Friedrich Schwindl

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Friedrich Schwindl
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 49 ans)
KarlsruheVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Autres informations
Instrument

Friedrich Schwindl ou Schwindel (né le à Amsterdam, mort le à Karlsruhe) est un compositeur et musicien néerlandais[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Friedrich Schwindl a travaillé comme violoniste, flûtiste, pianiste et compositeur[1]. En 1763 il rencontre Leopold Mozart et son fils Wolfgang à Bruxelles, à la cour du comte Carl de Colloredo-Mannsfeld, où il était employé comme virtuoso di violino[1]. Il fut, entre autres, violon solo du comte von Wied-Runkel et en 1770 à la cour de Guillaume V d'Orange-Nassau à La Haye[1]. En 1775, il se trouve à Genève, où il fonde, en 1776, une école de musique[1]. En 1779, il s'installe à Karlsruhe, où il travaille jusqu'à sa mort comme violon solo dans la chapelle de la cour du margrave Charles Ier de Bade[1].

Ses œuvres étaient très à la mode à l'époque et ont été publiées par Johann Julius Hummel à Amsterdam. Schwindl a composé 34 symphonies qui se basent sur le style de l'école de Mannheim, mais aussi sur la symphonie des opéras italiens[2]. En plus il nous laisse de la musique de chambre, des duos et trios vocaux ainsi que des oratorios et diverses œuvres chorales. Les Singspiele Die drei Pächter (1778) et Das Liebesgrab (1779) ont tous deux été créées à Mulhouse où Schwindl organise avec peu de succes financier des concerts publics pour les amateurs de musique[3].

Œuvres (choix)[modifier | modifier le code]

  • 24 Menuets en trio pour 2 violins et basse
  • 6 Symphonies, Op.1
  • 6 Symphonies, Op.2
  • 6 Symphonies, Op.3
  • 6 Trio Sonates, Op.3
  • 6 Trio Sonates, Op.5
  • 6 Quatuors à cordes, op. 7
  • 6 Quintettes, op. 10 pour 2 flûtes, 2 violons et clavecin
  • Concerto pour flûte en re majeur
  • Symphonie périodique

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f (en-US) « MGG Online », sur www.mgg-online.com (consulté le 28 février 2020)
  2. Anneliese Downs : The Symphonies of Fr. Schwindl, Diss. New York University 1973
  3. François-Joseph Fétis : Biographie de Schwindl dans Biographie universelle des musiciens et bibliographie génèrale de la musique Tome 7, p. 543

Liens externes et source[modifier | modifier le code]