Friedrich Ludwig Schröder

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la franc-maçonnerie image illustrant un acteur image illustrant allemand
Cet article est une ébauche concernant la franc-maçonnerie et un acteur allemand.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2016).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Friedrich Ludwig Schröder
Friedrich Ludwig Schröder (1744-1816).jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 71 ans)
RellingenVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Membre de

Friedrich Ludwig Schröder (Schwerin, ) est un acteur et dramaturge allemand.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sa mère, l'actrice Sophie Charlotte Bierreichel, se sépare de son mari peu après sa naissance, et part en tournée en Pologne et en Russie. Elle épouse ensuite l'acteur Konrad Ernst Ackermann et, à la tête de leur compagnie, ils circulent dans les villes allemandes avant de se fixer à Hambourg. Le jeune Schröder montre un talent précoce pour la scène, mais sa mésentente avec son beau-père le pousse à quitter le domicile familial pour apprendre le métier de cordonnier.

Il revient vers ses parents en 1759 et devient lui-même acteur. En 1764, il apparaît sur la scène de la troupe Ackermann à Hambourg, jouant d'abord des rôles comiques, puis des rôles tragiques dans lesquels il deviendra célèbre.

À la mort d'Ackermann en 1771, Schröder et sa mère reprennent la direction du théâtre de Hambourg. Il commence à écrire des pièces, largement adaptées de pièces anglaises. En 1780 il quitte Hambourg, et après une tournée avec sa femme Anna Christina Hart, il accepte un engagement au théâtre de la Cour à Vienne. En 1785, il reprend les rênes du théâtre de Hambourg, qu'il dirige avec une grande habilité, avant de se retirer en 1798. Le théâtre de Hambourg dépérissant, le maître est de nouveau rappelé pour un an en 1811. Il meurt en 1816.

Il a été grand-maître de la Grande Loge de Hambourg, où il a cherché à réformer la franc-maçonnerie en éliminant les « hauts grades »[1]. Il a donné son nom à un rite maçonnique, le Rite de Schroeder.

Œuvres[modifier | modifier le code]


Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Lessing-Herder, Dialoghi per massoni, Milan, Bompiani, 2014, p. 422, note 20.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Georg Fischer, « Friedrich Ludwig Schröder: Portrait d 'un Franc-Maçon », Masonica, Lausanne, no 37,‎ , p. 69-76.

Liens externes[modifier | modifier le code]