Frontière entre la Birmanie et l'Inde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Frontière entre la Birmanie et l'Inde
  •      Inde
  •      Birmanie
Situation des deux pays
Caractéristiques
Délimite Drapeau de la Birmanie Birmanie
Drapeau de l'Inde Inde
Longueur totale 1 463[réf, souhaitée] km
Historique
Création

La frontière entre la Birmanie et l'Inde est la frontière séparant la Birmanie et l'Inde. Elle commence au nord par le tripoint de la frontière chinoise et se termine au sud par le tripoint de la frontière bangladaise. Une partie de son tracé est formée par le fleuve Kaladan, une autre par la chaîne de l'Arakan (Patkai et Chin Hills, ou collines Chin).

La barrière indo-birmane[modifier | modifier le code]

Longue et accidentée, la frontière est aussi très poreuse. Il existe une criminalité transfrontalière et différents trafics : produits de contrefaçon, armes, fausse monnaie, drogues, etc. L'Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC) et l'Organe international de contrôle des stupéfiants (OICS) préviennent que le mauvais état des installations douanières risque aussi d'en faire un point de passage majeur pour le trafic de stupéfiants[1]. Au cours des années 2001-2003, les forces de sécurité indienne ont aussi mis en cause la porosité de la frontière pour 200 morts liées à des insurrections locales[2].

Les deux gouvernements ont effectué six mois d'études conjointes avant l'édification d'une barrière à la frontière. La construction de celle-ci a commencé en mars 2003[3].

Protestations[modifier | modifier le code]

En 2004, la construction a dû être interrompue dans le Manipur, en raison de manifestations organisées par les communautés Tangkhul, Kuki et Naga. Selon elles, une grande bande de terre deviendrait birmane à leur détriment. Les manifestations des habitants des régions de Moreh, Chorokhunou et Molchan ont obligé le gouvernement du Manipur à se saisir de la question[3]. La barrière va diviser plusieurs ethnies, comme les Lushei, les Nagas, les Chins et les Kukis, dont les terres s'étendent des deux côtés de la frontière[1].

On a aussi rapporté en 2007 dans le Manipur une contestation de tracé au sujet de neuf bornes frontières[4].

Points de passage[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Col. Rahul K. Bhonsle, « India's 'Look Myanmar' Policy », Boloji.com, (consulté le 10 octobre 2007)
  2. (en) « India, Burma to fence the border », Mizzima News, (consulté le 10 octobre 2007)
  3. a et b (en) Surajit Khaund, « India-Burma border fencing delays due to protest by local communities », Burma News International, (consulté le 10 octobre 2007)
  4. (en) « New effort: India-Myanmar to begin talks »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Times of India, (consulté le 10 octobre 2007)