Fruit of the Loom

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Fruit of the Loom
logo de Fruit of the Loom
illustration de Fruit of the Loom

Création Voir et modifier les données sur Wikidata
Dates clés 2002 : rachat par Berkshire
Fondateurs Robert Knight (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Siège social Bowling Green
Drapeau des États-Unis États-Unis
Direction John B. Holland
Actionnaires Berkshire HathawayVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité vêtement
Produits VêtementVoir et modifier les données sur Wikidata
Société mère Berkshire Hathaway
Effectif 26 952 (2009)
Site web fruit.com

Fruit of the Loom est une compagnie américaine d'habillement. Son siège se situe à Bowling Green, dans l'État du Kentucky. Son nom et son logo sont une sorte d'autoréférence ; « loom » signifiant métier à tisser en anglais, et le logo représentant des fruits.

Histoire[modifier | modifier le code]

Fondation[modifier | modifier le code]

Fruit of the Loom fut fondée par Robert Knight (en), propriétaire d'une usine de textile à Rhode Island. Le logo de la marque fut inspiré par les dessins de la fille de l'un de ses amis, Rufus Skeel, gérant d'un magasin à Providence, également propriétaire d'un verger. Sa fille plaça un jour une nature morte, représentant une pomme rouge, sur un rouleau de tissu posé dans le magasin de son père. Le dessin sembla attirer les clients, ce qui donna l'idée à Rufus Skeel d'apposer des dessins sur les rouleaux de son magasin pour stimuler les ventes. Le tissu provenait de l'usine de Knight, qui adopta l'idée pour décorer ses étiquettes, en ajoutant le descriptif Fruit of the Loom. Il déposa cette marque commerciale auprès de l'USPTO en 1871 et l'entreprise B. B. & R. Knight, Inc. produisit des vêtements sous cette marque dans une usine située à Manchaug, village appartenant à la commune de Sutton (en). Deux grappes de fruits furent ajoutées par la suite autour de la pomme. L'entreprise, entretemps revendue par la famille Knight, adopta le nom Fruit of the Loom, Inc. en 1938[1],[2].

Rachats successifs[modifier | modifier le code]

Siège social de Fruit of the Loom à Bowling Green (Kentucky)

Fruit of the Loom vendit des licences autorisant des fabricants de vêtements à utiliser sa marque. En 1938, Union Underwear, société fondée par Jacob Goldfarb, acquit les droits exclusifs d'utilisation de la marque[3]. Philadelphia & Reading Corp racheta Union Underwear en 1955[4]. Afin de pouvoir disposer de la marque à perpétuité, PRC racheta également la compagnie Fruit of the Loom en 1961. Northwest Industries, Inc. prit le contrôle de PRC en 1968[5] avant d'être elle-même achetée en 1985 par William F. Farley dans le cadre d'une acquisition par emprunt[6].

L'ère Farley[modifier | modifier le code]

L'entreprise rencontra des difficultés à la fin des années 1990, le cours de l'action s'effondra et en août 1999 le conseil d'administration décida de rappeler John B. Holland, parti en retraite trois ans auparavant, afin de remplacer Farley en tant que CEO[6]. L'entreprise se plaça sous la protection du chapitre 11 de la loi américaine sur les faillites à la fin de l'année après avoir enregistré une perte annuelle de 576 millions de dollars et avoir accumulé une dette de 1,6 milliard[7],[8].

Berkshire Hathaway[modifier | modifier le code]

Fin 2001, la société d'investissement Berkshire Hathaway accepta d'acheter Fruit of the Loom pour 835 millions. Le rachat fut effectif l'année suivante[7],[8]. En 2009, l'entreprise fut touchée par les effets de la crise économique et supprima 7 944 emplois, soit 23 % de ses effectifs. Les bénéfices du segment auquel elle appartient au sein de Berkshire furent réduits de moitié[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « The Story Behind… Fruit of the Loom », Kiplinger's Personal Finance, vol. 22, no 1,‎ , p. 24 (ISSN 1528-9729, lire en ligne)
  2. (en) Chris Sinacola, Sutton, Arcadia Publishing, , 128 p. (ISBN 978-0-7385-1170-2, lire en ligne), p. 63-65
  3. (en) « History of Fruit of the Loom » (sur l'Internet Archive)
  4. (en) Thomas Dublin et Walter Licht, The Face of Decline : The Pennsylvania Anthracite Region in the Twentieth Century, Cornell University Press, , 277 p. (ISBN 978-0-8014-8473-5, lire en ligne), p. 97
  5. (en) Isadore Barmash, Welcome to Our Conglomerate--You're Fired, Beard Books, , 256 p. (ISBN 978-1-58798-173-9, lire en ligne), p. 193
  6. a et b (en) David Barboza, « Taking the Starch Out Of an American Icon », The New York Times,
  7. a et b (en) David Barboza, « Berkshire Set To Acquire Apparel Giant) », The New York Times,
  8. a et b (en) Robert G. Hagstrom, The Warren Buffett Way, John Wiley and Sons, , 2e éd., 245 p. (ISBN 978-0-471-64811-6, lire en ligne), p. 137-138
  9. (en) Jamie McGee, Joel Schectman, « Berkshire’s Fruit of the Loom, Shaw Carpet Unit Cut Workforces », Bloomberg,

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :