Frontière entre la Belgique et la France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Frontière entre la Belgique et la France
Caractéristiques
Délimite Drapeau de la Belgique Belgique
Drapeau de la France France
Longueur totale 620 km
Particularités Tracé continu
Historique
Création 1830 (proclamation d'indépendance de la Belgique)
Tracé actuel 1839 (reconnaissance de l'indépendance de la Belgique)
Comines-Warneton (Belgique), vue de la rue du Fort et du pont sur la Lys depuis Comines (France).
Borne frontière entre Bléharies (Belgique) et Maulde (France).
Borne frontière à proximité de Longwy (France)
Borne frontière la plus septentrionale entre la France et la Belgique. Elle est située en bordure de la plage, entre Bray-Dunes (France) et La Panne (Belgique)

La frontière franco-belge est la frontière séparant la France et la Belgique. D'une longueur de 620 km, c'est la plus longue frontière terrestre de la Belgique et la seconde plus longue de la France métropolitaine.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

La frontière franco-belge s'étend sur 620 km, au nord de la France et au sud-ouest de la Belgique. C'est la deuxième plus longue frontière terrestre de la France métropolitaine après la frontière avec l'Espagne (plus longue de 3 km) ; c'est aussi la plus longue frontière terrestre de la Belgique, avant celle avec les Pays-Bas (450 km). Essentiellement en plaine et ne dépassant guère 504 mètres d'altitude en son point le plus haut sur le plateau ardennais, elle ne correspond à aucune limite naturelle, mis à part par exemple la Lys entre Armentières et Comines-Warneton.

Elle débute à l'ouest sur la mer du Nord au niveau de La Panne en Belgique et de Bray-Dunes en France.

La frontière suit ensuite une direction générale vers le sud-est, jusqu'au tripoint Belgique-France-Luxembourg (49° 32′ 47″ N, 5° 49′ 07″ E) situé dans les communes respectives d’Aubange, Mont-Saint-Martin et Pétange.

La frontière sépare quatre provinces belges (Flandre-Occidentale, Hainaut, Namur et Luxembourg) de deux régions françaises (Grand Est, Hauts-de-France) et cinq départements (Aisne, Ardennes, Meurthe-et-Moselle, Meuse et Nord).

Historique[modifier | modifier le code]

Une genèse complexe[modifier | modifier le code]

La frontière belge peut être divisée en plusieurs secteurs, d'ouest en est :

  • La frontière flamande, de Bray-Dunes à Mouscron. La France est alors en contact avec la Belgique néerlandophone (sauf à Comines-Warneton, enclave francophone). Elle correspond à la limite des conquêtes de Louis XIV sur les Flandres. Le flamand est aussi une langue régionale française dans ce secteur.

Récapitulatif[modifier | modifier le code]

La Belgique fit sécession du Royaume uni des Pays-Bas lors de la Révolution belge en 1830. Cette sécession fut reconnue en 1839 et la frontière entre la Belgique et la France date de cette époque.

Le tracé de la frontière découle des limites qui ont été précisées par le Traité des Limites (Traité de Courtrai) du 28 mars 1820 signé entre les Royaumes de France et des Pays-Bas. Il reprend plusieurs tracés précédents, entre divers pays ayant disparu en 1830 :

1697, au traité de Ryswick entre le royaume de France et les Pays-Bas espagnols (possession du roi d'Espagne)
1713, au traité d'Utrecht entre le royaume de France et les Pays-Bas autrichiens
1697, au traité de Ryswick entre le royaume de France et les Pays-Bas espagnols
1678, au traité de Nimègue entre le royaume de France et les Provinces-Unies
1678, au traité de Nimègue entre le royaume de France et la principauté de Liège
1697, au traité de Ryswick entre la France et les Pays-Bas espagnols

Outre-Quiévrain[modifier | modifier le code]

L'expression Outre-Quiévrain est utilisée en France comme figure de style pour désigner la Belgique. Contrairement aux expressions plus anciennes et plus usitées d'Outre-Manche (pour le Royaume-Uni) ou d'Outre-Rhin (pour l'Allemagne) désignant la géographie naturelle de la frontière, Outre-Quiévrain fait référence de façon humoristique à la ville frontalière belge de Quiévrain, ancien important point de passage ferroviaire entre les deux pays. Du XIXe siècle jusqu'à la Première Guerre mondiale, Quiévrain abritait la gare-frontière de la ligne Paris-Bruxelles. Les trains s'arrêtaient et les voyageurs étaient soumis au contrôle de la douane, installée dans une aile du bâtiment. Passé la gare, on était « outre-Quiévrain »[1],[2].

Par symétrie, l'expression est également utilisée en Belgique pour désigner la France.

La frontière aujourd’hui[modifier | modifier le code]

La frontière terrestre entre la Belgique et la France s'étend sur plus de 620 kilomètres et se décompose en deux parties :

Une frontière entre la Région flamande et la France peu étendue qui est contiguë au département français du Nord. Cette frontière n'est pas continue car la commune de Comines-Warneton en région wallonne est enclavée entre la France et la région flamande.

Une frontière entre la Région wallonne et la France qui forme la majeure partie de la frontière terrestre entre les deux pays.

La frontière se trouve à l'intérieur de l'Espace Schengen, c'est pourquoi en temps normal, aucun contrôle à la frontière n'est effectué. Cependant, le 23 février 2016, en raison de la crise migratoire en Europe et de la possibilité du démantèlement de la Jungle de Calais, la Belgique décide temporairement de rétablir le contrôle aux frontières[3],[4],[5].

Communes françaises[modifier | modifier le code]

Nord[modifier | modifier le code]

Bray-Dunes, Ghyvelde, Les Moëres, Hondschoote, Oost-Cappel, Bambecque, Houtkerque, Winnezeele, Steenvoorde, Godewaersvelde, Boeschepe, Saint-Jans-Cappel, Bailleul, Nieppe, Armentières, Houplines, Frelinghien, Deûlémont, Warneton, Comines, Wervicq-Sud, Bousbecque, Halluin, Neuville-en-Ferrain, Tourcoing, Wattrelos, Leers, Toufflers, Sailly-lez-Lannoy, Willems, Baisieux, Camphin-en-Pévèle, Wannehain, Bachy, Mouchin, Aix-en-Pévèle, Rumegies, Lecelles, Maulde, Mortagne-du-Nord, Flines-lès-Mortagne, Hergnies, Vieux-Condé, Condé-sur-l'Escaut, Saint-Aybert, Crespin, Quiévrechain, Rombies-et-Marchipont, Sebourg, Eth, Bry, Wargnies-le-Petit, La Flamengrie, Bettrechies, Gussignies, Houdain-lez-Bavay, Hon-Hergies, Taisnières-sur-Hon, La Longueville, Gognies-Chaussée, Bettignies, Villers-Sire-Nicole, Vieux-Reng, Marpent, Jeumont, Colleret, Cousolre, Bousignies-sur-Roc, Hestrud, Beaurieux, Clairfayts, Eppe-Sauvage, Moustier-en-Fagne, Baives, Wallers-en-Fagne, Ohain, Anor.

Aisne[modifier | modifier le code]

Hirson, Saint-Michel, Watigny.

Ardennes[modifier | modifier le code]

Signy-le-Petit, Neuville-lez-Beaulieu, Regniowez, Taillette, Gué-d'Hossus, Rocroi, Fumay, Haybes, Fépin, Montigny-sur-Meuse, Vireux-Molhain, Hierges, Aubrives, Foisches, Givet, Fromelennes, Charnois, Landrichamps, Chooz, Hargnies, Thilay, Les Hautes-Rivières, Gespunsart, Bosseval-et-Briancourt, Donchery, Saint-Menges, Fleigneux, Illy, La Chapelle, Villers-Cernay, Francheval, Pouru-aux-Bois, Escombres-et-le-Chesnois, Messincourt, Pure, Matton-et-Clémency, Tremblois-lès-Carignan, Mogues, Williers, Puilly-et-Charbeaux, Auflance, Sapogne-sur-Marche, Margny.

Meuse[modifier | modifier le code]

Breux, Thonne-la-Long, Verneuil-Petit, Verneuil-Grand, Écouviez, Velosnes.

Meurthe-et-Moselle[modifier | modifier le code]

Épiez-sur-Chiers, Charency-Vezin, Allondrelle-la-Malmaison, Longuyon, Tellancourt, Saint-Pancré, Ville-Houdlémont, Gorcy, Cosnes-et-Romain, Mont-Saint-Martin.

Culture populaire[modifier | modifier le code]

  • Le film Rien à déclarer se déroule à la frontière entre la Belgique et la France (dans deux villes fictives).

Passages[modifier | modifier le code]

Points de passages routiers[modifier | modifier le code]

Il existe de nombreux points de passages routiers traversant la frontière. Le tableau ci-dessous reprend ceux concernant les routes européennes, du nord-ouest au sud-est.

Points de passages des routes européennes[6]
Route Européenne Route de Belgique Villes desservies Point de passage Villes desservies Route de France
E40 Bruxelles - Gand - Ostende Bray-Dunes Calais A16
E17 Anvers - Gand - Courtrai Tourcoing Cambrai - Reims - Beaune A22
E42 Namur - Charleroi - Mons Tournai Lille - Dunkerque A27
E19 Anvers - Bruxelles - Mons Crespin Valenciennes - Paris A2
E420 Nivelles - Charleroi Gué-d'Hossus Charleville-Mézières - Reims A304
E46 Liège Bouillon Charleville-Mézières - Reims - Rouen N58
E411 Bruxelles - Namur - Arlon Mont-Saint-Martin Longwy - Metz N52
E44 Luxembourg Mont-Saint-Martin Charleville-Mézières - Amiens - Le Havre N52

Points de passage ferroviaires[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous reprend du nord-ouest au sud-est les lignes de chemin de fer qui traversent la frontière.

Ligne belge Villes desservies Gare frontière belge Gare frontière française Villes desservies Ligne française Remarques
Ligne 73 (Infrabel) Gand La Panne Bray-Dunes Dunkerque Ligne de Dunkerque-Locale à Bray-Dunes barrée par un butoir à proximité de la frontière
Ligne 75 (Infrabel) Gand, Courtrai Mouscron Tourcoing Lille Ligne de Fives à Mouscron (frontière)  
Ligne 94 (Infrabel) Tournai, Bruxelles, Mons, Charleroi, Namur, Liège Froyennes Baisieux Lille Ligne de Fives à Baisieux  
LGV 1 Bruxelles, Amsterdam, Cologne Bruxelles-Midi Lille-Europe Lille, Paris, Londres LGV Nord  
Ligne 96 (Infrabel) Mons Quévy Feignies Aulnoye-Aymeries Ligne d'Hautmont à Feignies (frontière) ancienne ligne Paris-Bruxelles
Ligne 130A (Infrabel) Charleroi Erquelinnes Jeumont Maubeuge, Aulnoye-Aymeries Ligne de Creil à Jeumont ancienne ligne Paris - Charleroi - Liège - Aix-la-Chapelle
Ligne 154 (Infrabel) Namur, Dinant (Heer-Agimont) Givet Givet Ligne de Soissons à Givet inutilisable entre Dinant et Givet
Ligne 165/2 (Infrabel) Dinant, Libramont Aubange Mont-Saint-Martin Longwy Ligne de Longuyon à Mont-Saint-Martin (vers Athus) marchandises uniquement

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. À Quiévrain, la gare frontière -Les cahiers de l'urbanisme - no 40-41 - Septembre 2002 p. 144,145 consultables sur google book « Quiévrain devint donc un lieu de passage fréquenté pour les relations franco-belges, où tous les voyageurs devaient s'arrêter et se soumettre au contrôle de la douane. Cette fonction transparaît notamment dans divers témoignages relatifs à des personnalités du XIXe siècle telles Victor Hugo, Verlaine ou Rimbaud. De là vient l'expression "outre-Quiévrain", encore couramment utilisée pour qualifier le pays voisin. »
  2. Poème de Baudelaire - La Civilisation belge « Le Belge est très civilisé;Il est voleur, il est rusé;/ Il est parfois syphilisé;/ Il est donc très civilisé./ Il ne déchire pas sa proie/ Avec ses ongles; met sa joie/ À montrer qu'il sait employer/ À table fourchette et cuiller;/ Il néglige de s'essuyer, / Mais porte paletots, culottes, / Chapeau, chemise même et bottes;/ Fait de dégoûtantes ribottes;/ Dégueule aussi bien que l'Anglais;/ Met sur le trottoir des engrais;/ Rit du Ciel et croit au progrès/ Tout comme un journaliste d'Outre-/ Quiévrain; - de plus, il peut foutre/ Debout comme un singe avisé./ Il est donc très civilisé. »
  3. lefigaro.fr, « La Belgique rétablit des contrôles à la frontière française », sur Le Figaro (consulté le 24 février 2016)
  4. « "Jungle" de Calais : la Belgique rétablit des contrôles à la frontière française par crainte d'un afflux de migrants », sur francetv info (consulté le 24 février 2016)
  5. « Inquiète de l'évacuation de la "jungle" de Calais, la Belgique va rétablir les contrôles à la frontière », sur La Tribune (consulté le 24 février 2016)
  6. Les villes desservies sont celles citées dans le document de référence « ACCORD EUROPEEN SUR LES GRANDES ROUTES DE TRAFIC INTERNATIONAL(AGR) : Version consolidée » [PDF], Commission économique pour l'Europe des Nations unies, (consulté le 9 janvier 2019).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]