Frombork

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Frombork
Blason de Frombork
Héraldique
La cathédrale de Frombork devant l'estuaire de la Vistule
La cathédrale de Frombork devant l'estuaire de la Vistule
Administration
Pays Drapeau de la Pologne Pologne
Région Varmie-Mazurie
District Braniewo
Maire Krystyna Ryszarda Lewańska
Code postal 14-530
Indicatif téléphonique international +(48)
Indicatif téléphonique local 58
Immatriculation NBR
Démographie
Population 2 528 hab. (2005)
Densité 333 hab./km2
Géographie
Coordonnées 54° 21′ 00″ N 19° 41′ 00″ E / 54.35, 19.683333 ()54° 21′ 00″ Nord 19° 41′ 00″ Est / 54.35, 19.683333 ()  
Altitude Min. 0 m – Max. 6 m
Superficie 759 ha = 7,59 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pologne

Voir la carte administrative de Pologne
City locator 14.svg
Frombork

Géolocalisation sur la carte : Pologne

Voir la carte topographique de Pologne
City locator 14.svg
Frombork
Liens
Site web http://www.frombork.pl

Frombork (Frauenburg en allemand) est une ville du Nord de la Pologne, sur les bords du lagon de la Vistule, dans la voïvodie de Varmie-Mazurie, dans le comté de Braniewo.

La ville et sa cathédrale vieille de 700 ans ont été gravement endommagées pendant la Seconde Guerre mondiale. Méticuleusement reconstruite à l'identique après la guerre, Frombork est redevenue un site touristique important.

Cette cité littorale de la mer Baltique a été le lieu de résidence de Nicolas Copernic, ainsi que son lieu de sépulture. La cathédrale recélait en effet de nombreux ossements, dont le crâne de l'humaniste[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

On n'a pas à ce jour de confirmation de l'hypothèse selon laquelle l'actuelle Frombork aurait repris l'emplacement d'un village prussien au bord de la lagune de la Vistule. Le château de Frauenburg est évoqué pour la première fois en tant que nouveau siège du chapitre cathédral d’Ermeland en 1282, à la suite de la destruction du chapitre de Braunsberg lors des soulèvements prussiens des années 1270. D’après un almanach des chanoines de Frauenburg de l'année 1393 on y commémorait la mémoire d'un certain frère Heinricus de Castro alias Pasloci (du vieux-prussien passis lukis = « Quartier du seigneur », devenu Pasłęk en polonais) et de sa femme Gertrude Paslocisse.

Les sources mentionnent le castrum Dominæ Nostræ (château Notre-Dame), consacré à la Vierge Marie, d’où le toponyme allemand de « Frauenburg » et sa transcription phonétique polonaise Frombork. Mais dans de nombreux textes en latin, la citadelle apparaît sous le nom de Warmia, qui est aussi celui de l’évêché d’Ermeland, dont la cathédrale se trouvait au château. Un bourg se forma au pied de la forteresse, qui reçut en 1310 de l'évêque Eberhard von Neisse des privilèges inspirés du Code de Lübeck. En comparaison avec la puissante ville hanséatique voisine de Braunsberg, Frombork resta insignifiante économiquement et n'émergea jamais réellement de l'ombre de la citadelle des évêques de Varmie.

Au traité de Thorn, Frauenburg, comme la totalité de l'évêché de Varmie passa sous la tutelle du Royaume de Pologne. Lors de la guerre qu'Albert de Brandebourg-Hohenzollern, en tant que dernier grand-maître de l'Ordre Teutonique, mena contre la Pologne, les chevaliers allemands prirent la ville et la mirent à sac en 1520. Nicolas Copernic, qui était alors chanoine de Varmie, avait dû faire retraite vers Allenstein, et se consacra par la suite à la défense et à la reconstruction de l'évêché.

Le 9 février 1945, Frauenburg fut bombardée par l’Armée rouge et détruite à 80 %. Dépeuplée, cette vieille ville de Prusse-Orientale perdit le statut de commune, et ne devait le retrouver qu'en 1959. Mais sa reconstruction ne reprit vraiment qu'à partir de 1966, grâce à l'action de jeunes pionniers polonais.

Pour commémorer l'exode des civils et leur calvaire face à l'avance des troupes soviétiques en 1945, les autorités polonaises ont édifié en 2001 un monument au bord de la lagune de la Vistule. L'archevêque de Varmie, le Dr. Edmund Piszcz, a béni la plaque commémorative rédigée en polonais et en allemand.

Monuments[modifier | modifier le code]

La cathédrale[modifier | modifier le code]

La cathédrale Saint-André et de l'Ascension date du XIVe siècle et d'après les indications d'un plan fut érigée entre 1329 et 1388. Cette église-halle de 99 m de longueur a conservé jusqu'à nos jours son état d'origine et ses caractéristiques architectoniques.

Article détaillé : Cathédrale de Frombork.

La citadelle[modifier | modifier le code]

Il y avait jusqu’au XVe siècle autour de la cathédrale une enceinte fortifiée à trois tours, plusieurs tours et fortins intérieurs ainsi que les maisons des chanoines et la résidence de l’évêque. Mais l’édifice le plus important de la citadelle est le campanile qui ne fut achevé qu’au XVIIe siècle sous le règne de l’évêque Radziejowski, et qu’on appelle pour cette raison la tour Radziejowski.

Le Castrum Dominæ Nostræ demeura le siège du chapitre cathédral et de l’évêché de Varmie jusqu'à leur transfert à Allenstein lors du rattachement à la Pologne en 1945.

La cathédrale est aujourd'hui propriété de l'Église catholique, mais la citadelle appartient à l'État polonais, qui y a installé le musée Nicolas-Copernic. Les salles du musée occupent principalement l'ancien palais épiscopal, mais aussi la tour Copernic et le campanile (la tour Radziejowski). Ce dernier est équipé d'un petit planétarium en sous-sol, avec un pendule de Foucault.

La tour Copernic
Le clocher - qui abrite aujourd’hui un pendule de Foucault.

L’hôpital du Saint-Esprit et l'église paroissiale[modifier | modifier le code]

Au nord de la citadelle se trouvent des hospices de style Renaissance : édifiés au XVIIe siècle, ils abritent aujourd'hui le Département d'Histoire de la Médecine du musée Nicolas-Copernic. La chapelle Sainte-Anne possède plusieurs tableaux gothiques en bon état, avec dans l’abside une scène monumentale du Jour du jugement.

L’église paroissiale Saint Nicolas, une halle rectangulaire sans tour à trois nefs du XIVe siècle, de même plan que la cathédrale et visiblement construite pour loger les ouvriers qui construisaient la cathédrale, fut utilisée comme chaufferie municipale pendant des années et a subi d'irréparables dommages ; à la fin de la deuxième guerre mondiale, ce n'était plus qu'un ensemble de pans de murs noircis. Elle a été restituée en 2005 à l’Église catholique et reste en attente d'une reconstruction.

Le canal de Copernic[modifier | modifier le code]

Créé déjà avant 1320, le canal, de 5 m de large et presque 5 km de longueur, servait de l'alimentation du moulin et amenait de l'eau fraîche aux habitants de la ville. Dès le XVIe siècle, une installation amenait de l'eau fraîche aussi sur la colline de la cathédrale, la conception imputée à Nicolas Copernic, chanoine de Frombork à cette époque.

Notes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :