Friedrich Jeckeln

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Friedrich Jeckeln
Friedrich Jeckeln en casquette à tête de mort et bras dans le dos avec Otto-Heinrich Drechsler  (gauche) et Hinrich Lohse (2e à gauche) (gare de Riga, Lettonie, en février 1944).
Friedrich Jeckeln en casquette à tête de mort et bras dans le dos avec Otto-Heinrich Drechsler (gauche) et Hinrich Lohse (2e à gauche) (gare de Riga, Lettonie, en février 1944).

Naissance
Hornberg
Décès (à 51 ans)
Riga
Allégeance Flag of the German Empire.svg Empire allemand
Flag of Germany.svg République de Weimar
Flag of German Reich (1935–1945).svg Troisième Reich
Arme Waffen SS
Grade Obergruppenführer
Années de service 1914 – 1946
Conflits Première Guerre mondiale
Seconde Guerre mondiale
Commandement
  • Ve corps de montagne SS
Autres fonctions responsable des massacres de Babi Yar, Rieseberg et autres en Europe de l'Est participant à la Shoah par balles

Friedrich August Jeckeln[1] naît le 2 février 1895 à Hornberg en Forêt noire, et décède le 3 février 1946 à Riga en République socialiste soviétique de Lettonie. Il a fait partie de la SS comme Obergruppenführer (lieutenant général) durant les années 1930, et a été nommé chef de la police en Union soviétique occupée pendant la Seconde Guerre mondiale. Il a dirigé un des plus importants groupes d'Einsatzgruppen (unité mobile d'extermination) et a été personnellement responsable d'avoir ordonné l'exécution de plus de 100 000 Juifs, Roms, Slaves et autres « indésirables » visés par le Troisième Reich. Il a été exécuté en 1946 pour ses crimes de guerre.

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Fils d'un propriétaire d'usine, il a d'abord étudié pendant un semestre à l'école secondaire avant d'entrer à l'école polytechnique à Köthen (Anhalt). En 1913, il est mobilisé et combat sur le front ouest comme artilleur en 1915. Il obtient le grade de lieutenant en 1916 mais, à la suite d'une grave blessure, il rejoint l'armée de l'air pour s'entraîner comme pilote.

Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Au retour à la vie civile, il trouve un emploi d'ingénieur mais s'oriente rapidement vers la politique[2]. C'est à partir de 1930 qu'il commence son ascension rapide dans deux organisations : le parti nazi et la Schutzstaffel (SS). Il adhère au premier le 1er octobre 1929 et fait une demande d'adhésion en décembre 1929 pour être intégré à la SS, acceptée un mois plus tard (1e janvier 1930) à l’époque où la SS, comparée à la Sturmabteilung (SA), n’est qu’un organisme embryonnaire. Il engage alors une fulgurante ascension dans le parti et la SS. Il passe du grade de SS-Anwärter le 1er décembre 1930 au grade de général commandant de la Ve SS-Freiwilligen-Gebirgskorps (Corps de montagne)[note 1].

En 1932, il est élu député au Reichstag, mais l'assemblée est rapidement rendue inutile avec l'arrivée d'Hitler au pouvoir en 1933. De 1931 à 1933, il dirige alors la IVe section SS (SS-Abschnitt) dans les provinces de Hanovre et du Schleswig-Holstein. En même temps, il prend la direction du groupe SS « sud ».

Il prend part aux pogroms de Brunswick et à Hanovre connus sous le nom de « Nuit de Cristal ».

En 1933, il est nommé chef de la Gestapo, de la police nationale et chef de la police de Brunswick par le ministre nazi de l'État libre de Brunswick, Dietrich Klagges, dont l'objectif était d'assurer un lien plus étroit entre la police et la SS. En 1932, Jeckeln était responsable des attaques à la bombe à Brunswick, par exemple, contre la maison du maire de Ernst Böhme (en) (SPD), qui est resté indemne. Jeckeln été décrit comme impitoyable et brutal, complaisant et dur. Il a poursuivi sans relâche et jusqu'à leur mort les opposants politiques, en particulier les membres du KPD, SPD et des syndicats.

Il est directement impliqué dans les assassinats de Rieseberg[note 2] comme instigateur avec ses complices, Friedrich Alpers, membre du parti et ministre de la Justice et des Finances de l'État libre, et Klagges, le premier ministre. Lors de cette journée du 4 juillet 1933, en réponse à la mort d’un SS, 11 militants communistes sont assassinés. En outre, il a ordonné l'assassinat d'un SS rebelle à Brunswick.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Au cœur des Einsatzgruppen[modifier | modifier le code]

Au début de la guerre, Jeckeln est rappelé au service au sein de la Waffen-SS. Comme c'était d'usage dans la SS, Jeckeln s'engage à un rang inférieur que celui qu'il avait dans l’Alltreich et sert comme officier dans le 2e régiment de la division de Totenkopf. Mais en 1941, son service sur le front terminé, il est transféré par Himmler comme chef de la police dans la Russie de l'Est et SS de haut rang.

Il y a pour fonction d'organiser et de diriger les massacres de masse opérés par les Einsatzgruppen de la région et de mener les luttes contre les opposants. Pour cela, il met au point ce qui sera nommé la « méthode de Jeckeln » ou « Sardinen Packung » (« de la boîte de sardines ») pour tuer un grand nombre de personnes. Certains membres des Einsatzgruppen, même expérimentés sont horrifiés par sa cruauté. Ainsi Jeckeln démontre être un meurtrier très efficace et sans égard pour ses victimes, qu'elles soient non armées, âgées, ou encore des femmes et des enfants[3]. Il est entouré pour cela de groupes spécialisés pour chaque partie du processus.

La méthode initiale consiste à ce que la police régulière (Orpo) déplace les condamnés à quelques kilomètres des villages[4]. Les victimes sont dépouillées de leurs vêtements et de leurs biens. Elles creusent alors leurs propres fosses devant lesquelles elles s'alignent ensuite. On leur tire une balle dans la nuque jusqu'à ce que les fosses soient pleines, ils les recouvrent ensuite.

Jeckeln trouve que les fosses se remplissent trop vite, il décide alors d'allonger directement les personnes sur les corps déjà morts où les bourreaux tirent directement une balle dans la tête des victimes. Après chaque rangée, un officier vérifie que tous les condamnés sont morts. On les recouvre alors d'une mince couche de terre et le groupe suivant vient s'allonger sur eux. Ceux qui n'ont pas encore été tués finissent enterrés vivants. On rebouche la fosse après 5 ou 6 couches.

Kamianets-Podilskyï[modifier | modifier le code]

Après l'attaque allemande contre l'Union soviétique en juin 1941, il a été nommé HSSPF (Höherer der SS und Polizeiführer, « chef de la police et de la SS ») en Russie du Sud. Il commande à ses subordonnés d'assassiner en masse la population juive de l'Ukraine occidentale. Ces mesures auront pour nom les Auskämmungsaktionen (« mesures de ratissage »). Avec la création du Commissariat du Reich pour l'Ukraine s'est déroulé, près de la ville de Kamianets-Podilskyï, l'un des massacres de masse de Juifs les plus importants de la Seconde Guerre mondiale[note 3]. On dénombre 23 600 juifs assassinés par ses unités entre le 28 et 31 août 1941[5] dont quelque 14 000[6] victimes avaient déjà été déportées depuis la Hongrie, les autres étant de la région[7].

Babi Yar, Rivne, et de Dnipropetrovsk[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Massacre de Babi Yar.

Le 19 septembre 1941 Kiev est prise par les troupes allemandes, et quelques jours plus tard, le 27 septembre 1941, y a lieu une réunion sur le thème « évacuation des Juifs locaux ». Parmi les participants figurent Jeckeln, commandant de l'Einsatzgruppen C, Otto Rasch SS-Brigadeführer (commandant de brigade) et le commandant du Sonderkommando 4a SS, Paul Blobel. Il y est décidé de tuer tous les Juifs.

En l'espace de deux jours, le 29 et 30 septembre 1941, les Einsatzgruppen assassinent 33 771 personnes dans le ravin de Babi Yar. D'autres massacres ont lieu le 12 octobre 1941, ce qui donne un total de 51 000 victimes. En outre, des exécutions de masse ont été réalisées à Rivne et à Dnipropetrovsk, où Jeckeln a été impliqué dans chaque cas comme en étant le principal responsable.

Ghetto de Riga[modifier | modifier le code]

Le 11 octobre, Jeckeln, chef de police en Russie du Nord et l'Ostland (États baltes et certaines parties du Bélarus) a été nommé et transféré à Riga.

En automne 1941, il y a déjà un ghetto à Riga qui comprend des dizaines de milliers de Juifs lettons. Jeckeln a, selon lui, reçu l'ordre de Himmler de liquider les juifs du ghetto, pour faire place à des déportés provenant du Reich allemand[8]. Jeckeln, aidé de Franz Stahlecker, aurait directement commencé en octobre 1941 à entreprendre l'extermination des juifs au sein de l'Einsatzgruppen A dans la région de Riga[9]. Il a choisi une forêt près de Riga, où il a fait tuer et enterrer les Juifs allemands.

Le massacre de Rumbula[modifier | modifier le code]

Dans la matinée du 30 novembre 1941, les juifs allemands et lettons sont emmenés par le SD (service de sécurité et de police SS) à la forêt de Rumbula où en seulement 2 jours sont exécutés 27 500 personnes dont 21 000 femmes et enfants[10]. Les massacres de masse ont parfois lieu en présence de « visiteurs » : les membres des forces armées et du commissariat général sont présents pour observer, certains invités par Jeckeln.

Seules trois personnes survivent à ce massacre. Frida Michelson a prétendu être morte sous les chaussures entassées des victimes (plus tard récupérées par les hommes de Jeckeln). Elle raconte : « Une montagne de chaussures m'opprimait. Mon corps était tout endolori à cause du froid et de l'immobilité. Cependant j'étais pleinement consciente. La neige avait fondu sous mon corps à cause de sa chaleur. Il y a eu un silence pendant un temps. Soudainement, on entendit un cri d'enfant venant de la tranchée « Maman, Maman, Maman ! » Il y a eu quelques coups de feu. Puis, à nouveau le calme. Il avait été tué. »[11]

Le 30 novembre 1941, un nouveau train transportant des juifs allemands en provenance de Berlin arrive à la gare de Riga. Himmler lui aurait donné l'ordre par télégramme de ne pas les tuer, mais l'ordre arrive trop tard. Ce qui conduit Himmler à fortement critiquer Jeckeln pour son manque d’obéissance[12].

En janvier 1942, Jeckneln reçoit une décoration de mérite de guerre (Kriegsverdienst ou KVK) pour avoir tué 25 000 personnes à Rumbula[13].

Depuis le 22 août 1942, Jeckeln dirige l'action nommée « Sumpffieber » (« fièvre des marais »). Six mille cinq cent hommes ont été déployés dans le but est de tuer tout être humain se trouvant dans les marais et forêts environnant les villages de la zone d'opération. 8 350 juifs sont tués, dont certains du ghetto de Baranovichi. L'action Sumpffieber est arrêtée le 21 septembre 1942, Himmler l'ayant considéré comme un échec.

Dans ces opérations comme dans d'autres, Jeckeln attache une grande importance à toujours impliquer personnellement ses hommes. Jeckeln n'est pas un technocrate calculateur, mais un fanatique anticommuniste et antisémite et a jugé, à ce titre, nécessaire d'assassiner les Juifs d’Europe.

Fin de la guerre[modifier | modifier le code]

Friedrich Jeckeln sert jusqu'en janvier 1945 comme HSSPF dans les pays baltes et en Biélorussie (Ostland).

Captivité, procès et exécution[modifier | modifier le code]

photographie lors du jugement de 1946

Jeckeln est capturé par les troupes soviétiques pendant l'avancée de l'Armée rouge vers l'ouest, avec d'autres nazis qui opèrent dans le district. Ils sont jugés du 26 janvier au 3 février 1946 par un tribunal militaire siégeant à Riga. Reconnus coupables, ils sont tous pendus le jour de la sentence devant des milliers de personnes, au bord de la rivière de Daugava.

Résumé de sa carrière SS[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

Jeckeln est présent dans le roman historique (notamment pour son rôle dans les massacres de la Deuxième Guerre mondiale) du Français Jonathan Littell : Les Bienveillantes, publié en 2006. Ce roman connaît un très grand succès en France et rapporte deux prix à son auteur : le Grand prix du roman de l'Académie française et le prix Goncourt en 2006.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Plus de détails sur ses grades dans Résumé de sa carrière SS.
  2. Petite localité située dans la municipalité de Königslutter à quelque 30 km à l’est de la ville de Brunswick en Allemagne.
  3. Le Massacre de Babi Yar fait 33 770 victimes en 2 jours

Références[modifier | modifier le code]

  1. Andreas Schulz, Günter Wegmann et Dieter Zinke, "Porträt Friedrich August Jeckeln S" in Die Generale der Waffen-SS und der Polizei, Die militärischen Werdegänge der Generale, sowie der Ärzte, Veterinäre, Intendanten, Richter und Ministerialbeamten im Generalsrang, Band 2 (Hachtel-Kutschera), Biblio-Verlag, Bissendorf, 2005, p. 343-357
  2. Cf « F.Jeckeln » de Michaël Prazan, in Dictionnaire des assassins et des meurtriers de François Angelier et Stéphane Bou chez Calmann-lévy, 2012.
  3. Andrew Ezergailis, The Holocaust in Latvia 1941-1944 -- The Missing Center, Historical Institute of Latvia (in association with the United States Holocaust Memorial Museum), Riga, 1996, p. 239-270
  4. Yves Plasseraud et Henri Minczelez, Lituanie juive 1918-1940, message d'un monde englouti, Autrement, 1996
  5. Pour plus de détails sur ce massacre, voir Croire et détruire : les intellectuels dans la machine de guerre SS de Christian Ingrao chez Fayard, 2010, p. 273-276
  6. Christian Ingrao, dans Croire et détruire : les intellectuels dans la machine de guerre SS, indique 11 000 en p. 273.
  7. Mark Mazower, Hitler's Empire: Nazi Rule in Occupied Europe, Penguin books, 2009, p. 370
  8. Christopher Browning, Les origines de la solution finale, les Belles Lettres, 2007, p.418
  9. Mark Mazower, Hitler's Empire: Nazi Rule in Occupied Europe, Penguin books, 2009, p. 175
  10. Suzanne Champonnois et François de Labriolle, La Lettonie, de la servitude à la liberté, Karthala, 1999, p. 314
  11. Frida Michelson, I Survived Rumbula, Unites States Holocaust, 1982 p. 93
  12. Christopher Browning, Les origines de la solution finale, les Belles Lettres, 2007, p. 327-330
  13. Gerald Fleming, Hitler and the Final Solution, University of California Berkeley, 1984, p. 99-100 : « There can be no doubt that the Higher SS and Police Leader Friedrich Jeckeln received the KVK First Class with swords in recognition of his faithful performance: his organization of the mass shootings in Riga, 'on orders from the highest level' (auf höchsten Befehl). »

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Mark Mazower, Hitler's Empire : Nazi rule in occupied Europe, Londres, Allen Lane,‎ (ISBN 978-0-713-99681-4).
  • Yves Plasseraud (dir.), Henri Minczeles (dir.) et al., Lituanie juive, 1918-1940 : message d'un monde englouti, Paris, Éd. Autrement, coll. « mémoires » (no 44),‎ (ISBN 978-2-862-60617-0).
  • Florent Brayard, La solution finale de la question juive : la technique, le temps et les catégories de la décision, Cachan (Val-de-Marne) Paris, Institut d'histoire du temps présent Fayard,‎ (ISBN 978-2-213-61363-5)
  • Christopher Browning (trad. Jacqueline Carnaud et Bernard Frumer), Les origines de la Solution finale : l'évolution de la politique antijuive des nazis, septembre 1939-mars 1942, Paris, Les Belles Lettres, coll. « Histoire »,‎ (ISBN 978-2-251-38086-5).
  • Christian Ingrao, Croire et détruire : les intellectuels dans la machine de guerre SS, Paris, Fayard,‎ (ISBN 978-2-213-65550-5).
  • François Angelier (dir.) et Stéphane Bou (dir.), Dictionnaire des assassins et des meurtriers, Paris, Calmann-Lévy,‎ (ISBN 978-2-702-14306-3).