Friedland (cuirassé)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Friedland
Image illustrative de l’article Friedland (cuirassé)
Le Friedland photographié par Marius Bar.
Type Frégate type cuirassé
Histoire
A servi dans Ensign of France.svg Marine nationale
Chantier naval Arsenal de Lorient
Quille posée
Lancement
Armé
Statut rayé en 1902
Équipage
Équipage 676 à 700 hommes
Caractéristiques techniques
Longueur 96,67 mètres
Maître-bau 17,67 m
Tirant d'eau 8,99 m
Déplacement 8.850tjb
Propulsion machine à vapeur 3 cylindres (8 chaudières)
voilure de 2001 m² trois-mâts
Puissance 4.458 ch
Vitesse 13,3 nœuds
Caractéristiques militaires
Blindage ceinture 200 mm
batterie 160 mm
pont 10 mm
Armement Origine :

2 canons de 275 mm (tourelle-barbette)
6 canons de 275 mm (réduit central)
8 canons de 140 mm
Après 1878 :
8 canons révolvers
Après 1884:
2 TLT (+2 autres en 1891)

Rayon d'action 630 tonnes de charbon
Pavillon France

Le Friedland était un cuirassé à coque en fer de la Marine nationale française qui servit de 1876 à 1902. Il fut construit à l'arsenal de Lorient.
Il fut baptisé en souvenir de la Bataille de Friedland.

L'écrivain français Pierre Loti y servit du au  ; le cuirassé faisait alors partie de la flotte internationale mobilisée par les puissances européennes dans l'Adriatique pour exercer une menace sur la Turquie. Pierre Loti y écrivit "Pasquala Ivanovitch et autres pages monténégrines", roman autobiographique ; dans ces écrits l'auteur renomme son bâtiment "le Téméraire" (source : (ISBN 2-86714-098-6)).

Conception[modifier | modifier le code]

C'est une frégate cuirassée proche de la classe Océan. Cuirassé à réduit central et barbettes, il est classé comme cuirassé de 1reclasse. Il possède un éperon immergé et aussi les premières cloisons étanches.
Il est propulsé à la voile par un gréement de trois-mâts et un moteur à vapeur avec une seule cheminée.

Histoire[modifier | modifier le code]

De 1878 à 1884, il est dans l'escadre de la Méditerranée et participe aux opérations de Tunisie en 1881. Le , il est en appui lors de la prise du port de Sfax.
Dès 1887, il est mis en réserve et, en 1893, il est désarmé. En 1902, il est définitivement condamné.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • [1] (site dossiersmarine.free.fr)
  • FRA Friedland (site navalstory.flixco.info)
  • [2] (site jose.chapalain.free.fr)