Full Moon Party

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Full Moon.
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2008).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Full Moon Party, 2005.

La Full Moon Party (« fête de la pleine lune » en anglais) est une fête de plage qui se déroule durant une nuit de pleine lune.

Une full moon party touristique se déroule depuis le milieu des années 1980 en Thaïlande, sur la plage de la péninsule de Haad Rin (en), à la pointe de l'île de Ko Pha Ngan (golfe de Thaïlande). En 2015, la police y attendait 30 000 personnes, principalement des touristes étrangers[1].

La première Full Moon Party a eu lieu en 1985. Elle dure jusqu'à midi environ, c'est l'after au bar "Le Backyard" à l'autre bout de la plage pour finir la journée. Recommandée aux amateurs de musique électronique (house, drum and bass, psy trance, Goa, etc.), on peut trouver aussi beaucoup d'autres styles.

Cette fête trouverait son origine dans une fête traditionnelle khmère[réf. nécessaire], la Fête de la lune :

« Une nuit de la pleine lune de juillet/août, deux mois avant la récolte du riz, on se réunit au bord de l'eau avec des lanternes que l'on fait s'envoler ou glisser sur l'eau ; puis assis en tailleur avec dans le creux de la main une poignée de riz nouveau, jeune et parfumé, décortiqué, en flocons, on invoque la déesse-lune avec des prières bouddhistes tout en avalant des pincées de flocons de ce riz mélangé à de la noix de coco râpé.
Ce premier riz (...) est délicieux, rare, et te garde ta jeunesse, ta santé, et il t'ouvre le chemin du bonheur.[2] »

Polémique[modifier | modifier le code]

Avec le temps, les Full Moon Party ont attiré de plus en plus de monde, ce qui provoqua, pour ces soirées illégales, de la corruption, une augmentation du trafic de drogues et une pollution grandissante. Cependant le gouvernement Thaïlandais a depuis quelques années[évasif] pris ce problème très au sérieux depuis la mort d'une jeune fille par overdose[Quand ?]. Cela se traduit par une forte présence policière, qui reste cependant discrète pour ne pas entacher l'aspect festif de l'évènement.

De plus, la consommation de produits stupéfiants par les touristes serait plus réprimandée que pour les autochtones.[réf. souhaitée]. Ceux-ci restent plus discrets, sont moins agressifs et surtout, ne commettent pas d'actes indécents devant les populations locales : ils sont un facteur de risque moins important.

L'accès à la plage est payant (tout comme certains parcs nationaux). Il sert au nettoyage. Ceux qui habitent les hôtels en bord de plage ne paient pas toujours car parfois l'hôtel inclut la taxe.

Alcool et dépravation[modifier | modifier le code]

Vente de « buckets » à Ko Pha Ngan, mars 2015.

Pendant la Full Moon Party et en général sur Haad Rin, la façon la plus courante de consommer de l'alcool est le « bucket », généralement une bouteille d'alcool, une ou plusieurs canettes de soda et des pailles, le tout vendu dans un seau. Attention à bien vérifier que la bouteille n'a pas été ouverte auparavant (vérifier le sceau au niveau du bouchon) car il arrive que certains vendeurs peu scrupuleux remplacent le contenu de la bouteille par de l'alcool moins cher, voire d'autres produits parfois dangereux.

Culture populaire[modifier | modifier le code]

Une Full Moon Party figure dans les films américains La Plage (2000), Last Stop for Paul (en) (2006), le film thaïlandais Hormones (en) (2008)[3], ainsi que dans Pattaya, film français de Franck Gastambide (2016).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Some 30,000 tourists expected to join Full Moon Party on Koh Pha Ngan, The Nation, 4 janvier 2016 (consulté le 9 juin 2016).
  2. Extrait de La Salangane 2 de H. Z.Thano et M.T. Citrate-Haberlay.
  3. (en) Anchalee Chaiworaporn, « Japanese AV star Sora Aoi starring in Pidterm yai huajai wawoon », sur THAICINEMA.org,‎ (consulté le 9 juin 2016)

Liens externes[modifier | modifier le code]