Friend zone

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Deux amants (1892), tableau du peintre anglais Marcus Stone.

La friend zone (aussi appelée friendship zone, littéralement « zone d'amitié ») ou zone amicale est un anglicisme qui désigne, dans la psychologie populaire, une situation sociale où une personne désire avoir une relation amoureuse ou sexuelle avec une personne qui ne souhaite entretenir qu'une relation amicale[1],[2],[3]. Les deux personnes entretiennent alors une relation d'amour platonique. Lorsque la personne qui ne désire pas avoir de relation amoureuse le fait comprendre à l'autre, on parle couramment d'« entrée dans la friend zone » ou de « friend-zonage »[4].

La situation est généralement considérée comme déplaisante à vivre par la personne qui souhaiterait avoir une relation amoureuse avec l'autre. Concrètement, on parle de friend zone lorsque l'une des deux personnes ne retourne pas les marques d'affection ou les avances de l'autre, mais continue à entretenir des liens d'amitié avec elle[5]. Selon certains psychologues, les hommes sont davantage susceptibles de vivre des situations de friend zone dans le cadre d'une relation avec une femme[5],[6] : ceux-ci auraient tendance à plus s'attacher à leurs amies que l'inverse, et auraient également tendance à surestimer l'envie des femmes d'avoir une relation amoureuse ou sexuelle[7],[8].

Le concept a été jugé misogyne par certains mouvements féministes, qui estiment qu'il sous-tend la nécessité pour les femmes d'avoir une relation sexuelle pour obtenir la considération des hommes[3],[9],[10].

Une relation déséquilibrée[modifier | modifier le code]

L'amie et l'amoureux ont été genrés, dans la mesure où ces rôles sociaux sont fortement genrés, comme indiqué dans l'introduction. Il existe cependant des relations de type friend-zone où les genres sont inversés.

L'amie bénéficie du dévouement amoureux de l'amoureux, tandis qu'elle ne lui offre qu'un dévouement amical. Le dévouement amoureux est habituellement beaucoup plus grand que le dévouement amical. L'amie bénéficie ainsi plus souvent des visites, des services et du soutien de l'amoureux que l'inverse.

L'amie bénéficie d'une liberté sexuelle que l'amoureux ne partage pas. Elle peut successivement sortir avec plusieurs compagnons tout en étant assurée d'être soutenue ou consolée par l'amoureux en cas de problème ou de rupture. Cela lui offre un filet de sécurité affective qui augmente sa liberté amoureuse.

A contrario l'amoureux, étant amoureux, reste en grande partie dépendant, affectivement, de l'amie. Il peut difficilement chercher une compagne. Il souffre au contraire de jalousie à chaque conquête de l'amie.

Tandis que l'amie trouvera, tôt ou tard, un compagnon qui lui correspond, l'amoureux est fixé et ne fait jamais son expérience amoureuse.

L'amie peut souffrir des avances insistantes de l'amoureux. Cependant, les avantages de cette relation inégale sont tellement grands que l'amie rompt rarement avec l'amoureux.

La rupture peut survenir lorsque:

  • les avances de l'amoureux deviennent trop insistantes,
  • l'amoureux trouve une vrai compagne,
  • l'amoureux en a assez de cette relation inégale.

Application[modifier | modifier le code]

Le concept de friend zone peut s'appliquer à une situation où deux personnes ont des relations sexuelles, mais où l'une des deux désire entretenir une relation plus formelle (concubinage, union civile, etc.), alors que l'autre ne le souhaite pas[11].

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Le terme a été rendu populaire par un épisode de la première saison de Friends, Celui qui a du jus (The One with the Blackout). Le personnage de Ross Geller, follement amoureux de Rachel Green, est qualifié par Joey Tribbiani de « maire de la friend zone »[12],[13]. La question de savoir si un homme peut « sortir de la friend zone et entretenir une relation amoureuse avec son amie » structure le récit de la série[14].

Le concept a été repris dans plusieurs films et émissions de télévision. Le film Just Friends, sorti en 2005, met en scène un homme retrouvant son amie après dix ans d'absence et tombant amoureux d'elle. Elle lui déclare qu'elle l'aime « comme un frère », ce qui ruine tous ses espoirs de pouvoir avoir une relation avec elle. En mai 2011 débute la diffusion d'une série nommée Friendzone sur la chaîne MTV.

En février 2018, le DJ Marshmello, en collaboration avec la chanteuse Anne-Marie, sort une chanson nommée “friends” qu’il décrit comme “L’Hymne officiel du Friendzone”.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Emily Jahr, « The CW's 'Plain Jane,' a not-so-extreme makeover show », sur The Washington Post, (consulté le 7 juillet 2015)
  2. (en) « friend zone », sur oxforddictionnaries.com (consulté le 7 juillet 2015)
  3. a et b (en) Rivu Dasgupta, « The friend zone is sexist », sur themaneater.com, (consulté le 7 juillet 2014)
  4. « La friendzone, ce mystérieux territoire », sur Madmoizelle.com, (consulté le 7 juillet 2015)
  5. a et b (en) Ryan M. Milner, « Hacking the Social: Internet Memes, Identity Antagonism, and the Logic of Lulz. », sur http://twentytwo.fibreculturejournal.org/ (consulté le 7 juillet 2015)
  6. (en) E.J. Dickson, « 6 reasons the “friend zone” needs to die », sur Salon.com, (consulté le 7 juillet 2015)
  7. (en) Ally Fogg, « Not all men in the 'friend zone' are bad guys », sur The Guardian, (consulté le 7 juillet 2015)
  8. (en) April Bleske-Rechek, « Benefit or burden? Attraction in cross-sex friendship », Journal of Social and Personal Relationships,‎ , p. 569–596 (lire en ligne)
  9. (en) Amanda Marcotte, « The dangerous discourse of “the friend zone” », sur rawstory.com, (consulté le 7 juillet 2015)
  10. (en) Tracy Moore, « Hey Dude, You're Not Stuck in the Friendzone Cuz You Dress Shitty », sur jezebel.com, (consulté le 7 juillet 2015)
  11. (en) Jeremy Nicholson, « Avoiding the Friend Zone: Becoming a Girlfriend or Boyfriend », sur Psychology Today, (consulté le 7 juillet 2015)
  12. (en) « The One with the Blackout », sur TV.com (consulté le 7 juillet 2015)
  13. Nonfiction, Pauline Guéna, Annabelle Marin, « Quand l'amour courtois rendait la «friendzone» presque attractive », sur Slate, (consulté le 18 décembre 2016).
  14. (en) « IGN's top 10 favorite TV couples », sur IGN (consulté le 7 juillet 2015)

Articles connexes[modifier | modifier le code]