Friedrich Löffler

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Löffler.
Friedrich Löffler
Friedrich Loeffler 2.jpg

Friedrich August Johannes Loeffler

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 62 ans)
BerlinVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nom dans la langue maternelle
Friedrich LoefflerVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Friedrich August Johannes LoefflerVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Lieu de travail
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
Bactériologie (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Directeur de thèse
Friedrich Loeffler Grab.jpg

Vue de la sépulture.

Friedrich August Johannes Loeffler (né le à Francfort-sur-l'Oder, décédé le à Berlin) était un médecin allemand, hygiéniste et bactériologiste. Il est connu pour ses travaux sur la diphtérie, sur des agents pathogènes en médecine vétérinaire, tout en étant aussi un précurseur de la virologie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après avoir étudié la médecine à l’université de Wurtzbourg et au Friedrich-Wilhelm-Institut de Berlin, il devint le collaborateur de Robert Koch à l'Office impérial de santé (Kaiserliches Gesundheitsamt (de)).

En 1888, Loeffler devint professeur d’hygiène et d’histoire de la médecine à l’université de Greifswald, puis à Berlin.

En 1897, il est chargé de mission par le gouvernement allemand sur la fièvre aphteuse qui entrainait des pertes économiques considérables dans l'élevage.

Sur l'île de Riems, il fonda en 1910 le premier institut de recherche virologique scientifique, mais le quitta quand il fut appelé en 1913 à la direction du Robert Koch-Institut. L'institut sur l’île de Riems fut rebaptisé en 1952 Friedrich-Loeffler-Institut.

Travaux[modifier | modifier le code]

Les conditions essentielles permettant de démontrer qu'un microorganisme X est la cause d'une maladie Y sont connues sous le nom de postulats de Koch. Cependant, c'est son collaborateur Loeffler qui énonça clairement, dès 1883, trois conditions nécessaires à propos de la diphtérie[1] :

  1. L'agent doit être constamment présent dans ses aspects caractéristiques dans les tissus malades.
  2. L'agent apparemment responsable doit être isolé et pousser en milieu de culture pure.
  3. L'agent de la culture pure doit provoquer expérimentalement la maladie.

Diphtérie[modifier | modifier le code]

Il est le premier à avoir isolé et cultivé, en 1884, le bacille de la diphtérie découvert par Theodor Klebs en 1883. Ayant constaté que, chez les animaux morts à la suite d'une inoculation de ce bacille, les microbes restaient proches du point d'inoculation, il conclut que le bacille « doit sécréter un poison, une toxine, qui, elle, ne reste pas in loco, mais envahit tous les organes vitaux du corps »[2]. Cette toxine pressentie par Loeffler fut isolée par Roux et Yersin en 1888[3].

Toutefois, Loeffler constate aussi que la bactérie n'est pas toujours cultivable à partir d'un cas clinique typique, et qu'on peut la trouver dans la gorge de sujets sains. Ce dernier point l'amène à décrire en 1887 des souches non virulentes de bacilles diphtériques[4]. De 1890 à 1893, Koch développera et présentera le concept de « porteur sain »[5].

Autres agents bactériens[modifier | modifier le code]

Il découvre les agents de la morve du cheval (1882)[6], et du rouget du porc (1885)[7].

Hypothèses virales[modifier | modifier le code]

En collaboration avec Paul Frosch, Loeffler montre en 1898 que toutes les bactéries précédemment isolées comme agent causal de la fièvre aphteuse ne sont en fait que des agents contaminants accidentels. Les véritables agents de cette maladie sont si petits qu'ils passent à travers les filtres bactériens. Contenus dans le produit de filtration, ils sont capables, après dilutions répétées, de se multiplier en reproduisant la maladie[8]. Les dilutions répétées ayant permis d'éliminer l'hypothèse d'une toxine[9].

La même année, par des moyens similaires, Beijerinck découvre l'agent responsable de la mosaïque du tabac, plus petit que les bactéries. Ces deux résultats marquent le début d'une nouvelle discipline, la virologie[8].

En outre, dès 1898, Loeffler et Frosch envisagent l'hypothèse que les agents de maladies infectieuses que l'on cherche en vain, comme la variole, la vaccine, la rougeole, la peste porcine, etc. pourraient appartenir au même groupe d'organismes minuscules[5].

Éponymie[modifier | modifier le code]

  • Bleu de Loeffler : colorant utilisé en bactériologie, composé de 3 parties de solution alcoolique concentrée de bleu de méthylène et de 10 parties d'une solution aqueuse fraîche de potasse à 1/10 000.
  • Coloration de Loeffler : coloration des cils bactériens utilisant la fuschine.
  • Milieu de Loeffler : un milieu de culture solide (3 parties de sérum liquide et 1 partie de bouillon nutritif glucosé à 1 %) pour le diagnostic rapide du bacille diphtérique.
  • Mordant de Loeffler : colorant histologique constitué par un mélange de 100 ml de solution d'acide tannique à 20%, 50 ml de solution saturée de sulfate ferreux et 20 ml de solution alcoolique saturée de fuschine basique[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. W.F. Bynum, The rise of science in medicine, 1850-1913., Cambridge University Press, (ISBN 978-0-521-47524-2), p. 130.
    dans The Western Medical Tradition, 1800 to 2000, University College London.
  2. Cité d'après Patrick Berche, Une histoire des microbes, Paris, John Libbey Eurotext, 2007, p. 216. La publication de 1884 de Loeffler est : Loeffler, F.: « Untersuchung über die Bedeutung der Mikroorganismen für die Entstehung der Diphtherie », dans Mitteilungen des kaiserlichen Gesundheitsamtes 2 (1884) 421-499.
  3. Patrick Berche, Une histoire des microbes, Paris, John Libbey Eurotext, 2007, pp. 216-217.
  4. (en) Kenneth F. Kiple, The Cambridge World History of Human Disease, Cambridge University Press, (ISBN 0-521-33286-9), p. 682.
  5. a et b Bernardino Fantini, La microbiologie médicale, Seuil, (ISBN 2-02-022141-1), p. 133-134.
    dans Histoire de la pensée médicale en occident, vol. 3, Du romantisme à la science moderne, M.D. Grmek (dir.).
  6. Kenneth F. Kiple 1993, op. cit., p. 1126.
  7. Thesaurus - Index, vol. 3, Encyclopaedia Universalis, , p. 2602.
    article « Rouget, médecine vétérinaire ».
  8. a et b (en) Lise Wilkinson, Animals & Disease, An intoduction to the history of comparative medicine., Cambridge University Press, (ISBN 0-521-37573-8), p. 197-198.
  9. Bernardino Fantini 1999, op. cit, p. 135-136.
  10. A. Manuila, Dictionnaire français de Médecine et de Biologie, Masson, 1970-1975
    en 4 volumes. Voir articles correspondants.

Liens externes[modifier | modifier le code]