Frontenac (Gironde)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Frontenac.
Frontenac
La mairie (oct. 2012).
La mairie (oct. 2012).
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Gironde
Arrondissement Langon
Canton L'Entre-deux-Mers
Intercommunalité Communauté de communes du Targonnais
Maire
Mandat
Josette Mugron
2014-2020
Code postal 33760
Code commune 33175
Démographie
Gentilé Frontenacais
Population
municipale
772 hab. (2014)
Densité 54 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 44′ 20″ nord, 0° 09′ 40″ ouest
Altitude Min. 24 m
Max. 105 m
Superficie 14,4 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aquitaine

Voir sur la carte administrative d'Aquitaine
City locator 14.svg
Frontenac

Géolocalisation sur la carte : Gironde

Voir sur la carte topographique de la Gironde
City locator 14.svg
Frontenac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Frontenac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Frontenac

Frontenac (graphie identique en gascon) est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Gironde, en région Nouvelle-Aquitaine.

Ses habitants sont appelés les Frontenacais[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Située dans l'Entre-deux-Mers, la commune est séparée de sa voisine Cessac par un ruisseau, l'Engranne, qui se jette, plus au nord, à Saint-Jean-de-Blaignac, dans la Dordogne. Paysage mouvementé creusé par l'Engranne et ses petits affluents, avec une végétation diversifiée de bois, viticulture assez développée encore, le charme de l'Entre-deux-Mers.

La commune se trouve à 42 km au sud-est de Bordeaux, chef-lieu du département, à 25 km au nord-nord-est de Langon, chef-lieu d'arrondissement et à 10 km à l'est de Targon, chef-lieu de canton[2].

Les communes limitrophes en sont Blasimon au nord-est, Sauveterre-de-Guyenne au sud-est, Daubèze au sud, Martres au sud-sud-ouest, Baigneaux au sud-ouest, Cessac au nord-ouest et Lugasson au nord.

Communes limitrophes de Frontenac
Lugasson Blasimon
Cessac Frontenac
Baigneaux

                    Martres
Daubèze Sauveterre-de-Guyenne


La principale voie de communication routière est la route départementale D231 qui traverse le village et mène vers le nord-nord-est à Rauzan et vers le sud-ouest à la route départementale D671, ancienne route nationale 671 (Baigneaux, Bellebat puis Rauzan vers le nord-ouest et Saint-Brice et Sauveterre-de-Guyenne vers l'est-sud-est), (puis à Cantois ; la route départementale D236 qui mène vers l'ouest à Cessac et vers le nord-est à Blasimon ; vers l'ouest, les routes départementales D123e10 puis D123e11 mène vers Sallebruneau puis à la route départementale D670, ancienne route nationale 670 (Rauzan, Saint-Jean-de-Blaignac puis Libourne vers le nord et Sauveterre-de-Guyenne puis La Réole vers le sud).

L'accès à l'autoroute A62 (Bordeaux-Toulouse) le plus proche est le no 2, dit de Podensac, qui se situe à 25 km vers le sud-ouest.
L'accès no 1, dit de Bazas, à l'autoroute A65 (Langon-Pau) se situe à 39 km vers le sud.
L'accès le plus proche à l'autoroute A89 (Bordeaux-Lyon) est celui de l'échangeur autoroutier avec la route nationale 89 qui se situe à 25 km vers le nord-ouest.

La gare SNCF la plus proche est celle, distante de 21 km par la route vers le sud, de Caudrot sur la ligne Bordeaux-Sète du TER Aquitaine. Sur la même ligne mais offrant plus d'opportunités de liaisons, la gare de La Réole se situe à 23 km par la route vers le sud-ouest et celle de Langon à 25 km vers le sud-est.
La gare de Libourne sur la ligne TGV Atlantique Paris - Bordeaux, la ligne Intercités ligne Lyon - Bordeaux et le réseau TER Aquitaine est distante de 27 km par la route vers le nord-ouest.

Histoire[modifier | modifier le code]

À la Révolution, la paroisse Notre-Dame de Frontenac forme la commune de Frontenac, la paroisse Saint-Jean de Sallebruneau forme la commune de Sallebruneau et la paroisse Sainte-Présentine, annexe de Saint-Sulpice de Daubèze, forme la commune de Sainte-Présentine. Le 5 avril 1813, la commune de Sainte-Présentine est rattachée à celle de Sallebruneau. Le 13 juin 1965, la commune de Sallebruneau est rattachée à celle de Frontenac[3],[4].

Après la Révolution et ses remaniements, administratifs et des fortunes privées, par la vente des biens nationaux, l'identité de la commune faite du regroupement hésitant de plusieurs paroisses, s'est finalement établie dans son plan actuel.[pas clair] L'économie au XIXe siècle a obtenu beaucoup d'une voie ferrée construite tout spécialement pour utiliser la pierre locale, très appréciée pour l'expansion de l'agglomération bordelaise, mais aussi les monuments et propriétés de la région, et y compris dans leurs réfections actuelles.

Au XXe siècle, comme dans d'autres communes avoisinantes, les carrières souterraines creusées dans le calcaire pour l'extraction de la pierre, ou dans ce but précis, ont permis une activité semi-industrielle de culture de champignons « de Paris ». À titre d'exemple, l'une de ces exploitations a employé avant les années 1970 jusqu'à 400 personnes. Cette culture est ensuite devenue rarissime en France et n'a donc laissé que des souvenirs, personne ne s'aventurant maintenant guère dans ces entrailles terrestres, qui permettent cependant la survie des chauve-souris, animaux souvent en voie de disparition.[pas clair]

La voie ferrée a été progressivement désaffectée dans les années 1960, et est devenue, à la satisfaction de tous[non neutre] une piste cyclable et piétonnière, dénommée piste Lapébie, presque embouteillée par les locaux et les touristes.

L'évolution économique récente a diminué l'animation d'un bourg ayant comporté à son apogée d'activité jusqu'à 35 commerces ou artisanats. Mais l'amélioration des communications avec Bordeaux par la route de Créon a stoppé et même inversé l'exode rural.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 mars 2014 Hervé Pauly   Médecin
mars 2014 en cours Josette Mugron FG Retraitée
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[6],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 772 habitants, en augmentation de 8,27 % par rapport à 2009 (Gironde : 5,99 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
540 519 451 537 544 538 544 532 514
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
545 598 642 661 670 632 640 622 834
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
708 717 685 604 632 636 578 573 604
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014
624 729 669 640 687 650 699 766 772
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Activités de loisir[modifier | modifier le code]

Mur d'escalade aménagé sur la paroi d'une ancienne carrière.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Nom des habitants des communes françaises sur habitants.fr, consulté le 27 octobre 2012.
  2. Distances les plus courtes par la route - Les distances orthodromiques sont respectivement de 34,6 km pour Bordeaux, 21,9 km pour Langon et 8 km pour Targon. Données fournies par lion1906.com, consulté le 28 octobre 2012.
  3. Historique des communes, p. 22, sur GAEL (Gironde Archives en ligne) des Archives départementales de la Gironde, consulté le 1er avril 2013.
  4. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  8. « Inscription de la commanderie de Sallebruneau », notice no PA00083549, base Mérimée, ministère français de la Culture, consulté le 28 octobre 2012.
  9. « Inscription de l'église Notre-Dame », notice no PA00083550, base Mérimée, ministère français de la Culture, consulté le 28 octobre 2012.
  10. « Inscription de l'église Sainte-Présentine », notice no PA00083551, base Mérimée, ministère français de la Culture, consulté le 28 octobre 2012.