Front commun pour le Congo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Front commun pour le Congo
Image illustrative de l’article Front commun pour le Congo
Logotype officiel.
Présentation
Président Joseph Kabila
Fondation 2018
Fusion de AMP
Coalition de PPRD
ACO
AFDC (2018-2021)
AAB (2018-2021)
PPPD
AAAC (2018-2021)
AABC (2018-2021)
Siège Kinshasa
Site web fcc.cd
Représentation
Députés nationaux
187  /  500
Sénateurs
85  /  109

Le Front commun pour le Congo (FCC) est un groupe parlementaire de l'Assemblée nationale de la République démocratique du Congo qui comprend, entre autres, le parti majoritaire, le Parti populaire pour la reconstruction et la démocratie. Il est étroitement lié à l'ancien président de la RD Congo de 2001 à 2019, Joseph Kabila, qui l'a formé mi-2018 pour organiser les forces politiques pour les élections générales de décembre 2018. Pour cette raison, il est également appelée coalition Kabila, ainsi que successeur de l'Alliance pour la majorité présidentielle, qui est le bloc majoritaire progouvernemental dans les deux chambres du Parlement de 2006 à 2018.

Histoire[modifier | modifier le code]

Depuis les élections de 2018, le FCC détient la majorité à l'Assemblée nationale et au Sénat. Lors des élections provinciales d'avril 2019, le FCC obtient également les postes de gouverneurs de 16 des 24 provinces dans lesquelles des votes ont eu lieu. Le FCC négocie avec le président nouvellement élu, Félix Tshisekedi du Cap pour le changement (Cach), pour former un nouveau gouvernement[1],[2]. Ayant la majorité au Parlement, le FCC nomme également le prochain Premier ministre[3]. Le fait que le FCC contrôle le parlement et les gouvernements provinciaux signifie que la capacité du président Tshisekedi à gouverner est limitée[4].

Le 27 juillet 2019, le FCC et le Cach parviennent à un accord sur la formation d'un nouveau gouvernement. Le nouveau cabinet de Sylvestre Ilunga comprend 65 membres, dont 42 pour les candidats du FCC, notamment, les ministères de la Défense, de la Justice et des Finances[5],[6].

Évolution[modifier | modifier le code]

En janvier 2021, 42 députés du PPRD ont quitté le FCC pour l'Union sacrée[7], de même que neuf de l'ACO et la totalité de l'AFDC[8] et de l'AAB[9].

Élections[modifier | modifier le code]

Présidence[modifier | modifier le code]

Année Candidat Premier tour Deuxième tour
Votes % Votes %
2018 Emmanuel Ramazani Shadary 4 357 359 23,8%

Sénat[modifier | modifier le code]

Année Voix % Rang Sièges
2019 1er
98  /  109

Assemblée nationale[modifier | modifier le code]

Année Voix % Rang Sièges
2018 1er
341  /  500

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) What is at stake for the DRC presidential election?. Brookings Institution, 29 August 2018
  2. (en) Ex-President Kabila's Allies Win Most Congo Governor Races. Bloomberg, 10 April 2019
  3. (en) DR Congo: President Tshisekedi names new prime minister. Al Jazeera, 20 May 2019
  4. (en) Violence in DRC after president's party crushing senate defeat. France24, 16 March 2019
  5. (en) DR Congo rivals forge government pact 7 months after polls. News24, 27 July 2019
  6. (en) DRC coalition gov't to include 65 members. Xinhua, 30 July 2019
  7. « RDC : 42 députés nationaux PPRD adhèrent « individuellement et librement » à l’Union sacrée pour la nation », sur Radio Okapi, (consulté le ).
  8. (la) « Digitalcongo.net », sur www.digitalcongo.net (consulté le ).
  9. « Union sacrée : les regroupements AAAC, AAB et AABC signent leur adhésion », sur Radio Okapi, (consulté le ).

Lien externe[modifier | modifier le code]