et de Pragnères, ainsi que l'usine du Pont de Bert concédée à la SA René Escande.

L'usine du pont de Bert est alimentée par un barrage sur le gave de Gavarnie.

L'aménagement de Gèdre est alimenté par les prises d'eau du Campbielh, d'Aguila, d'Estibère-Bonne, des Touyères et du Maillet, et surtout par le barrage des Gloriettes ; soit l'ensemble du bassin versant des cirques de Troumouse et d'Estaubé. L'usine, située au pied du bourg de Gèdre, rejette l'eau directement dans la retenue de Gèdre, alimentant l'usine EDF concédée de Luz.

L'aménagement de Pragnères est le plus complexe et le plus puissant des Pyrénées. Les prises d'eau, au nombre d'une quarantaine, cueillent l'eau des massifs du Néouvielle, du Vignemale et de l'Ardiden. L'usine dispose d'un réservoir principal (Cap-de-Long), trois réservoirs annexes (Aumar, Aubert, Escoubous) et un réservoir « journalier » Ossoue. La rive droite dispose d'une haute chute de 1 250 m de dénivelé, ayant fait l'objet entre 2005 et 2010 du plus gros chantier français d'EDF (reconstruction de la partie basse de la conduite forcée).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Gèdre fait partie de la communauté de communes Gavarnie-Gèdre, créée en mai 2000, qui réunit deux communes.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Gedre 02.jpg
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
mars 2008 mars 2014 Francis Caussieu    
mars 2014 31 décembre 2015 Jean-Claude Roudet    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1846. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[7],[Note 1].

En 2013, la commune comptait 247 habitants, en diminution de -6,08 % par rapport à 2008 (Hautes-Pyrénées : -0,31 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1846 1851 1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886
954 980 1 007 1 010 1 008 1 007 1 012 902 842
1891 1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936
802 763 792 774 726 716 828 590 592
1946 1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007
555 1 077 540 451 393 380 317 291 263
2011 2013 - - - - - - -
250 247 - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Village de Pragnères (970 m)
  • Village de Gèdre (1 000 m)
  • Village de Gèdre-Dessus (1 142 m)
  • Village de Saussa-Ayrues (1 194 m)
  • Village et chapelle Notre-Dame de Héas (1 500 m)
  • Chaos de Coumély (vallée d'Aspé)
  • Cirque d'Estaubé
  • Cirque de Troumouse
  • Granges de Campbieil
  • Lac et barrage des Gloriettes
  • Église de Gèdre
  • Centrale hydroélectrique de Pragnères

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Film tourné à Gèdre[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Selon le Géoportail, la boîte de la commune et le plan au 1/100000 affichent 3 194 mètres alors que les plans à plus grande échelle indiquent 3 192.
  2. Pic Long 3192 sur Géoportail (consulté le 16 juin 2012).
  3. Pic Long 3194 sur Géoportail (consulté le 16 juin 2012).
  4. Michel Grosclaude et Jean-Francois Le Nail, intégrant les travaux de Jacques Boisgontier, Dictionnaire toponymique des communes des Hautes-Pyrénées, Tarbes, Conseil Général des Hautes-Pyrénées, , 348 p. (ISBN 2-9514810-1-2).
  5. Bulletin des Lois, 9e série : lois & ordonnances, tome 25 (no 925-970), 2e semestre 1842 [1]
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 201120122013 .

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :