Friedrich Christoph Schlosser

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Schlosser.
image illustrant un historien image illustrant une personnalité image illustrant allemand
Cet article est une ébauche concernant un historien et une personnalité allemande.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Friedrich Christoph Schlosser

Friedrich Christoph Schlosser (1776-1861) est un historien allemand.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Jever, il étudie la théologie, principalement à Gottingue. Il devient pasteur avant de se vouer à l'enseignement. Il gagne les faveurs de l'archevêque et prince-électeur de Mayence Karl Theodor von Dalberg qui le nomme professeur au Lessing-Gymnasium (Francfort-sur-le-Main) de 1810 à 1819. Il quitte Francfort en 1819 et devient professeur d'histoire à l'Université de Heidelberg, poste qu'il occupe presque jusqu'à sa mort.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Histoire universelle (Weltgeschichte in zusammenhängender Erzählung), qui parait à partir de 1815 jusqu'en 1841 sans être achevée.
  • Histoire du XVIIIe siècle (Geschichte des 18ten Jahrhunderts), 1823.
    Cet ouvrage, remanié et enrichi, a été réédité en 6 volumes entre 1836 et 1848 sous le titre Geschichte des 18ten Jahrhunderts und des 19ten bis zum Sturz des französischen Kaiserreichs. Cette histoire a connu un grand succès, non pas pour des raisons scientifiques, mais grâce aux jugements que Schlosser y portait sur les hommes et les évènements, qui rencontraient les sentiments du peuple allemand à cette époque.
  • Histoire universelle de l'Antiquité (Universalhistorische Übersicht der Geschichte der alten Welt und ihrer Kultur), la première partie paraît en 1826 ; la seconde en 1834.
    Cet ouvrage, qui présente la marche de la civilisation, non seulement chez les nations connues des Grecs et des Romains, mais aussi dans l'Inde et la Chine, a été remarqué par grâce à son ampleur et à son style, même si l'auteur n'y applique pas la critique des sources telles qu'elle a été développée par Wolf et Niebuhr. Il a été traduit en français par Golbéry.
  • Histoire universelle du peuple allemand (Weltgeschichte für das deutsche Volk), 1844-1857.
    Ouvrage qui rencontra les mêmes faveurs du public.