Gâche de Vendée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Gâche vendéenne
Image illustrative de l’article Gâche de Vendée
Gâche de Vendée.

Autre nom Gâche de Vendée
Lieu d’origine Vendée
Température de service Froid
Ingrédients Farine, œufs, beurre, crème fraîche, sucre, levain, sel marin[1]
Classification IGP

La gâche est une spécialité culinaire de la Vendée. Elle est classée IGP depuis 2011 sous l'appellation « gâche vendéenne »[2]. Il s'agit d'une viennoiserie de forme ovale, dorée, et semblable à une brioche dont la mie serait plus serrée. Elle est principalement composée de farine, d'œufs, de beurre, de sucre, et de crème fraîche pour renforcer le goût.

Description[modifier | modifier le code]

La gâche vendéenne est de forme ovale, de couleur dorée, et son dessus est scarifié. Sa mie, à la différence de la brioche vendéenne, est très serrée et compacte. Elle se différencie également d'autres gâteaux vendéens par une présence importante de crème fraîche, de beurre, d'œufs et de sucre. Elle doit être commercialisée non tranchée, ensachée de manière individuelle, et peser au moins 300 g afin de correspondre au cahier des charges de l'IGP[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

On ne connaît pas bien son origine exacte, mais son histoire remonte au Moyen Âge[réf. nécessaire].

La gâche se situe dans la continuité des productions domestiques du bocage vendéen, dans laquelle chaque famille fabriquait ou faisait fabriquer son gâteau à l'occasion de fêtes, notamment le gâteau des fêtes pascales ou « pacaude » ou le gâteau des noces, dans une tradition remontant au moins au XIXe siècle[1].

La boulangerie devient un véritable métier au XIXe siècle, la recette paysanne de la gâche est alors améliorée et adaptée aux nouveaux moyens. Ordinairement fabriquée par les ménagères, la gâche est peu à peu récupérée par les boulangers-pâtissiers à partir des années 1920[1]. Sa production, qui s'industrialise ensuite afin d'être produite en masse, associée à un tourisme vendéen en progression, généralise sa consommation qui ne se limite plus à sa région d'origine[1].

Ingrédients[modifier | modifier le code]

Le cahier des charges pour l'IGP de la gâche vendéenne spécifie les ingrédients et quantités suivants[1] :

  • farine (42 % minimum) ;
  • œufs (10 % minimum) ;
  • beurre (10 % minimum) ;
  • crème fraîche à 30% minimum de matière grasse (5 % minimum) ;
  • sucre (10 % minimum) ;
  • levain ;
  • Levure boulangère fraîche (2 % maximum) ;
  • sel marin (0,8 % minimum à 1 % maximum) ;
  • Arômes et alcools (facultatifs) ;
  • Lait, eau (10 % maximum).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f [PDF] « Cahier des charges IGP Gâche vendéenne », sur INAO (consulté le 5 janvier 2018).
  2. Arrêté du 1er février 2011 portant homologation du cahier des charges de l'indication géographique protégée (IGP) « Gâche vendéenne ».

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :