Friedrich Hoffmann

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Friedrich Hoffmann (homonymie) et Hoffmann.
Friedrich Hoffmann
Friedrich Hoffmann.jpg

Portrait de Friedrich Hoffmann par Antoine Pesne.

Biographie
Naissance
Décès
(à 82 ans)
Halle
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Distinctions

Friedrich Hoffmann, né le à Halle et mort le dans cette même ville, est un médecin et chimiste allemand. Il enseigna la médecine, la chimie et l'anatomie à l'Académie de Halle, conjointement avec Georg Ernst Stahl. Il est devenu membre de l'Académie des sciences de Berlin en 1701 et de la Royal Society en 1720.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Frontispice des Operum omnium physico-medicorum.

Hoffmann a formé plus de 300 étudiants qu'il a menés jusqu'au doctorat ; 22 d'entre eux sont devenus médecins attitrés ou médecins de cour, 23 sont devenus professeurs d'université et 55 médecins de ville. Philipp Adolph Böhmer, comme son maître Hoffmann, sera élu recteur d'université.

Hoffmann s'est abondamment consacré à l'étude de la sorcellerie : au mois d’octobre 1703, son étudiant Gottfried Büching a soutenu à Halle une thèse intitulée De potentia diaboli in corpora. À un moment où son collègue de l'université de Halle, Christian Thomasius, professeur de Philosophie, rejetait la possibilité des pactes avec le diable et militait pour l'abolition des procès en sorcellerie, Hoffmann continuait de se pencher avec componction sur la question de la réalité du Malin et le pouvoir des sorcières.

C'est dans ce cadre qu'il convient d'aborder sa controverse avec Georg Ernst Stahl, dont il avait été le condisciple et l'ami sur les bancs de l'université d'Iéna, et qui sur proposition de Hoffmann avait été appelé comme professeur de médecine à l'université de Halle en 1694[1]. Alors que Stahl enseignait que l'âme raisonnable s'exprime même dans les mouvements involontaires, Hoffmann, s'appuyant sur les sympathies, reliait l'activité musculaire au tonus des nerfs[2],[3]. Hoffmann fit connaître la source thermale de Bad Lauchstädt, de Wilhelmsbrunnen et fut le mentor de Georg Wilhelm Steller.

Doctrine[modifier | modifier le code]

Comme chez Descartes, le principe du mouvement se trouve au cœur des analyses médicales de Hoffmann : il envisageait le corps humain comme un circuit hydraulique (iatrophysique). Le vivant est animé par un éther ou fluide nerveux, et la santé est le fruit d'une pression équilibrée (le tonus) des fibres ; la maladie, au contraire, résulte d'une pression excessive (spasme) ou trop faible (atonie).

La tension des vaisseaux (tonus) et tous les mouvements perceptibles du vivant résulte de l'écoulement en charge de ce fluide nerveux, qui provient de l’éther du cosmos ambiant et qui est fixé dans les nerfs. Une hypertension se traduit par des contractions allant jusqu'à la crampe et les douleurs ; l’atonie, au contraire, par de la fatigue et même de l’insensibilité. Hoffmann rangeait les fièvres et les inflammations parmi les manifestations de l'hypertension[4]. Cette théorie des crampes et de l'atonie inspirait naturellement la thérapeutique de Hoffmann, qui était en grande partie préventive : c'est ainsi qu'il préconisa l’anodyne, mélange d'un tiers d’éther dans deux tiers d'alcool, qui fut longtemps présent dans tous les foyers d'Europe.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Cf. Heinz Schott, Die Chronik der Medizin, Augsbourg,‎ , p. 198
  2. Cf. Klaus Dörner, Bürger und Irre – Zur Sozialgeschichte und Wissenschaftssoziologie der Psychiatrie, Francfort-sur-le-Main, Fischer Taschenbuch, Bücher des Wissens,‎ (réimpr. 1975) (ISBN 3-436-02101-6), p. 62 et 202
  3. Cf. Erwin Heinz Ackerknecht, Kurze Geschichte der Psychiatrie, Stuttgart, Enke,‎ (réimpr. 3) (ISBN 3-432-80043-6), p. 35 et suiv.
  4. D'après Francesco Paolo de Ceglia, « Hoffmann and Stahl: Documents and Reflections on the Dispute », History of Universities, no 22,‎ , p. 115-168.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :