Fusil Gras

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fusil Modèle 1874 dit Fusil Gras
Image illustrative de l'article Fusil Gras
Fusil Gras M80 1874 (M80 pour modifié en 1880).
Présentation
Pays d'origine Drapeau de la France France
Type Fusil à verrou
Batailles Expédition coloniales françaises
Guerre franco-chinoise
Guerre du Pacifique (1879-1884)
Guerre civile chilienne de 1891
Guerre des Mille Jours
Guerre gréco-turque (1897)
Guerres balkaniques
Première guerre mondiale
Guerre gréco-turque (1919-1922)
Seconde guerre mondiale
Utilisateur(s) Drapeau de la France France
Drapeau de Monaco Monaco
Drapeau de la Grèce Royaume de Grèce
Drapeau de Monaco Monaco
Drapeau du Chili Chili
Ethiopian Pennants.svg Empire d'Éthiopie [1]
Drapeau de l'Empire russe Empire russe
Munitions 11×59mm R à étui métallique
Concepteur Basile Gras
Fabricant Drapeau : France Manufacture d'armes de Saint-Étienne (MAS)
Drapeau : France Manufacture d'armes de Châtellerault (MAC)
Drapeau : France Manufacture d'Armes de Tulle (MAT)
Drapeau : Autriche Steyr
Durée de service 1874–1886 (France)
Production 500 000 exemplaires environ
Poids et dimensions
Masse (non chargé) 4,200 kg
Masse (chargé) 4,760 kg (avec baïonnette)
Longueur(s) 1,310 m
1,835 m (avec baïonnette)
Longueur du canon 795 mm
Caractéristiques techniques
Mode d'action Culasse calée à verrou fixe
Portée maximale 1 800 m
Portée pratique 200 m
Cadence de tir 9 coups par minute
Vitesse initiale 450 m/s
Capacité 1 cartouche
Ou 10 cartouches (avec chargeur par gravité dit Système Vernet Mle 1883 ou avec boîtier chargeur Mle 1884)
Viseur Hausse mle 1874 à curseur sur rampe (200-300 m) et planchette (350-1800 m)
et guidon triangulaire sur embase
Variantes Mle 1866-74T (transformation du fusil Chassepot par rechambrage)
Mle 1866-74N (transformation du fusil Chassepot par recanonnage)
Mle 1874 M80 (modifié en 1880)

Précédé par Chassepot modèle 1866
Suivi de Lebel modèle 1886

Adopté en 1874, le fusil Gras fut la première arme d'épaule adoptée par l’armée française à utiliser une cartouche métallique 11 mm qui était en laiton et à percussion centrale. Le fusil Modèle 1874 était en fait une transformation relativement simple du fusil Chassepot modèle 1866 en arme à cartouche métallique. Cette transformation avait été proposée par le commandant Basile Gras en 1873 et acceptée en 1874. Des dizaines de milliers de fusil Chassepot furent transformés en fusil Gras (le modèle 1866-1874), en sus des fusils Gras neufs de manufacture qui furent fabriqués à plusieurs centaines de milliers d’exemplaires (450 000 environ). Le sigle M80 désigne les fusils Gras qui ont subi une très légère modification de la boîte de culasse par création d’une saignée, et de la tête de culasse (agrandissement de l'échancrure en regard de la saignée du boitier) afin de mieux protéger le tireur en cas de rupture d’étui et d'échappement des gaz. L’arme acquit une excellente réputation de robustesse et d’efficacité balistique pendant les expéditions d'outre-mer de cette période.

Le fusil Gras a subi une dernière modification en 1914, pour pallier le manque d'armes, consistant en un changement de canon afin de pouvoir tirer la munition 8 mm Lebel. Deux variantes existent. La plus courante est celle réalisée avec un canon de Lebel, mais il existe également une variante recanonée avec un canon de fusil Berthier. Les deux types d'armes ont une hausse légèrement différente. Les armes portent alors normalement le marquage supplémentaire M14. Ces armes étaient destinées à équiper les troupes n'ayant pas vocation à se retrouver au front, comme les garde-barrières, tout en leur fournissant une arme utilisant la munition standard, simplifiant ainsi la fabrication et la logistique.

Les armes du système Gras comprennent outre le fusil, la carabine de cavalerie, la carabine de gendarme à pied, la carabine de gendarme à cheval, le mousqueton d'artillerie. La carabine de gendarme à cheval est identique à celle de cavalerie. Seule l'affectation permet de les distinguer (gendarmerie ou cavalerie).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Note[modifier | modifier le code]

  1. Г. В. Цыпкин, В. С. Ягья. История Эфиопии в новое и новейшее время. М.: «Наука», 1989. стр. 217