Fushimi bugyō

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Fushimi bugyō (伏見奉行?) sont des fonctionnaires du shogunat Tokugawa de l'époque d'Edo du Japon. Les nominations à ce poste important sont généralement attribuées à des fudai daimyo, mais il fait partie des postes de responsabilité administrative ouverts à ceux qui ne sont pas daimyō[1]. La traduction classique interprète ces titres japonais comme « commissaire », « surveillant » ou « gouverneur ».

Ce titre du bakufu désigne un fonctionnaire chargé de l'administration de la région près de Fushimi-ku, y compris les barrières de Kyoto[2] et l'emplacement du château de Fushimi démantelé en 1623[1].

Cette fonction du shogunat est créée en 1620[3]

Ville shogunale[modifier | modifier le code]

Durant cette période, Fushimi qui compte parmi les grands centre urbains, est désignée « ville shogunale ». Le nombre de ces villes augmente de trois à onze sous l'administration Tokugawa[4] Fushimi had its own bugyō because it was an important communication nexus on the north-south route[5].

Liste (incomplète) de Fushimi bugyō[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Beasley, William G. (1955). Select Documents on Japanese Foreign Policy, 1853-1868, p. 326.
  2. Inahara, Katsuji et al. (1931). The Japan Year Book, p. 99.
  3. Papinot, Edmund. (1948). Historical and Geographical Dictionary of Japan, p. 111.
  4. Cullen, Louis M. (2003). A History of Japan, 1582-1941: Internal and External Worlds, p. 159.
  5. Jansen, Marius B. (1995). Sakamoto Ryoma and the Meiji Restoration, p. 226.
  6. Sadler, Arthur Lindsay. (1963). A Short History of Japanese Architecture, p. 59.