Furet du Nord

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Furet (homonymie).

Furet du Nord
logo de Furet du Nord

Création 1936
Dates clés 1959 : Implantation sur la Grand'Place de Lille et immatriculation société actuelle
Fondateurs Georges Poulard
Personnages clés Paul Callens (1923-2009)
Forme juridique SA à directoire
Siège social Lomme
Drapeau de France France
Direction Pierre Coursières
Activité Commerce de détail de livres en magasin spécialisé
Produits Livres
Papeterie
CD
DVD
Multimédia
Filiales Decitre
Effectif 404 (mars 2017)
SIREN 459 500 864
SIREN 459 500 864
Site web www.furet.com

Chiffre d'affaires 81 226 000 € au 31 mars 2018
Résultat net 2 024 000 € au 31 mars 2018

Le Furet du Nord est une chaîne de librairies originaire de Lille dans le département du Nord en France. Son origine remonte à 1936 où un magasin de fourrures, situé rue de la Vieille-Comédie, est transformé en librairie, tout en conservant son nom, qui faisait référence à une tradition locale : la chasse aux lapins avec des furets.

Aujourd'hui la plus importante est située à Lille sur la Grand'Place. Elle y est installée depuis 1959 et fut la plus grande librairie du monde de 1992 à 1999[1]. Elle est aujourd'hui encore la plus grande librairie d'Europe[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

À l'origine, le Furet du Nord est un magasin de fourrures, situé rue de la Vieille-Comédie à Lille. Le magasin de 70 m2 est transformé en 1936 en librairie par Georges Poulard, un proviseur de lycée. Malgré le fait que l'activité soit différente, le nouveau propriétaire décide de garder le nom de « Furet du Nord »[3],[4],[5]. En 1947, il emploie Paul Callens, son premier vendeur[5]. Paul Callens, était un passionné de livres et de lecture, fils d'un boucher-charcutier à Tourcoing dans une famille peu intéressée par la littérature[6]. Non satisfait de sa situation de vendeur et de la taille de la boutique, Paul rêvait de la racheter, sans en avoir les moyens. En 1950, après en avoir discuté avec son amie laitière, Florence, celle-ci remonte de sa cave une boîte en fer blanc contenant ses économies enroulées dans du papier journal ce qui lui permit de l'acquérir dès le lendemain[5],[7]. Tandis qu'il est au café, il entend que les Galeries Barbès allaient fermer et quitter leur magasin situé place du Général-de-Gaulle à Lille[5],[8]. Il eut l'idée de s'installer à leur place. L'emplacement avait d'autres prétendants comme l'entreprise Renault qui voulait y installer une concession[5]. Paul Callens décida donc de se rendre, pour sa première fois, à Paris, à la direction des Galeries Barbès[5],[8]. L'homme explique son projet, convainc et installe son entreprise le sur la grand-place de Lille[3],[9] sur 200 puis 600 m2[8]. Le Furet devient la première librairie en libre-service[3] (500 m² à l'époque) et installe en 1963[3] le premier rayon livres de poche de France dans sa cave[10]. En 1960 commencent les désormais traditionnelles dédicaces[3]. En 1970, un rayon jeunesse est aménagé au sous-sol[3].

En 1982, l'entreprise familiale de Paul Callens devient une société anonyme et commence à ouvrir d'autres magasins dans la région. La surface du Furet de Lille est agrandie en 1982 puis 1992 passant ainsi de 500 à 4 000 puis 7 000 m2[3]. Elle accueille aujourd'hui en moyenne 12 000 visiteurs quotidiens. En 1996, le Furet met en place la première librairie sur Internet.[réf. nécessaire] Le site propose aujourd'hui 350 000 références francophones. En juillet 1999, Extrapole, chaîne de magasins culturels multimédias, et son actionnaire Lagardère Services rachètent le Furet du Nord[11].

Durant l'été 2001, Lagardère Service[réf. nécessaire] (anciennement Hachette Distribution Services) rachète le réseau français des magasins Virgin, devenant ainsi le second groupe français de distribution spécialisée de produits culturels (devancé par le groupe français Pinault Printemps Redoute). Pour des raisons de notoriété régionale, le Furet du Nord conserve son nom. Début novembre 2007, Lagardère Services, annonce être en négociation exclusive avec le fonds d'investissement français Butler Capital Partners (BCP). Fin novembre, Le comité d'entreprise accepte à l'unanimité le changement d'actionnariat principal, avec la prise de participation, du fonds d'investissement dans le capital de Virgin/Furet à hauteur de 80 % environ. La cession devrait être effective fin janvier 2008, au plus tard. Le même mois, le groupe a annoncé que la librairie installée depuis 1990 au centre ville de Boulogne-sur-Mer ferme à la fin du mois de janvier 2008. Au cours de l'été 2008, deux filiales de la caisse régionale du Crédit agricole Nord de France, Vauban Partenaires (Paris) et Participex Gestion (Lille), ont pris le contrôle du capital. Cette opération a permis le remboursement de la dette (15 millions d'euros) et a apporté dix millions d'euros en fonds propres[12],[3].

À partir de la séparation avec Virgin Megastore, le Furet du Nord change de stratégie commerciale[13]. Le 15 octobre 2009, le Furet a lancé son site de vente en ligne furet.com et se lance dans la distribution de livres sur le Web (plus d'un million de livres). À la mi-septembre 2010, la onzième librairie ouvre ses portes au centre commercial d'Englos-les-Géants[14]. En juin 2011, une nouvelle boutique ouvre dans la galerie commerciale de la Cité Europe à Coquelles, à côté de Calais[15]. Fin octobre 2011, le libraire s'installe dans la zone commerciale de La Vache-Noire, à Arcueil au sud de Paris. Il s'agit de la première sortie hors de la région Nord-Pas-de-Calais[16]. L'enseigne continue son implantation dans les centres commerciaux d'Île-de-France en s'installant à celui du Kremlin-Bicêtre, nommé Okabé, le 16 octobre 2012[17],[18]. En 2013, l'enseigne revient à Dunkerque, après en être partie en 2000. Elle y remplace le Virgin Megastore après sa mise en liquidation. Le , le tribunal de commerce de Montpellier préfère l'offre de François Fontès, à la tête d'Amétis, un groupe immobilier spécialisé dans le logement social, à l'offre du Furet du Nord pour le rachat de la librairie Sauramps à Montpellier[19].

En 2018, l'enseigne s'étend à l'étranger en rachetant Chapitre.be (anciennement Agora) qui dispose de deux magasins en Belgique[20].

En novembre et décembre 2018, le Furet du Nord annonce l'acquisition de Decitre, lui permettant l'accès de la région Rhône-Alpes, en plus d'une présence renforcée sur internet[21]. Cette acquisition est officialisée le 18 janvier 2019. Le Furet du Nord devient ainsi le quatrième plus gros libraire de France. Le groupe a réalisé un chiffre d'affaires de 82 millions d'euros en 2018, dont 52 millions sur le marché du livre[22].

Implantation des magasins Furet du Nord[modifier | modifier le code]

En mars 2018, l'enseignement dispose de 20 magasins, dont 13 en Hauts-de-France, 5 en Île-de-France et 2 en Belgique.

Magasin de la place du Général-de-Gaulle à Lille[modifier | modifier le code]

Furet du Nord sur la Grand'Place à Lille.

Depuis le , le Furet du Nord est installé sur la place du Général-de-Gaulle, également appelée grand-place dans la commune de Lille (Nord, France)[8]. En 1969, la façade est modifiée. Les travaux enlèvent les parties du XIXe siècle pour la restituer en son style original du XVIIIe siècle. La façade s'inspire du tableau de François Watteau, La Procession de Lille en 1789[9].

Au fil des années, le magasin passe de 200 m2 à 8 000 m2. Lorsque l'entreprise s'installe pour la première fois sur la grand-place de Lille à l'emplacement des Galeries Barbès, la surface de vente est de 200 m2. À la fin de l'année, elle passe à 600 m2, lorsque les anciens ateliers de la Galerie Barbès sont enlevés[8]. Le magasin de Lille occupe uniquement le rez-de-chaussée. En 1976, le Furet du Nord s'installe à la place du cinéma Le Bellevue et passe à 4 500 m2, puis en 1991 à la place de l'hôtel Strasbourg et passe à 8 000 m2[9].

En 1974 et en 1998, le Furet reçoit quotidiennement 10 000 visites[23],[24].

Pour accéder à librairie de Lille, descendre à la station de métro Rihour.

Magasins ouverts[modifier | modifier le code]

Ville Adresse Année d'ouverture
Arcueil Centre commercial de la Vache Noire 2011[11]
Arras Rue Gambetta 1989[25]
Beauvais Centre commercial Le Jeu de Paume 2015
Béthune Place Georges-Clemenceau 1992[25]
Cambrai Mail Saint-Martin 1991[25]
Coquelles Centre commercial Cité Europe 2011[13]
Douai Rue de la Mairie 2019
Dunkerque Pôle Marine 2013[26]
Englos Boulevard du commerce (Englos-les-Géants) 2010[27],[28]
Lens Boulevard Basly 1986[25]
Lieusaint Centre commercial Carré Sénart 2013[29]
Lille Place du Général-de-Gaulle 1959[8]
Louvain-la-Neuve Place Agora 2018 (Acquisition)[20]
Louvroil Centre commercial Aushopping Val de Sambre 2018[30]
Montigny-le-Bretonneux Centre commercial Sqy Ouest 2017[31]
Namur Rue Émile Cuvelier 2018 (Acquisition)[20]
Roubaix Grand Rue 2005[15]
Tremblay-en-France Centre Commercial Aéroville 2013[29]
Valenciennes Rue du Quesnoy 1982[25]
Villeneuve-d'Ascq Boulevard Valmy (V2) 1991[25]

Anciens magasins[modifier | modifier le code]

Ville Adresse Année d'ouverture Année de fermeture
Lille Rue de la Vieille-Comédie 1936 1959
Boulogne-sur-Mer Grand Rue 1990[25] 2008
Douai Rue de la Madeleine 1988[25]
Dunkerque Place de la République 1994[25] 2000[26]
Le Kremlin-Bicêtre Centre Commercial Okabé, avenue de Fontainebleau 2012[18] 2016
Maubeuge Avenue Jean-Mabuse 1983[25] 2013[32]
Tourcoing 1984[25]
Saint-Quentin 1990[25] 2008[33]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Le « Furet du Nord » plus grande librairie du monde », sur lesechos.fr, (consulté le 4 septembre 2016).
  2. « La plus grande librairie d'Europe, Le Furet du Nord, est à Lille, sur la Grand-Place. », sur https://www.archivesdunord.com/, .
  3. a b c d e f g et h Élodie Lécadieu, « Paul Callens a créé un endroit emblématique où Furet(er) », La Voix éco, (consulté le 5 août 2010).
  4. Feller 1974, p. 95.
  5. a b c d e et f Boucher 2012, p. 42.
  6. Feller 1974, p. 96.
  7. Feller 1974, p. 96-97.
  8. a b c d e et f Feller 1974, p. 97.
  9. a b et c Boucher 2012, p. 43.
  10. Sorel et Leblanc 2008, p. 287.
  11. a et b Boucher 2012, p. 45.
  12. Selon un article paru dans Livres Hebdo le 30 juillet 2008.
  13. a et b « Le Furet du Nord s'aventure à Arcueil », sur leparisien.fr, (consulté le 20 mars 2014).
  14. « Librairie Le Furet du Nord à Englos », Éditions Luigi Castelli (consulté le 29 août 2010).
  15. a et b François Lecocq, « Le Furet du Nord se rénove en abordant les galeries marchandes », LSA, (consulté le 9 juillet 2011).
  16. J.-M. P., « Le Furet du Nord sort de la région pour la première fois », La Voix éco, (consulté le 24 août 2011).
  17. « Librairie Le Furet du Nord au Kremlin Bicêtre - HORAIRES », Éditions Luigi Castelli (consulté le 14 février 2013).
  18. a et b Cécile Mazin, « Le Furet du Nord : une nouvelle librairie à Kremlin-Bicêtre », ActuaLitté, (consulté le 14 février 2013).
  19. https://www.actualitte.com/article/monde-edition/cour-d-appel-le-furet-du-nord-perd-les-librairies-sauramps/83957 (consulté le 20 juillet 2017).
  20. a b et c « Le Furet du Nord ouvrira demain ses portes à Namur et Louvain-la-Neuve », sur RTBF Info, .
  21. Justin Boche, « Lyon : le rachat de Decitre autorisé par l'État », sur Lyon Capitale, .
  22. « Le Furet du Nord rachète les librairies Decitre », Challenges,‎ (lire en ligne, consulté le 18 janvier 2019).
  23. Feller 1974, p. 101.
  24. Chaumard 1998, p. 191.
  25. a b c d e f g h i j k et l Chaumard 1998, p. 192.
  26. a et b « Dunkerque : Le Furet arrive en novembre au pôle Marine, mais n'ouvrira pas le dimanche », sur lepharedunkerquois.fr, (consulté le 21 mars 2014).
  27. La Voix du Nord, « Furet du Nord : un nouveau concept à Auchan Englos en 2010 ? », La Voix du Nord, (consulté le 9 mars 2010).
  28. Sylvie Lavabre, « Furet du Nord lance son site internet », LSA, (consulté le 9 mars 2010).
  29. a et b « Deux nouveaux Furet du Nord en Ile-de-France », sur lsa-conso.fr, (consulté le 21 mars 2014).
  30. « Louvroil - Le furet du nord fera son retour dans la val de sambre au mois de novembre » (consulté le 16 août 2019).
  31. « Montigny-le-Bretonneux : l’arrivée du Furet du Nord relance SQY Ouest », sur Le Parisien, .
  32. Cathy Gerig, « Après Dunkerque, Boulogne et Tourcoing, Le Furet du Nord quitte Maubeuge fin avril », La Voix du Nord (consulté le 21 mars 2014).
  33. « Cinquante ans après son ouverture, le Furet du Nord fait toujours fureur », tourcoing.maville.com, (consulté le 4 mars 2014).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Jean Feller, « Rendez-vous au Furet… », Communication et langages, no 22,‎ , p. 95-104 (lire en ligne). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Fabien Chaumard, « À l'ombre des grands, la carte du développement régional : Le Furet du Nord », dans Le commerce du livre en France : entre économie et culture, L'Harmattan, (lire en ligne), p. 191-194. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Patricia Sorel et Frédérique Leblanc, Histoire de la librairie française, Édition du Cercle de la Librairie, , 719 p. (lire en ligne). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Yannick Boucher, « Le Furet du Nord : la plus grande librairie du monde à livres ouverts », La Saga des marques, t. 1,‎ , p. 42-45. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Michel Paquot, Le Furet du Nord : naissance de la librairie moderne, Édition La Voix, coll. « Secrets du Nord », (ISBN 9782843931789).