Front large (Chili)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Front large
(es) Frente Amplio
Image illustrative de l’article Front large (Chili)
Logotype officiel.
Présentation
Présidente Beatriz Sánchez
Fondation
Siège Santiago
Drapeau du Chili Chili
Partis membres Gauche autonome (es)
Gauche libertaire
Mouvement autonome (es)
Nouvelle Démocratie
Parti vert écologiste (es)
Parti humaniste du Chili
Parti de l'égalité (es)
Parti libéral (es)
Pouvoir citoyen (es)
Révolution démocratique (es)
Parti pirate
Mouvement démocrato-progressiste
Mouvement socialisme et liberté
Mouvement démocratico-populaire
Positionnement Gauche[1],[2],[3],[4],[5],[6],[7],[8] à extrême gauche[9],[10],[11],[12],[13]
Idéologie Progressisme
Démocratie participative

Factions :
Socialisme démocratique
Écosocialisme
Social-libéralisme
Social-démocratie
Socialisme du XXIe siècle
Autonomisme
Site web frente-amplio.cl
Représentation
Sénateurs
1 / 43
Députés
20 / 155
Conseillers régionaux
21 / 278
Maires
4 / 345
Conseillers municipaux
44 / 2 240

Le Front large (en espagnol : Frente Amplio, abrégé en FA) est une coalition politique chilienne large composée de partis et de mouvements politiques de gauche, d'extrême gauche, social-libéraux et citoyens qui souhaitent créer une alternative au bipartisme traditionnel chilien qui oscille entre Nouvelle Majorité et Chile Vamos (es).

Histoire[modifier | modifier le code]

Logo du Front Large entre janvier et avril 2017.

Les premiers résultats de négociations entre les partis et les mouvements de gauche pour former une coalition remonte à . Ces négociations ont principalement eut lieu entre Révolution démocratique (es), fondée par le député Giorgio Jackson (es), et la Gauche autonome (es) alors dirigée par le député Gabriel Boric (es) avant son départ pour créer le Mouvement autonome (es).

Lors de l'élection présidentielle de 2017, sa candidate Beatriz Sánchez créé la surprise en arrivant en troisième position lors du premier tour et se retrouve arbitre pour départager les deux derniers candidats encore en lice au second tour[9],[10],[11],[12],[13].

Résultats électoraux[modifier | modifier le code]

Élections à la Chambre des députés[modifier | modifier le code]

Année Voix % Sièges
2017 988 909 16,5
20 / 155

Élections au Sénat[modifier | modifier le code]

Année Voix % Sièges
2017 184 168 11,07
1 / 43

Élections présidentielles[modifier | modifier le code]

Année Candidat Voix %
2017 Beatriz Sánchez 1 336 161 20,27

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Chile polls pit billionaire against ex-news anchor », BBC News,‎ (lire en ligne)
  2. Piotr Kozak, « Chile faces new political landscape as leftwingers dent billionaire Piñera's hopes », The Guardian,‎ (lire en ligne)
  3. Jesper TVEVAD, « Chile: the government struggles to implement its reform programme », sur European Parliament, (consulté le 22 octobre 2019) : « She stood for the Broad Front (Frente Amplio), a left-wing coalition of six political parties and various social and political movements, which took a critical line against both Michelle Bachelet's governing centre-left coalition and the opposition. »
  4. Marianne Le Saux, « Chile is Not Saved », NACLA,‎ (lire en ligne)
  5. Omar Encarnación, « The Rise and Fall of the Latin American Left », The Nation,‎ (lire en ligne)
  6. Philip Sanders, « Why Chile’s Election Could Still Deliver a Surprise », Bloomberg,‎ (lire en ligne)
  7. Cristóbal Bellolio, « Chile heads into presidential runoff with a transformed political landscape », The Conversation,‎ (lire en ligne)
  8. Gram Slattery, « Chile's Pinera cruises to primary win, solidifying front-runner status », Reuters,‎ (lire en ligne)
  9. a et b « A la Une : Chili, l’extrême gauche, troisième force politique », sur RFI, (consulté le 29 décembre 2017).
  10. a et b « Au Chili, gauche et droite au coude-à-coude pour la présidentielle », sur France-Soir, (consulté le 29 décembre 2017).
  11. a et b « Beatriz Sanchez, la divine surprise de la gauche radicale chilienne », sur TV5 Monde, (consulté le 16 janvier 2018).
  12. a et b « Présidentielle au Chili : l'ex-président Pinera en tête au premier tour », sur Les Échos, (consulté le 16 janvier 2018).
  13. a et b « Présidentielle au Chili : Sebastián Piñera en ballottage favorable », sur Le Point, (consulté le 16 janvier 2018).

Articles connexes[modifier | modifier le code]