Fritz Heider

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fritz Heider
Biographie
Naissance Voir et modifier les données sur Wikidata
à VienneVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès Voir et modifier les données sur Wikidata (à 91 ans)
à LawrenceVoir et modifier les données sur Wikidata
Pays de nationalité États-Unis
AutricheVoir et modifier les données sur Wikidata
Thématique
Formation Université de GrazVoir et modifier les données sur Wikidata
Profession Psychologue, traducteur (en), professeur d'université (d) et écrivainVoir et modifier les données sur Wikidata
Employeur Université du KansasVoir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions Bourse Guggenheim et prix APA pour une contribution scientifique remarquable à la psychologie (en) ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Membre de Académie américaine des arts et des sciencesVoir et modifier les données sur Wikidata

Fritz Heider, né à Vienne le et mort à Lawrence (Kansas) le , est un psychologue et professeur d'université en psychologie américain d'origine autrichienne, dont les travaux sont liés à la Gestalt ou psychologie de la forme. Il a mené des recherches sur l'attribution causale et sur les relations interpersonnelles.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Étudiant à l'université de Graz, il commença d'abord des études d'architectures et de droit, avant de passer à la psychologie et à la philosophie. Remarqué très tôt pour son talent, il obtient son doctorat en 1920, sous la direction d'Alexius Meinong, pour une thèse sur le problème de la causalité. Dès 1921, il s'installe à Munich, et ensuite à Berlin, pour pouvoir travailler avec Max Wertheimer. En 1927, il devient assistant de William Stern à Hambourg. En 1930, il émigre aux États-Unis, collabore avec Kurt Koffka, enseigne à la Clarke School for the Deaf et à Smith College avant de devenir professeur à l'université du Kansas en 1947. Son approche s'inscrit dans la démarche de la psychologie de la forme.

Il a publié son maître ouvrage The Psychology of Interpersonal Relations en 1958 et une autobiographie en 1983.

Son essai Ding und Medium est aujourd'hui considéré comme un des textes fondateurs d'une théorie des médias élargie, qui tient compte des milieux sensoriels (air, eau, électricité etc.)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • The Psychology of Interpersonal Relations, 1958
  • Ding und Medium [1926], Kulturverlag Kadmos, Berlin 2005
  • Chose et médium, introduction, traduction et notes Emmanuel Alloa, Paris, Vrin, 2017

Liens externes[modifier | modifier le code]