Friedrich von Bodenstedt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Friedrich von Bodenstedt
Friedrich von Bodenstedt-2.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 72 ans)
WiesbadenVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Friedrich Martin von BodenstedtVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Distinction

Friedrich Martin von Bodenstedt, né le à Peine et mort le à Wiesbaden est un écrivain et metteur en scène de théâtre allemand .

Biographie[modifier | modifier le code]

Friedrich Bodenstedt était le fils d'un brasseur de Peine, August Friedrich Bodenstedt (1783-1850) et de sa femme Johanne Dorothee, née Düvel (1787-1872).

Après un apprentissage commercial à Brunswick, il étudie la philosophie et la philologie à l'université de Göttingen. En 1840, il se rend en tant qu'enseignant à Moscou, où il apprend le russe et, en 1843, à Tiflis où il est initié aux langues du Caucase par le poète azerbaïdjanais Mirza Chafi Vazeh (ru) (1794-1852).

En 1846, il revient en Allemagne. Il vit les événements de Vienne en 1848 et les décrit plus tard dans ses mémoires. Il effectue ensuite un voyage en Italie et exerce une activité de journaliste à Trieste, Brême et Cassel.

À partir de 1854, il est professeur de slavistique et de vieil anglais à Munich. Peu de temps après, il se rend en Angleterre où il étudie à partir de 1858 Shakespeare et publie ses œuvres en trois volumes. Il devient ensuite directeur artistique du théâtre de la Cour (en) à Meiningen. Il recrute l'actrice Ellen Franz (de), la future épouse du duc Georges II de Saxe-Meiningen-Hildburghausen, ce qui conduit le « duc du théâtre » à l'anoblir.

Après Meiningen, il vit temporairement à Altona et à Berlin avant de s'installer de 1878 jusqu'à sa mort à Wiesbaden. Il entreprend encore une tournée de conférences à travers les États-Unis qu'il publie. Il repose au cimetière du Nord de Wiesbaden.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Monument à Friedrich Bodenstedt (Wiesbaden)

Ses Chants de Mirza Chafi (1851) rencontrent un vif succès. Ils ont connu plus de 160 éditions, y compris les traductions. Ludwig Ammann indique que Les Chants de Mirza Chafi sont la publication orientaliste la plus populaire du XIXe siècle[1]. Ils paraissent d'abord pendant les troubles de 1848, sous le nom d'Hégire dans le livre Mille et un jours en Orient (1850), dans lequel Bodenstedt décrit ses expériences de voyage dans le Caucase et en Arménie. Dans le recueil de chants L'Héritage de Mirza Chafi (1874, 17e édition en 1891, explique la genèse de ses poèmes[2].

Ses œuvres complètes (Gesammelte Schriften) ont été publiées à Berlin en 1862, en 12 volumes[3] :

Volumes 9–11. Contes anciens et nouveaux (Alte und neue Gedichte).

  • Volume 12. D'Est et d'Ouest (Aus Ost und West)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ludwig Ammann: Östliche Spiegel.
  2. Diethelm Balke: Orient und orientalische Literaturen.
  3. (en) « Bodenstedt, Friedrich, 1819-1892 », sur www.archive.org (consulté le 5 mai 2019)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (az) A. Bayram, Fridrix Bodenstedtin Mirza Safi Vazeh haqqinda xatiralari [« La mémoire de Mirza Chafi Vazeh chez Friedrich Bodenstedt »], Bakou, Nurlan, .
  • (ru) Friedrich Bodenstedt, По Большой и Малой Абхазии / О Черкесии : Абхазия в письменных источниках [« Par la grande et la petite Abkhazie / Des Tcherkesses »], Центр гуманитарных исследований „Абаза“,‎ .
  • (de) Ludwig Ammann, Östliche Spiegel. Ansichten vom Orient im Zeitalter seiner Entdeckung durch den deutschen Leser, 1800–1850 [« Miroir de l'Est. Vues de l'orient au moment de sa découverte par le lecteur allemand, 1800-1850 »], 1989, Hildesheim, , p. 17 et 128–133.
  • (de) Diethelm Balke, « Orient und orientalische Literaturen », dans Werner Kohlschmidt, Wolfgang Mohr (Hrsg.), Reallexikon der deutschen Literaturgeschichte [« Littératures orientale et orientaliste »], Berlin, , p. 816–869 et ici 845.
  • (de) Eduard Stemplinger, « Bodenstedt, Friedrich Martin von », dans Neue Deutsche Biographie (NDB), vol. 2, Berlin 1955, Duncker & Humblot, p. 355–356 (original numérisé)..
  • (de) Wilhelm Rothert, Allgemeine Hannoversche Biografie [« Biographie générale d'Hanovre »], t. II Im Alten Königreich Hannover 1814–1866, Hanovre, Sponholtz, , p. 74–81.
  • (de) Ludwig Julius Fränkel, « Bodenstedt, Friedrich », dans Allgemeine Deutsche Biographie (ADB), vol. 47, Leipzig, Duncker & Humblot, , p. 44-67.
  • (de) G. Schenk, Friedrich von Bodenstedt, ein Dichterleben in seinen Briefen [« Friedrich von Bodenstedt, une vie de poète dans les lettres »], .
  • Rezension zu Aus deutschen Gauen und Vom Hofe Elisabeth’s und Jakob’s in: Westermann’s Illustrirte Deutsche Monatshefte, janvier 1872, p. 384

Liens externes[modifier | modifier le code]