Gâteau de Savoie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Gâteau de Savoie
image illustrative de l’article Gâteau de Savoie

Autre nom Biscuit de Savoie
Lieu d’origine Drapeau de la Savoie Savoie
Créateur Pierre de Yenne
Date 1358 à Chambéry
Place dans le service dessert
Température de service ambiante, tiède
Ingrédients fécule de pomme de terre, jaunes d'œufs, blancs d’œufs, sucre semoule, zeste de Citron.
Accompagnement Vin de Savoie, cidre...
Classification dessert, Gâteau

Le gâteau ou biscuit de Savoie est un gâteau d'origine savoyarde, élaboré au XIVe siècle pour le comte Amédée VI de Savoie qui recevait l'Empereur.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le gâteau de Savoie viendrait d'une recette élaborée, au XIVe siècle, au temps du comte Amédée VI[1]. La paternité est attribuée parfois à Pierre de Yenne[2], au maître queux du comte avant 1343[1]. En effet, la ville de « Yenne revendique la paternité d'un dessert qui remonterait à Pierre de Yenne, bâtard d'Amédée »[1]. Cependant, d'autres sources indiquent que le cuisinier et maître queux du comte était Jean Belleville ou Jean de Belleville, originaire de Tarentaise, et à l'origine de la recette[3],[4], de 1348 à 1367[5].

Le gâteau aurait été présenté à l'Empereur, probablement Charles IV , de passage en Savoie, entre 1373 et 1383, à l'occasion de son entrée dans la cour du château[1] ou d'un banquet de ce même cour[6]. On trouve également la date de 1365[7]. La gâteau aurait eu la forme du duché de Savoie, avec ses montagnes et ses vallées, le tout surmonté d'une couronne impériale[2],[6],[7].

Une même présentation sous forme de gâteau — ou pâté — représentant le territoire savoyard et ses châteaux a été réalisée par le cuisinier du comte de Savoie, Morel, et servi à l'Empereur, qui fait le comte Amédée VIII, Vicaire du Saint-Empire et surtout ériger le comté en duché de Savoie, 19 février 1416[7]. Morel se serait inspiré du gâteau du cuisinier Jean de Belleville[1].

Description[modifier | modifier le code]

Gateau de Savoie.

L'historienne locale Marie-Thérèse Hermann rappelle dans ses différents ouvrages les ingrédients en vue de la préparation. Il faut des œufs, du sucre en poudre, de la farine, de la fécule et un zeste de citron râpé.

Le gâteau de Savoie est un gâteau très aérien obtenu par l'incorporation délicate de blancs montés qui donnent ce côté moelleux, accompagné d'un zeste d'agrumes pour relever le goût.

Pour aller plus loin[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Vie quotidienne en Savoie, 1979, p. 60, Actes du 26e Congrès des Sociétés savantes de Savoie à Conflans (1976).
  2. a et b Marie-Thérèse Hermann, Dictionnaire de la cuisine de Savoie : traditions et recettes, La Fontaine de Siloé, , 159 p. (ISBN 978-2-86253-160-1), p. 65.
  3. Michèle Brocard, Lucien Lagier-Bruno, André Palluel-Guillard, Histoire des communes savoyardes : Chambéry et ses environs. Le Petit Bugey (vol. 1), Roanne, Éditions Horvath, , 475 p. (ISBN 978-2-7171-0229-1, lire en ligne), p. 57.
  4. Bernard Demotz, Le comté de Savoie du XIe au XVe siècle : Pouvoir, château et État au Moyen Âge, Genève, Slatkine, , 496 p. (ISBN 2-05101-676-3), p. 410.
  5. Michel Germain, Personnages illustres des Savoie, Autre Vue, , 619 p. (ISBN 978-2-9156-8815-3), p. 59, Article « Belleville Jean de (Mort en 1367) ».
  6. a et b Estella Canziani, Costumes, Traditions et Chants de Savoie, Daniel Gröll, (lire en ligne).
  7. a, b et c Bernard Demotz, Georges Bischoff, Jean-Marie Cauchies, Pierre Racine, Les principautés dans l'Occident médiéval : à l'origine des régions, Brepols, , 387 p. (ISBN 978-2-50352-191-6), p. 154.