Fritz Stüssi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Fritz Stüssi
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 80 ans)
ZurichVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Distinction
Archives conservées par
Archives de l'École polytechnique fédérale de Zurich (en) (CH-001807-7:Hs 1251)
Archives de l'École polytechnique fédérale de Zurich (en) (CH-001807-7:Hs 1252)
Archives de l'École polytechnique fédérale de Zurich (en) (CH-001807-7:Hs 1253)
Archives de l'École polytechnique fédérale de Zurich (en) (CH-001807-7:Hs 1254)
Archives de l'École polytechnique fédérale de Zurich (en) (CH-001807-7:Hs 1255)
Archives de l'École polytechnique fédérale de Zurich (en) (CH-001807-7:Hs 1256)
Archives de l'École polytechnique fédérale de Zurich (en) (CH-001807-7:Hs 1257)Voir et modifier les données sur Wikidata

Fritz Stüssi, né le 3 janvier 1901 à Wädenswil et mort le 15 mars 1981 dans la même ville, est un ingénieur et professeur suisse spécialisé dans la résistance des matériaux. De 1937 à 1966, il enseigna à l’École polytechnique fédérale de Zurich le calcul des structures appliqué au bâtiment et aux ponts en charpente et aux ponts métalliques. Il fut recteur de cet établissement de 1949 à 1951.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fritz Stüssi fit ses études à l’École polytechnique fédérale de Zurich. Il fut projeteur puis directeur adjoint d'un bureau d'études suisse spécialisé dans la charpente métallique, et en 1930 soutint sa thèse de doctorat. Sous la direction d’O.-H. Ammann, il travailla ensuite aux États-Unis, s'illustrant notamment lors de la construction du Bayonne Bridge. En 1935 il soutenait sa thèse d’habilitation à Zürich, et l'année suivante participa aux « Olympiades de résistance des matériaux » à Berlin.

Stüssi fit principalement œuvre de théoricien. Il rédigea sept manuels et publia 178 articles ou communications dans diverses revues techniques, consacrés tout autant au calcul à la rupture, à l'estimation des charges limites et à la plastification des aciers, qu'aux diverses applications de ces techniques aux constructions civiles et militaires en acier, aluminium ou charpente de bois. Stüssi évitait la méthode du coefficient de sécurité et à partir du milieu des années 1950 il en dénonça systématiquement l'emploi.

La Rotonde de la place Bellevue à Zurich compte parmi ses réalisations les plus connues.

Stüssi fut successivement secrétaire général de l'Association internationale des ponts et charpentes (AIPC) pour la charpente métallique (1937), président (1951) et enfin président d'honneur (1966) : à ce titre, il dirigea de nombreux congrès. Il a été docteur honoris causa d'universités de trois continents. Ardent patriote, Stüssi exerçait comme colonel du génie dans la réserve de l'Armée suisse.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]