Froideville (Gros-de-Vaud)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Froideville.

Froideville
Froideville (Gros-de-Vaud)
Blason de Froideville
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton de Vaud Vaud
District Gros-de-Vaud
Communes limitrophes Poliez-Pittet, Jorat-Menthue, Corcelles-le-Jorat, Montpreveyres, Lausanne, Bottens
Syndic Michel Pittet
NPA 1055
N° OFS 5523
Démographie
Gentilé Fredevallois
Population
permanente
2 576 hab. (31 décembre 2018)
Densité 364 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 36′ 00″ nord, 6° 41′ 00″ est
Altitude 819 m
Superficie 7,08 km2
Divers
Langue Français
Localisation
Localisation de Froideville
Carte de la commune dans sa subdivision administrative.

Géolocalisation sur la carte : canton de Vaud

Voir sur la carte administrative du Canton de Vaud
City locator 14.svg
Froideville

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Froideville

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Froideville
Liens
Site web www.froideville.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Froideville est une commune suisse du canton de Vaud, située dans le district du Gros-de-Vaud. Citée dès 1284, elle fait partie du district d'Échallens entre 1798 et 2007. La commune est peuplée de 2 576 habitants en 2018. Son territoire, d'une surface de 707 hectares, se situe dans la région du Gros-de-Vaud.

Histoire[modifier | modifier le code]

Froideville est connu sous le nom de Frigida Villa en 1284. Des moines cultivent la région au XIIIe siècle, puis par des laïcs. Le village dépend de la juridiction de la ville de Lausanne, puis du bailliage de Lausanne à l'époque bernoise, puis du district d'Échallens dès la révolution vaudoise, de 1798 à 2007, et du district du Gros-de-Vaud depuis 2008. Le village ne possède pas de lieu de culte jusqu'à la construction d'un centre œcuménique en 1985[3].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Froideville

Les armes de la commune de Froideville se blasonnent ainsi :
Coupé d'azur à la croix ancrée d'or, et de gueules à la charrue d'argent[4].

Géographie[modifier | modifier le code]

La surface totale de la commune de Froideville représente 707 hectares qui se décomposent en : 73 ha de surfaces d'habitat et d'infrastructure, 271 ha de surfaces agricoles, 363 ha de surfaces boisées et enfin 0 ha de surfaces improductives (lacs et cours d'eau par exemple). Dans le détail en 2005, les aires industrielles et artisanales représentent moins de 1 % du territoire communal, les maisons et bâtiments 6,93 %, les routes et infrastructures de transport 2,83 %, les zones agricoles 27,58 % et les zones arboricoles et viticoles moins de 1 %[2].

Jusqu'à sa dissolution, la commune faisait partie du district d'Échallens. Depuis le 1er janvier 2008, elle fait partie du nouveau district du Gros-de-Vaud. Elle a des frontières communes avec Poliez-Pittet, Jorat-Menthue, Corcelles-le-Jorat, Montpreveyres, Lausanne et Bottens.

Le territoire communal se trouve sur le plateau suisse, dans la région du Gros-de-Vaud. La partie nord-ouest de la commune où se trouve le village de Froideville se trouve sur un plateau d'une altitude moyenne de 844 mètres, bordé par la vallée du Talent. Au sud-est, elle s'étend jusqu'à la vaste forêt du bois du Jorat où le Talent et la Mentue alimentée le ruisseaux de la Rosse et de Corbassière) se rejoignent. Le point culminant de la commune se trouve dans la forêt, à 907 mètres d'altitude.

En plus du village de Froideville, la commune compte également le hameau de Rossy, qui s'est désormais agrandi de plusieurs zones résidentielles, ainsi que plusieurs exploitations agricoles isolées.

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon l'Office fédéral de la statistique, Froideville possède 2 576 habitants en 2018[1]. Sa densité de population atteint 364 hab./km².

En 2000, la population de Froideville est composée de 741 hommes (51 %) et 712 femmes (49 %). La langue la plus parlée est le français, avec 1 344 personnes (91,5 %). La deuxième langue est l'allemand (75 ou 5,1 %). Il y a 1 358 personnes suisses (92,4 %) et 111 personnes étrangères (7,6 %). Sur le plan religieux, la communauté protestante est la plus importante avec 804 personnes (54,7 %), suivie des catholiques (379 ou 25,8 %). 171 personnes (11,6 %) n'ont aucune appartenance religieuse[5].

La population de Froideville est de 454 habitants en 1850. Elle baisse progressivement jusqu'à 266 habitants en 1960. Le nombre d'habitants augmente ensuite très fortement, puisqu'il est multiplié par 6,6 en 50 ans. Le graphique suivant résume l'évolution de la population de Froideville entre 1850 et 2010[6] :

Politique[modifier | modifier le code]

Lors des élections fédérales suisses de 2011, la commune a voté à 35,39 % pour l'Union démocratique du centre. Les deux partis suivants furent le Parti libéral-radical avec 20,93 % des suffrages et le Parti socialiste suisse avec 17,24 %[7].

Lors des élections cantonales au Grand Conseil de mars 2011, les habitants de la commune ont voté pour l'Union démocratique du centre à 27,81 %, le Parti socialiste à 26,19 %, le Parti libéral-radical à 18,92 %, l'Alliance du centre à 15,17 % et les Verts à 11,9 %[8].

Sur le plan communal, Froideville (Gros-de-Vaud) est dirigé par une municipalité formée de 5 membres et dirigée par un syndic pour l'exécutif et un Conseil communal, composé de 55 élus, dirigé par un président et secondé par un secrétaire, pour le législatif[9].

Économie[modifier | modifier le code]

Principal pourvoyeurs d'emplois jusqu'à la deuxième moitié du XXe siècle, l'élevage et l'agriculture ne jouent plus qu'un rôle marginal dans l'économie locale depuis la forte hausse de la population des années 1970, lorsque de nombreuses zones résidentielles ont été bâties et occupées par des personnes travaillant principalement dans la région lausannoise ; ce changement a été accompagné par la création de nombreuses petites entreprises locales.

La commune compte un café-restaurant, un restaurant italien[10], ainsi qu'un restaurant thaïlandais (maison thaï).

Transports[modifier | modifier le code]

Au niveau des transports en commun, Froideville fait partie de la communauté tarifaire vaudoise Mobilis. C'est le terminus du bus no 60 des Transports publics de la région lausannoise faisant le parcours Lausanne-Cugy-Montheron-Bottens-Froideville[11]. La localité est également desservie par les bus sur appel Publicar, qui sont un service de CarPostal[12].

Vie locale[modifier | modifier le code]

La commune de Froideville compte de nombreuses associations, parmi lesquelles une abbaye vaudoise, une société de jeunesse, un chœur mixte et des paysannes vaudoises ; elle compte également des clubs de football, badminton, tir sportif, gymnastique, pétanque, volley-ball et karaté[13].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Population résidante permanente au 31 décembre, nouvelle définition, Vaud », sur Statistiques Vaud (consulté le 25 juillet 2019)
  2. a et b « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 26 août 2017)
  3. François Bébou, « Froideville » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du . consulté le 15 octobre 2012
  4. « Annexe à l'arrêté relatif aux armoiries communales (AAC) du 10 février 1925 (175.12.1) » (consulté le 15 octobre 2012)
  5. « STAT-TAB: la banque de données statistiques interactive », Confédération suisse (consulté le 7 octobre)
  6. « Évolution de la population des communes 1850-2000 », sur Office fédéral de la statistique (consulté le 1er octobre 2012)
  7. « Elections au Conseil national 2011: Participation, force des partis, électeurs fictifs », sur Statistique suisse (consulté le 2 octobre 2012)
  8. « Election du Grand Conseil du 11 mars 2012 », sur vd.ch (consulté le 2 octobre 2012)
  9. « Froideville (Gros-de-Vaud) », sur communal.ch (consulté le 2 octobre 2012)
  10. « Restaurants / Cafés », sur froideville.ch (consulté le 7 octobre 2012)
  11. « Lausanne-Cugy VD-Montheron-Bottens-Froideville », sur fahrplanfelder.ch (consulté le 4 octobre 2012)
  12. « PubliCar Echallens (VD) », sur carpostal.ch (consulté le 5 octobre 2012)
  13. « Sociétés locales diverses », sur froideville.ch (consulté le 7 octobre 2012)

Sources[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :