Friedrich Albrecht zu Eulenburg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Eulenburg.
Friedrich Albrecht zu Eulenburg
Friedrich Albrecht zu Eulenburg
Friedrich Albrecht zu Eulenburg
Biographie
Date de naissance 29 juin 1815
Lieu de naissance Königsberg, Prusse-Orientale
Date de décès 2 juin 1881 (à 65 ans)
Lieu de décès Berlin, Empire allemand
Profession Ministre de l'Intérieur de Prusse, membre du Parlement de Prusse, diplomate
Religion Luthéranisme

Le Comte Friedrich Albrecht zu Eulenburg (29 juin 1815 - 2 juin 1881) est un diplomate et politicien prussien. Il mena l'expédition Eulenburg et sécurisa le Traité prusso-japonais du 24 janvier 1861, l'un des "traités inégaux" que les puissances européennes imposèrent en extrême-orient[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Eulenburg est né à Königsberg. Il est l'aîné des enfants de Friedrich Leopold Graf zu Eulenburg (Prassen, 26 décembre 1787 - Königsberg, 30 juillet 1845) et d'Amalie Julie Eleonore née von Kleist (Perkuiken, 26 mai 1792 - Königsberg, 16 novembre 1830).

Eulenburg étudia le droit aux universités de Königsberg et de Bonn[2] et travailla comme fonctionnaire à Oppeln puis dans divers ministères à Berlin. En 1852, il entra au service diplomatique en tant que consul-général à Anvers. La croissance du commerce prussien mena à rechercher de nouveaux partenaires commerciaux en Asie du Sud-Est et orientale et il fut choisi pour diriger une importante mission commerciale. Il partit en octobre 1859 pour le Japon, la Chine et le Siam.

En janvier 1861, il conclut un traité avec le Bakufu, basé sur le traité d'amitié et de commerce anglo-japonais. En septembre de la même année, il conclut un autre traité avec l'empire des Qing, qui était similaire avec le traité de Tianjin que la France et la Grande-Bretagne avaient conclu avec la Chine trois ans plus tôt.

Guillaume Ier de Prusse et le comte Benedetti à Bad Ems. La rencontre mena à la dépêche d'Ems.

Il devint ministre de l'Intérieur de Prusse le 8 décembre 1862. Suite à la croissance de l'administration prussienne en 1864 et 1866, Eulenburg institua des réformes administratives dans les anciennes provinces. Cependant, il rencontra l'opposition des catholiques à l'Ouest et celui des libéraux à l'Est. Il accompagna le roi Guillaume Ier de Prusse pendant les négociations avec l'ambassadeur français, le comte Vincent Benedetti, à Bad Ems juste avant le déclenchement de la guerre franco-prussienne[2].

Ses projets de réformer l'administration municipale prussienne furent bloqués par Otto von Bismarck et Eulenburg démissionna le 30 novembre 1878 pour être succédé par son cousin germain Botho zu Eulenburg[2].

Famille[modifier | modifier le code]

Les parents d'Eulenburg se marièrent à Königsberg le 23 octobre 1881. Il est le frère de :

  • Adalbert Graf zu Eulenburg (10 novembre 1812 - 17 juin 1814)
  • Marie Gräfin zu Eulenburg (13 octobre 1813 - 10 février 1818)
  • Eliese Gräfin zu Eulenburg (Königsberg, 27 août 1817 - Berlin, 15 juin 1853), décédé sans être marié et sans enfants
  • Philipp Graf zu Eulenburg (Königsberg, 24 avril 1820 - Berlin, 5 mars 1889), marié à Berlin le 22 avril 1846 à Alexandrine Freiin von Rothkirch und Panthen (Glogau, 20 juin 1824 - Meran, 11 avril 1902), les parents du prince Philipp zu Eulenburg.

Eulenburg ne s'est jamais marié et n'a pas eu d'enfants.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Japanese-German Relations, 1895-1945: war, diplomacy and public opinion By Christian W. Spang, Rolf-Harald. Wippich, p. 1
  2. a, b, c et d Biography at Allgemeine Deutsche Biographie (de)