Fritz Wolffheim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un homme politique image illustrant américain image illustrant le communisme
Cet article est une ébauche concernant un homme politique américain et le communisme.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Fritz Wolfheim (Berlin, 1888[1]- camp de concentration de Ravensbrück, 1942). Après trois ans passés aux États-Unis, de 1910 à 1913, pendant lesquels il s'impliqua avec les Industrial Workers of the World (organisation anarcho-syndicaliste) à San Francisco aux côtés de Lala Hardayal, Wolffheim s'installa en 1913 à Hambourg. Malgré sa judéité, on retrouve bon nombre de remarques antisémites dans ses écrits[réf. nécessaire].

En 1913 il arriva à Hambourg, et commença à travailler avec Heinrich Laufenberg. Appliquant le concept d'anarcho-syndicalisme à la situation allemande, il adhéra au Parti communiste d'Allemagne (KPD), tout en évoluant vers des positions national-bolcheviques.

Il écrivit de nombreux textes avec Laufenberg:

  • Demokratie und Organisation (Démocratie et Organisation, Hambourg, 1915)
  • Kommunismus gegen Spartakismus (Communisme contre spartakisme, Hambourg, 1920)
  • Moskau und die deutsche Revolution (Moscou et la révolution allemande, Hambourg, 1920)
  • Knechtschaft oder Weltrevolution? (Asservissement ou révolution mondiale ?, Hambourg, 1919)
  • Betriebsorganisation oder Gewerkschaft? (Organisation d'entreprise ou syndicat ?, Hambourg, 1919)
  • Organisation, Krieg und Kritik (Organisation, guerre et critique, Hambourg, 1915)
  • Imperialismus und Demokratie (Impérialisme et démocratie, Hambourg, 1914)
  • Revolutionärer Volkskrieg oder konterrevolutionärer Bürgerkrieg ? (Guerre populaire révolutionnaire ou guerre civile contre-révolutionnaire ?, Hambourg, 1919):

Il suivit la majorité du KPD vers le KAPD, mais on lui demanda de le quitter à cause de ses positions nationalistes. Après avoir participé à l'éphémère Ligue communiste, il fut marginalement impliqué dans le national-socialisme exprimant un attachement à la société prussienne, voyant dans la classe ouvrière allemande, le "peuple du futur" propageant le « germanisme » dans le reste de l'humanité. Les Nazis l'envoyèrent dans un camp de concentration, où il mourut en 1942.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (de) « Biographische Datenbanken - Wolffheim, Fritz », sur bundesstiftung-aufarbeitung (consulté le 18 février 2017)