Fyre Festival

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Fyre Festival
Image illustrative de l’article Fyre Festival
Logo du Fyre Festival.

Genre Pop, rock, hip-hop
Lieu Îles Exumas, Bahamas
Coordonnées 23° 43′ nord, 76° 05′ ouest
Date de création début 2017
Date de disparition mai 2017
Fondateurs Billy McFarland
Ja Rule
Organisateurs Fyre Media

Le Fyre Festival est un festival de musique frauduleux, créé par Billy McFarland, PDG de l'entreprise Fyre Media Inc. et Ja Rule, rappeur. Le festival est initialement prévu sur deux week-ends consécutifs du au et du au à Great Exuma aux Bahamas. L'événement est relayé sur le réseau social Instagram par certains influenceurs, dont les mannequins Alessandra Ambrósio, Kendall Jenner, Hailey Baldwin, Bella Hadid et Emily Ratajkowski, rémunérées pour le faire.

Durant la préparation de l'évènement, les organisateurs font face à des difficultés financières et logistiques tout en cherchant à réduire les coûts au minimum. De nombreuses entreprises se désistent en raison des délais très courts et tous les artistes programmés annulent leur venue. Néanmoins, McFarland et Ja Rule décident de maintenir le festival sans informer les participants des changements ni des conditions dans lesquelles celui-ci doit se dérouler.

Lors du premier jour du festival le 27 avril, l'événement rencontre des problèmes de sécurité, de nourriture, d'hébergement, de services médicaux et de relations avec les artistes, retardant son ouverture. Les festivaliers, qui paient des milliers de dollars pour des villas luxueuses et des mets gastronomiques, reçoivent des sandwiches préemballés et sont logés dans des tentes de la FEMA (Agence fédérale américaine des situations d'urgence), avant d'être rapatriés à Miami le lendemain.

Pour son rôle dans l'organisation du festival, McFarland plaide coupable en pour fraude et escroquerie à la vente de billets. Il est condamné à six ans de prison et doit payer une amende d'environ 26 millions de dollars.

Deux documentaires sur les événements du festival sortent en 2019, Fyre Fraud sur Hulu et Fyre: The Greatest Party That Never Happened sur Netflix.

Organisation[modifier | modifier le code]

Préparation du festival[modifier | modifier le code]

Le festival est organisé par Billy McFarland et Ja Rule pour promouvoir l'application Fyre, qui permet de payer des célébrités pour leur présence à des événements spécifiques, tels que des anniversaires ou des mariages[1],[2],[3]. Ja Rule rencontre McFarland en 2015 pendant un évènement de l'entreprise de ce dernier, Magnises[4]. Lors d'un vol allant aux Bahamas, l'avion privé des organisateurs atterrit sur une île et ceux-ci apprennent qu'il s'agit de Norman's Cay, l'île privée de Carlos Lehder, l'un des barons du Cartel de Medellín[5],[6]. McFarland s'arrange avec les propriétaires pour louer l'île, à condition de ne faire aucune référence à ce passé dans les documents commerciaux[7]. Des séquences promotionnelles avec des mannequins sont tournées sur l'île et la planification du festival continue. Début 2017, la vidéo promotionnelle est publiée sur les réseaux sociaux et elle indique que l'île « appartient […] à Pablo Escobar ». Les propriétaires de l'île annulent alors leur arrangement avec McFarland[8]. En réalité, Norman's Cay n'a jamais appartenu à Pablo Escobar[9],[10]. Quand les promoteurs sont expulsés de l'île, il reste quatre mois avant l'inauguration du festival[11].

Le , Kendall Jenner, Emily Ratajkowski, Hailey Baldwin, Bella Hadid et d'autres influenceurs payés par l'application postent simultanément sur Instagram une vidéo présentant un carré orange avec un logo représenté par des flammes stylisées[12],[13]. En cliquant sur la vignette, la vidéo montre les mannequins, représentées par leur agence, courant sur une plage tropicale. Le texte sous la vidéo promet « un festival de musique immersif… dans les limites de l'impossible »[10]. C'est le début de la campagne promotionnelle du festival, qui se présente comme étant d'exception, luxueux et ressemblant à Coachella[2],[14],[11].

Deux hommes souriants assis.
Billy McFarland à gauche et le rappeur Ja Rule à droite lors du Web Summit de 2016.

Après avoir visité plusieurs petites îles qui lui sont refusées deux mois avant l'ouverture du festival, McFarland obtient du gouvernement des Bahamas la permission d'utiliser un endroit isolé pour le projet[15]. Il s'agit de Roker Point, sur l'île de Great Exuma, juste au nord de Sandals Resort[11]. Néanmoins, la publicité destinée aux réseaux sociaux continue d'affirmer que le festival se déroulera sur l'île privée de Pablo Escobar, avec, sur le site web, une carte qui montre Roker Point comme étant elle-même une île[7]. En réalité, le festival est prévu sur un parking éloigné avec un port à proximité où les locaux laissent leurs bateaux. Par ailleurs, Great Exuma n'est pas une île privée ou éloignée, et le festival est prévu dans un endroit abandonné, relié à des routes qui ne mènent nulle part. McFarland n'a jamais annoncé le changement ; il a simplement renommé l'île « Fyre Cay ». Sans infrastructures, sans villas, l'équipe a deux mois pour transformer l'île[11].

Un investisseur, Carola Jain, déclare avoir prêté 4 millions de dollars pour préparer le festival, que l'entreprise utilise pour louer des bureaux luxueux dans le quartier de Tribeca à Manhattan[16]. Sans expérience dans l'organisation d'un événement aussi important, McFarland s'approche d'entreprises spécialisées et est surpris quand ils l'informent que la planification de l'événement dans le temps imparti coûte 50 millions de dollars. Par ailleurs, des organisateurs de festivals expérimentés disent qu'en plus de son coût élevé, l'événement doit être prévu un an à l'avance. McFarland et ses associés du Fyre croient que cela peut leur coûter beaucoup moins cher et continuent selon leurs plans. Les organisateurs essayent de faire les choses eux-mêmes ; McFarland prétend avoir appris à louer une scène en cherchant sur un moteur de recherches[11].

Programmé sur deux week-ends en avril et , l'événement est commercialisé sous la forme de billets pour une journée allant de 500 dollars à 1 500 dollars et de packs VIP, incluant un billet d'avion et l'hébergement dans une tente de luxe qui coûte 12 000 dollars[17]. L'hébergement promis aux clients est « moderne, respectueux de la nature, dans un dôme géodésique » avec des repas faits par de célèbres chefs[18],[19]. Le programme annoncé compte 33 artistes dont : Pusha T, Tyga, Desiigner, Blink-182, Major Lazer, Disclosure, Migos, Kaytranada, Lil Yachty, Matoma, Klingande, Skepta, Claptone, Le Youth, Tensnake, Blond:ish et Lee Burridge[20],[21]. Juste avant l'ouverture du festival, tous les artistes mentionnés se retirent ; Major Lazer, bien qu'annoncé, n'a jamais confirmé sa prestation[22]. Pour empirer les choses, les organisateurs du Fyre Festival planifient leur premier week-end du au , soit le même week-end que The Exuma Ragatta, une course de voile qui se déroule aux Bahamas et qui monopolise les hôtels, les locations saisonnières et les ressources de l'île[23].

Pendant que le site du festival continue de prétendre que l'événement se déroule sur une île privée qui a appartenu une fois au narcotrafiquant Pablo Escobar, les ouvriers s'occupent de préparer Roker Point pour le festival en éparpillant du sable sur le gravier et en improvisant des routes menant à une plage proche, où sont construites des paillotes et des balançoires[11].

Désistements et échecs[modifier | modifier le code]

De nombreux jets privés sont initialement prévus pour transporter les festivaliers depuis Miami jusqu'aux Bahamas, mais en réalité, ce sont des vols charter qui effectuent les déplacements[10],[24],[22]. Un service médical et un traiteur sont mis en place mais ce dernier se désiste quelques semaines avant l'ouverture du festival[11]. Deux semaines avant l'ouverture, un nouveau service de restauration est engagé pour ce qui est prévu comme « une cuisine locale authentique... fruits de mers locaux, sushis de style bahaméen et même du cochon grillé »[7],[2].

Un avion portant l'inscription « Fyre Festival » sur une piste.
Boeing 737-400 aux couleurs du Fyre Festival.

En , l'entreprise Fyre engage un producteur expérimenté, Yaron Lavi, qui constate qu'il est impossible de préparer à temps ce genre d'événement envisagé. Il suggère de reporter l'événement au mois de novembre. Cependant, lorsque McFarland et Ja Rule disent à Lavi que l'événement aura tout de même lieu au printemps, ce dernier leur demande d'abandonner l'idée des villas et de commencer à planter des tentes, seul mode d'hébergement susceptible d'être livré dans le temps restant. Il leur conseille en outre d'expliquer la démarche aux festivaliers afin de ne pas nuire à la marque. Selon lui, l'entreprise rapporte qu'un email est rédigé mais ne s'assure pas qu'il soit correctement envoyé[11].

Comcast Ventures envisage d'investir 25 millions de dollars dans l'application Fyre et McFarland espère pouvoir financer le festival grâce à cette rentrée d'argent, mais l'entreprise se désiste quelques jours avant l'événement[25],[26].

Dans un article écrit a posteriori pour le New York magazine, l'un des organisateurs de l'événement note que des problèmes significatifs d'organisation s'accumulent depuis la mi-mars, de sorte que le report du festival à 2018 est envisagé[27],[28]. Cette idée est cependant abandonnée au dernier moment et les organisateurs décident de tenir les délais initialement prévus. « On le fait et on devient des légendes », dit l'un des organisateurs[27]. Courant avril, le magazine Page Six commence à rapporter des rumeurs selon lesquelles les promoteurs sont trop désorganisés et s'attaquent à un événement trop ambitieux pour eux[29],[30].

Après l'échec de l'implication de l'entreprise Comcast, McFarland obtient un prêt à court terme de la part d'un investisseur ; Ezra Birnbaum associé à l'entreprise EHL Funding LLC[31]. Afin de lever des fonds pour le festival, et cela deux semaines avant la soirée d'inauguration, Fyre informe les personnes ayant déjà réservé leurs places que l'événement sera « sans cash, sans carte [bancaire] » et les encourage à charger jusqu'à plusieurs milliers de dollars d'avance sur des bracelets de radio-identification afin de payer leurs dépenses sur le site, selon l'une des procédures judiciaires. Cette décision est prise en dépit du fait que la couverture Wi-Fi du site est sous-dimensionnée, rendant les bracelets numériques inutilisables[7]. McFarland, qui appose sa signature sur le mail, suggère que chaque festivalier mette sur son compte numérique entre 300 et 500 dollars pour chaque jour qu'il compte passer sur le site. La manœuvre permet de récolter deux millions de dollars, dont environ 40 % sont utilisés pour rembourser partiellement l'emprunt à court terme souscrit auprès de Birnbaum, d'après une procédure judiciaire lancée plus tard par le prêteur[11],[32].

Ouverture du festival[modifier | modifier le code]

Le matin du , de fortes pluies tombent sur l'île. Les tentes sont ouvertes et les matelas, empilés en dehors des tentes, sont trempés[33].

Image d'une plage
Plage d'Emerald Bay à Great Exuma aux Bahamas ressemblant à celle utilisée par le Fyre Festival à Roker Point.

Les premiers vols au départ de l'aéroport international de Miami vers l'aéroport international d'Exuma opérés par les compagnies aériennes Swiftair et Xtra airways atterrissent à h 20 du matin[33]. L'après-midi même, le groupe Blink-182 annonce son retrait du festival en déclarant dans un post sur Twitter : « Nous ne sommes pas sûrs d'avoir ce qu'il faut pour vous offrir la qualité de prestations que nous offrons toujours à nos fans »[33]. Les premiers festivaliers sont amenés à la plage pour une fête improvisée dans un restaurant au bord de mer, où ils doivent attendre environ six heures pendant que les préparatifs se poursuivent sur le site du festival[33].

McFarland engage des centaines de travailleurs locaux des Bahamas pour aider à construire le site. Entre-temps, les organisateurs renégocient les garanties qu'ils offrent aux artistes qui jouent au festival, car les coûts deviennent incontrôlables. Les festivaliers arrivant plus tard sont amenés en bus directement sur le terrain où le véritable état du site du festival apparaît : leurs logements ne sont plus que des tentes de secours dispersées, avec des sols en terre battue, certaines avec des matelas trempés par la pluie du matin. La restauration n'est rien d'autre qu'une nourriture inadéquate et de mauvaise qualité (notamment des sandwichs au fromage servis dans des boites)[34].

Les festivaliers sont déposés au bungalow de production où McFarland et son équipe sont installés pour les inscriptions, mais après des heures d'attente en vain, les gens se précipitent pour réclamer leurs propres tentes[7]. Bien qu'il y ait environ 500 personnes, il n'y a pas assez de tentes et de lits pour les musiciens. Les festivaliers ne peuvent pas quitter le festival pour les îles voisines car c'est la haute saison, et presque tous les hôtels de Great Exuma sont complets en raison de l'événement The Exuma Ragatta. À la tombée de la nuit, un groupe de musiciens locaux monte sur scène et joue pendant quelques heures, le seul spectacle que connaîtra l'événement. Au petit matin, il est annoncé que le festival est reporté et que les participants sont renvoyés à Miami dès que possible[7].

Les rapports sur le festival font état de divers autres problèmes, tels que la mauvaise gestion ou le vol des bagages des festivaliers, l'absence d'éclairage pour aider les gens à s'orienter, un terrain en gravier inachevé, le manque de personnel médical ou de personnel chargé des événements, l'absence de réseau de téléphonie mobile ou de service internet, des toilettes portables sans eau courante et une sécurité renforcée[35],[36]. De nombreux festivaliers sont bloqués, car les vols à destination et en provenance de l'île sont annulés après que le gouvernement des Bahamas a émis un ordre interdisant à tout avion d'atterrir à l'aéroport[37]. Le premier vol de retour vers Miami embarque à h 30 du matin le , mais est retardé de plusieurs heures en raison de problèmes avec le programme du vol[38]. Il est annulé après le lever du soleil, et les festivaliers sont enfermés dans le terminal de l'aéroport d'Exuma sans accès à de la nourriture, de l'eau ou de l'air conditionné ; un festivalier se souvient qu'au moins une personne s'est évanouie à cause de la chaleur et a dû être hospitalisée[11],[39]. Le vol quitte Exuma dans la matinée du , et d'autres vols à destination de Miami ont lieu tout au long de la journée[38].

Parties impliquées[modifier | modifier le code]

Organisateurs[modifier | modifier le code]

Image d'un homme debout tenant un micro.
Billy McFarland lors d'un événement Magnises en 2014.

Avec 3 100 000 dollars de capital risque et 25 employés, McFarland fonde en 2013 une société de cartes bancaires, appelée Magnises, qui promet à ses membres, en échange d'une cotisation annuelle de 250 dollars, de « débloquer leur ville et de passer à l'étape suivante », en proposant des concerts réservés aux membres, des dégustations avec des chefs réputés et des avant-premières artistiques exclusives dans les meilleurs musées[40],[41]. The Washington Post rapporte que « certains de ces avantages ne se sont jamais matérialisés ou sont loin de ce qui est annoncé »[42]. Avant que le concert réservé débute, la société envoie un courriel en expliquant que les organisateurs ne sont plus en mesure de fournir le billet acheté et propose de reprogrammer le concert pour une autre date, « ils envoient le même courriel pour chaque annulation, mais ne sont pas capables de décrire le problème », déclare un membre à Business Insider[43]. L'entreprise Magnises devient néanmoins rentable en 2015[14].

The Washington Post rapporte également que McFarland a un passé de promesses excessives dans ses précédentes entreprises commerciales, et cite de nombreux exemples comme une vente de billets VIP pour la comédie musicale Hamilton pour 430 dollars, annulée à la dernière minute[42]. Dans une plainte adressée au Better Business Bureau, un client demandant un remboursement déclare n'avoir reçu aucune réponse à de multiples demandes de renseignements pendant plus d'un mois et demi[42].

Promoteurs, célébrités et réseaux sociaux[modifier | modifier le code]

Un carré de couleur orange
Un carré orange est utilisé pour promouvoir le Fyre Festival par les célébrités sur Instagram.

Le festival est promu sur Instagram par des mannequins influenceuses dont Kendall Jenner, Bella Hadid, Emily Ratajkowski, Hailey Baldwin, Elsa Hosk, Chanel Iman, Lais Ribeiro, Alessandra Ambrósio, Shanina Shaik, Rose Bertram, Gizele Oliveira et Hannah Ferguson[44]. Ratajkowski déclare être la seule à avoir ajouté la mention « #ad » (« pub ») à la fin de son post mais l'a depuis supprimé[45]. La Commission fédérale du commerce déclare que le « #ad » ne fonctionne qu'au début des posts rémunérés, et que le hashtag seul ne constitue pas une preuve suffisante[45],[46]. Hadid s'excuse d'avoir participé à la promotion du festival[47],[48]. Baldwin prétend avoir donné l'intégralité de son paiement pour faire la promotion du festival, à une œuvre de charité[49],[50].

Conséquences[modifier | modifier le code]

Déclarations publiques[modifier | modifier le code]

Des excuses provenant des organisateurs sont faites publiquement via leur réseaux sociaux ou par l'intermédiaire des médias.

Le rappeur Ja Rule publie sur Twitter :

« Nous nous efforçons actuellement de faire en sorte que tout le monde soit en sécurité sur l'île, c'est ma plus grande préoccupation... Je ferai bientôt une déclaration. J'ai le cœur brisé en ce moment, mes partenaires et moi voulions que cet événement soit extraordinaire, ce n'était PAS une escroquerie comme tout le monde le dit. Je ne sais pas comment tout est parti à la dérive, mais je m'efforce d'arranger les choses en m'assurant que tout le monde est remboursé... Je m'excuse sincèrement car ce n'est PAS DE MA FAUTE... mais j'en prends la responsabilité. Je suis profondément désolé pour tous ceux qui ont été importunés par cette situation[a],[51],[52]... »

Une déclaration des organisateurs est envoyée au journal américain Billboard[4] :

« Billy McFarland et Ja Rule se sont associés sur la base d'un intérêt mutuel pour la technologie, l'océan et la musique rap. Cette combinaison unique d'intérêts les a conduits à l'idée que, grâce à leurs passions combinées, ils pourraient créer un nouveau type de festival et d'expérience musicale sur une île isolée.

Ils n'étaient tout simplement pas prêts pour la suite, ni pour l'ampleur que prendrait ce projet. Ils ont commencé par créer un site web et lancer une campagne virale. Rule aide à trouver des talents, et des centaines de Bahaméens participent à l'effort. Soudain, ils se retrouvent à transformer une petite île et à essayer de monter un festival. Des milliers de personnes veulent venir. Ils sont enthousiastes, mais les obstacles apparaissent.

Aussi extraordinaires que soient les îles, l'infrastructure d'un festival de cette ampleur doit être construite à partir de zéro. Nous avons décidé d'essayer de construire littéralement une ville. Nous avons mis en place un système de gestion de l'eau et des déchets, fait venir une ambulance de New York et affrété des avions 737 pour assurer la navette entre nos invités, à raison de 12 vols par jour depuis Miami. Nous pensions être prêts, mais tout le monde est arrivé[b]. »

Certains organismes de presses comparent le chaos au roman Sa Majesté des mouches de William Golding et à la trilogie Hunger Games de Suzanne Collins[53],[54],[55],[21]. Le ministère du tourisme des Bahamas présente ses excuses au nom du pays et nie toute responsabilité dans le déroulement des événements[24]. Alors que les personnes qui construisent le site et le restaurant qui fournit les repas lors du festival ne sont pas payées, le propriétaire du restaurant demande de l'aide sur une plateforme de financement participatif GoFundMe[56],[57].

Le Fyre Festival offre à tous les participants le choix entre un remboursement complet ou des billets VIP pour une édition prévue l'année suivante[58],[59].

Procès et enquête pénale[modifier | modifier le code]

À la suite du festival, les organisateurs font l'objet de nombreux procès. Le premier s'ouvre en Californie en [60],[61],[62].

Le , The New York Times rapporte que McFarland et ses associés font l'objet d'une enquête pénale fédérale menée par le FBI pour vente de billets frauduleuse, escroquerie et investissement frauduleux. L'affaire est supervisée par le procureur des États-Unis pour le district sud de New York[63]. Le , McFarland est arrêté et accusé de vente de billets frauduleuse[64].

En , McFarland plaide coupable pour fraude que le ministère américain de la justice appelle un stratagème pour frauder les investisseurs ainsi que le vendeur de billets du festival[65]. En , McFarland est condamné à six ans de prison et à verser 26 millions de dollars[66],[67],[68].

Le , la SEC annonce que McFarland, deux sociétés qu'il a fondées, un ancien cadre supérieur et un ancien sous-traitant acceptent de régler les frais résultant d'une fraude à l'offre étendue et pluriannuelle d'au moins 27,4 millions de dollars provenant de plus de 100 investisseurs. McFarland reconnaît les accusations de la SEC contre lui et accepte le versement de l'amende. Grant H. Margolin, Daniel Simon, Fyre Media et Magnises Inc. acceptent le règlement sans admettre ou nier les accusations. Margolin accepte un mandat de sept ans et doit payer une amende de 35 000 dollars, et Simon accepte un mandat de trois ans et doit payer plus de 15 000 dollars de dommages et intérêts. Les règlements sont soumis à l'approbation du tribunal[69].

Lors de la pandémie de Covid-19, Billy McFarland demande une libération compassionnelle de prison en pour se protéger de la contamination du virus. Sa demande est rejetée[70]. En 2022, il sort de prison pour des raisons de santé[71],[72].

Impact culturel[modifier | modifier le code]

L'affaire fait l'objet de deux documentaires sortis en 2019[73] :

Dans un tweet datant de 2017, Seth Rogen déclare que le trio comique The Lonely Island prépare un film sur un festival de musique raté[76]. En 2019, Jorma Taccone confirme que la parodie est en cours[77].

Le , un court métrage intitulé The Failure of Fyre Festival est diffusé sur la chaîne YouTube de Internet Historian, détaillant l'échec du festival, ainsi que ses conséquences[78].

En 2018, le groupe punk américain Alkaline Trio — dont le chanteur et guitariste Matt Skiba joue également pour Blink-182 — sort la chanson Goodbye Fyre Island, inspirée par la non-participation du groupe au festival[79].

En 2019, Ryan Reynolds présente Andy King et sa citation du documentaire Netflix : « peut-on vraiment aller trop loin pour son entreprise ? Je ne pense pas », dans une publicité pour sa marque de gin[80]. La même année, la marque Évian fait un partenariat avec Andy King avec comme slogan « Si bien que vous feriez n'importe quoi pour elle »[81].

La série The I-Land, lancée sur la plateforme Netflix en 2022, est inspirée du festival et de la série Lost : Les Disparus[82],[83].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Citation originale : « We are working right now on getting everyone of the island SAFE that is my immediate concern… I will make a statement soon I’m heartbroken at this moment my partners and I wanted this to be an amazing event it was NOT A SCAM as everyone is reporting I don’t know how everything went so left but I’m working to make it right by making sure everyone is refunded… I truly apologize as this is NOT MY FAULT… but I’m taking responsibility I’m deeply sorry to everyone who was inconvenienced by this… »
  2. Citation originale : « Billy McFarland and Ja Rule started a partnership over a mutual interest in technology, the ocean, and rap music. This unique combination of interests led them to the idea that, through their combined passions, they could create a new type of music festival and experience on a remote island. They simply weren’t ready for what happened next, or how big this thing would get. They started by making a website and launching a viral campaign. Ja helped book talent, and they had hundreds of local Bahamians join in the effort. Suddenly, they found themselves transforming a small island and trying to build a festival. Thousands of people wanted to come. They were excited, but then the roadblocks started popping up. As amazing as the islands are, the infrastructure for a festival of this magnitude needed to be built from the ground up. So, we decided to literally attempt to build a city. We set up water and waste management, brought an ambulance from New York, and chartered 737 planes to shuttle our guests via 12 flights a day from Miami. We thought we were ready, but then everyone arrived. »

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Gabrielle Bluestone, « Fyre Festival's 25-year-old organizer: “This is the worst day of my life” », sur vice.com, .
  2. a b et c (en) Joe Coscarelli et Melena Ryzik, « Fyre Festival, a Luxury Music Weekend, Crumbles in the Bahamas », sur nytimes.com, .
  3. (en) Kerry Flynn, « So, Ja Rule's 'Fyre' is actually a company, not just a total disaster of a festival », sur Mashable, (consulté le ).
  4. a et b (en) Gil Kaufman, « Fyre Festival Fiasco: Timeline of a Disaster », sur Billboard, (consulté le ).
  5. « The Business - Norman's Cay », sur pbs.org (consulté le ).
  6. (en) Rolling Stone, « Fyre Festival Head Billy McFarland: 'We Were a Little Naive' », sur Rolling Stone, (consulté le ).
  7. a b c d e et f Fyre : Le meilleur festival qui n'a jamais eu lieu [ Fyre: The Greatest Party That Never Happened ], Netflix France, 2019 [présentation en ligne].
  8. (en) Jem Aswad, Roy Trakin, « Fyre Festival Documentaries: The 10 Most Outrageous Moments », sur variety.com, .
  9. (en) « Carlos Lehder », sur britannica.com (consulté le ).
  10. a b et c « « Fyre » : aux Bahamas, sur les traces du festival fantôme », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  11. a b c d e f g h i et j (en) Bryan Burrough, « Fyre Festival: Anatomy of a Millennial Marketing Fiasco Waiting To Happen », sur vanityfair.com, Vanity Fair, .
  12. (en) Ryan Vet, « Council Post: What An Orange Square Reveals To Us About Marketing To Millennials », sur Forbes (consulté le ).
  13. (en) « Has Fyre Festival burned influencers? », sur BBC News, (consulté le ).
  14. a et b Arnaud Sagnard, « Les influenceurs en perte de vitesse », L'Obs, no 2838,‎ , p. 104 à 105 (ISSN 0029-4713).
  15. (en) Rania Aniftos, « Bahamas Ministry of Tourism Defends Island of Great Exuma Post-Fyre Festival », sur Billboard, (consulté le ).
  16. (en) « 'The Madoff of millennials’? Fyre Festival investors eye a court fight with organizer », sur the Guardian, (consulté le ).
  17. Eric Levenson et Deborah Bloom, « When a $12,000 luxury festival in a Caribbean paradise turns into chaos », sur CNN (consulté le ).
  18. (en) « Paradise Lost: Luxury Music Festival Turns Out To Be Half-Built Scene Of Chaos », sur NPR.org (consulté le ).
  19. (en) Shay Spence, « 'Literally Bread, Cheese, and Salad': How Fyre Festival-Goers Were Duped After Promise of Celeb Chef Meals », sur people.com, People, .
  20. (en) Jane Case, « Fyre Festival in Bahamas Releases Final Lineup », sur EDMlife.com, .
  21. a et b Robin Panfili, « Fyre Festival, le festival de luxe qui a viré au «Hunger Games» », sur Slate.fr, (consulté le ).
  22. a et b (en) Mary Hanbury, « These photos reveal why the 27-year-old organizer of the disastrous Fyre Festival has been sentenced to 6 years in prison », sur Business Insider (consulté le ).
  23. (en) « The Bahamas’ National Family Island Regatta Is Back in Exuma », sur Caribbean Journal, (consulté le ).
  24. a et b (en) Amelia Butterly and Del Crookes, « 'Luxury' Fyre Festival is cancelled with ticket-holders still stranded in Bahamas », sur bbc.co.uk, Newsbeat (en), .
  25. (en) Polly Mosendz, « Comcast Rejected Funding Days Before Doomed Fyre Festival », Bloomberg Businessweek, (consulté le ).
  26. (en) Dennis Green, « Comcast nearly invested millions in the doomed Fyre Festival's parent company », sur Business Insider (consulté le ).
  27. a et b (en) Chloe Gordon, « I Worked at Fyre Festival. It Was Always Going to Be a Disaster. », sur The Cut, (consulté le ).
  28. (en) « Fyre Festival organisers promise refunds and 2018 VIP passes », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  29. (en) Mara Siegler, « Are Fyre Festival organizers in over their heads? », Page Six (en),‎ (lire en ligne, consulté le ).
  30. (en) Mara Siegler, « Are Fyre Festival organizers in over their heads? », sur Page Six (en), (consulté le ).
  31. (en) Dennis Green, « The organizers of the doomed Fyre Festival are now facing a lawsuit from lenders who allege they're missing millions », sur Business Insider (consulté le ).
  32. (en) Joe Coscarelli, Melena Ryzik et Ben Sisario, « Criminal investigation of Fyre », New York Times,‎ (lire en ligne).
  33. a b c et d Fyre: The Greatest Party That Never Happened. Netflix. 2019.
  34. (en) Abby Ohlheiser, « The complete disaster of Fyre Festival played out on social media for all to see; ‘NOT MY FAULT’ says organizer Ja Rule », sur Washington Post.
  35. (en) « The $12,000-per-Ticket Disaster That Was the Short-Lived Fyre Festival », sur E! Online (en), .
  36. (en) « Fyre Festival: Inside the world's biggest festival flop », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  37. (en) « 'Like a refugee camp': Chaos at Fyre Festival », sur IQ Magazine, .
  38. a et b (en) Rosie Fitzmaurice, « A luxury festival on a private beach in the Bahamas has descended into chaos and now people can't leave », sur Business Insider (consulté le ).
  39. (en) « Fyre Festival: Attendees 'locked in airport with no food or water' », sur The Independent,
  40. (en) « How a Black Card for Millennials Went Down in Flames », sur Fortune.com, .
  41. (en) « The Disastrous Fyre Fest Isn't the First Sketchy Business Venture From Co-Founder Billy McFarland », sur spin.com, (consulté le ).
  42. a b et c (en) Amy B Wang, « The founder of the disastrous Fyre Festival has a history of overpromising ‘elite’ access », The Washington Post,‎ (lire en ligne Accès limité).
  43. (en) Madeline Stone, « Members of a private club for 'elite' millennials want their money back », sur https://www.businessinsider.com, Business Insider, .
  44. (en) Claudia Rosenbaum et Claudia Rosenbaum, « IMG Models, Bella Hadid, Hailey Bieber & More to Return Fraction of $1.7M Fyre Fest Promo Fees », sur Billboard, (consulté le ).
  45. a et b (en) Lizzie Plaugic, « Ja Rule’s music festival disaster is a good reminder not to trust Instagram sponcon », sur https://www.theverge.com, The Verge, .
  46. (en) Sarah Frier, « FTC to Crack Down on Paid Celebrity Posts That Aren’t Clear Ads », sur bloomberg.com, .
  47. (en) Emma Stefansky, « Bella Hadid Apologized for the Fyre Festival, Kind Of », sur vanityfair.com, Vanity Fair, .
  48. (en) Victoria Kingdon, « Bella Hadid apologises for Fyre Festival », sur Harper's Bazaar, (consulté le ).
  49. (en) « Hailey Bieber Donated Her Fyre Festival Promotion Money To Charity », sur vogue.co.uk, Vogue UK, .
  50. (en) Louise Donovan, « Hailey Baldwin Finally Reveals What She Did With Her Ginormous Fyre Festival Fee », sur elle.com, (consulté le ).
  51. (en) Eric Levenson & Deborah Bloom, « When a $12,000 luxury festival in a Caribbean paradise turns into chaos », sur https://www.cnn.com, CNN, .
  52. (en) Abby Ohlheiser, « The complete disaster of Fyre Festival played out on social media for all to see; ‘NOT MY FAULT’ says organizer Ja Rule », The Washington Post,‎ (lire en ligne Accès limité).
  53. (en) « A 'luxury festival' backed by celebrities descends into chaos as one guest calls it 'Rich Kids of Instagram meets Lord of the Flies' », sur independent.co.uk, The Independent, .
  54. (en) « Luxury Music Festival That Cost Thousands Per Ticket Devolves Into Giant Mess », sur huffpost.com, HuffPost, .
  55. (en) « Fyre Festival, Ja Rule's Luxury Music Fest in the Bahamas, Is a Post-Apocalyptic Nightmare », sur spin.com, (consulté le ).
  56. (en) « Online fund for unpaid Fyre festival staff raises tens of thousands », sur theguardian.com, The Guardian, .
  57. (en) Laura M. Holson, « Fyre Festival’s Organizers Didn’t Pay a Restaurant Owner, So GoFundMe Donors Stepped In », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le ).
  58. (en) « Fyre Festival organisers promise refunds and 2018 VIP passes », sur bbc.co.uk, BBC, .
  59. (en) « Fyre Festival Promises Refunds as 'Luxury' Event Turns to Chaos », sur Time.com (consulté le ).
  60. (en) Dennis Green, « The organizers of the doomed Fyre Festival are now facing a $100 million lawsuit », sur Business Insider (consulté le ).
  61. (en) Paula Parisi, « Fyre Festival Hit With Second, ‘Difficult’ Class-Action Suit, With More Likely to Come », sur Variety, (consulté le ).
  62. (en) Rachel Treisman, « Hundreds Of Fyre Festival Ticket Holders Poised To Win Payout In Class-Action Suit », NPR,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  63. (en) Joe Coscarelli, Melena Ryzik et Ben Sisario, « In Wreckage of the Fyre Festival, Fury, Lawsuits and an Inquiry », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne)
  64. (en) « Manhattan U.S. Attorney Announces Charges Against Individual For Defrauding Investors In Digital Media Company », sur justice.gov, .
  65. (en) « William McFarland Pleads Guilty In Manhattan Federal Court To Defrauding Investors And A Ticket Vendor Of Over $26 Million », sur justice.gov, .
  66. (en) Colin Moynihan, « Organizer of Failed Fyre Festival Pleads Guilty to Fraud », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne).
  67. (en) Dave Brooks, « How Fyre Festival Burned Through $26 Million in Cash », sur Billboard, (consulté le ).
  68. (en) « Fyre Festival founder ordered to pay back $26m to investors », sur The Independent, (consulté le ).
  69. (en) « SEC Charges Failed Fyre Festival Founder and Others With $27.4 Million Offering Fraud », sur sec.gov, .
  70. (en) Luke Barr, « Prosecutors rebuff Fyre Fest's Billy McFarland's request for release from prison », sur abcnews.go.com/, ABC News, .
  71. (en) Cheyenne Roundtree, « Billy McFarland's Duped Fyre Fest Investor Thinks It's a 'Joke' He Left Prison Early », sur Rolling Stone, (consulté le ).
  72. (en) View Author Archive et Get author RSS feed, « Fyre Festival’s Billy McFarland mulls over ways to pay $26 million to victims while in halfway house », sur New York Post, (consulté le ).
  73. a b et c Sam Adams (trad. Jean-Clément Nau), « Le Fyre Festival est bien plus qu'une illustration de la vanité des millennials », sur slate.fr, .
  74. (en) Warren H. Cohn, « How Social Media Led To The Rise And Fall Of The Fyre Festival », sur Forbes (consulté le ).
  75. «Fyre», l'hallucinant docu Netflix sur «le festival qui n'a jamais eu lieu», sur 20minutes.fr (consulté le ).
  76. (en) Daniel Kreps, « Seth Rogen, Lonely Island Making Fyre Festival-Like Film », sur Rolling Stone, .
  77. Lindsay Dodgson, « Seth Rogen and The Lonely Island are working on a spoof film of Fyre Festival, and it might even feature Andy King », sur Insider (consulté le ).
  78. (en) Dani Di Placido, « The Fyre Festival Makes For A Compelling Car Crash, Whichever Documentary You Choose », sur Forbes (consulté le ).
  79. (en) Suzy Exposito, « Alkaline Trio on How Depression, Trump-Era Mayhem Fueled Their New LP », sur Rolling Stone, .
  80. (en) Daniel Kreps, « Ryan Reynolds Redeems Fyre Festival Meme King », sur Rolling Stone, .
  81. (en) Jael Goldfine, « Fyre Fest's Andy King Is Now the Face of Evian », sur Paper (en), (consulté le ).
  82. (en) Claire Shaffer, « 'The I-Land' Trailer Spins Psychological Thriller as Fyre Festival Spoof », sur Rolling Stone, (consulté le ).
  83. (en) « The Fyre Festival Meets 'Lost' in Netflix's Newest Series, 'The I-Land' | Entertainment Tonight », sur etonline.com (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 28 juin 2022 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 28 juin 2022 de cet article a été reconnue comme « bon article », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.