Freyssinet (entreprise)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Freyssinet France
logo de Freyssinet (entreprise)

Création 1943
Dates clés 1943 : STUP

1976 : Freyssinet International STUP

1998 et 1999 : Acquisition de Terre Armée Internationale (TAI) et de Menard Soltraitement

2007 : Soletanche Bachy intègre et forme le groupe Soletanche Freyssinet

3 décembre 1985 : immatriculation de la société actuelle

Forme juridique Société par actions simplifiée
Slogan Sustainable technology
Siège social Rueil-Malmaison
Drapeau de France France
Direction Christian Lacroix (depuis le 1 novembre 2017)
Actionnaires VinciVoir et modifier les données sur Wikidata
Société mère Vinci Construction
Filiales Freyssinet SA
Effectif 545 en 2017
SIREN 334 057 361
Site web www.freyssinet.com

Fonds propres 10 357 400 € fin 2017
Chiffre d'affaires 113 502 600 € en 2017
Résultat net 4 341 000 € en 2017

Freyssinet France est une entreprise de construction et de rénovation de bâtiments et d’ouvrages de génie civil, filiale de Soletanche Freyssinet (groupe Vinci).

Historique[modifier | modifier le code]

En 1943, la Société technique pour l’utilisation de la précontrainte (STUP) est créée par Eugène Freyssinet et Edme Campenon fondateur de Campenon Bernard[1].

Dans les années 1950-1960, l'entreprise s'organise nationalement avec l'ouverture d'agences à Marseille, à Lille, à Nantes, à Strasbourg, à Lyon, à Toulouse et à Rambouillet.
En 1963, après le décès de son fondateur, Eugène Freyssinet, inventeur de la précontrainte, la STUP commence à se positionner à l'international.

En 1976, la STUP change de nom, devient Freyssinet International et se positionne sur de nombreuses réalisations majeures en particulier à l'étranger[2].

En 1982, dans un contexte de crise l'entreprise est contrainte de céder plusieurs de ses filiales étrangères, mais retrouve rapidement des marchés grâce à ses spécialités : la précontrainte ; les méthodes de construction ; les structures à câbles ; les équipements d’ouvrages… et accélère son développement[réf. nécessaire].

En 1998 l'entreprise acquiert l'entreprise Terre armée internationale (TAI)[3], en 1999 Menard Soltraitement[3], en 2000 les sociétés STTP et MTS intègrent le groupe et se développe à l'international participant en 2002 à la construction du pont d'Assouan.
En 2007, le groupe intègre Soletanche Bachy ainsi que Nukem Limited[4].

Filiales de Soletanche Freyssinet[modifier | modifier le code]

Principales filiales de Soletanche
  • Freyssinet : Spécialiste de la précontrainte et du haubanage, des équipements d’ouvrage et des métiers de la réparation.
  • Terre Armée Internationale : Spécialiste des murs en sol renforcé
  • Ménard Soltraitement : Spécialiste de l’amélioration des sols
  • Nuvia : Spécialiste au service du nucléaire
  • Soletanche Bachy : Référence dans le domaine des fondations spéciales et des technologies du sol

Réalisations[modifier | modifier le code]

En France[modifier | modifier le code]

À l'étranger[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Eugène Freyssinet, ingénieur en béton », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le )
  2. Michel Barberon, « Architecture. Eugène Freyssinet, une vie en béton », sur Rail Passion,
  3. a et b « Traitement de sol Freyssinet rachète Ménard Soltraitement », Le Moniteur,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. « Vinci s'approprie Nukem Limited », sur Capital Finance, (consulté le )
  5. « Freyssinet remporte le marché du haubanage du viaduc de Millau », Le Moniteur,‎ (lire en ligne, consulté le )
  6. « Freyssinet, Sartec et SDEM sur le pont de Normandie », sur Les Echos, (consulté le )
  7. « Un chantier très tendu sur le pont de l'île de Ré », Le Moniteur,‎ (lire en ligne, consulté le )
  8. « Inauguration du Millennium Stadium de Cardiff », Le Moniteur,‎ (lire en ligne, consulté le )
  9. « Le pont de Ting-Kau est achevé », Le Moniteur,‎ (lire en ligne, consulté le )
  10. « Un pont-canal parfaitement étanche », Le Moniteur,‎ (lire en ligne, consulté le )
  11. « Rotation-poussage pour un pont roumain », Le Moniteur,‎ (lire en ligne, consulté le )

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Domonique Barjot, Aux origines d’une vocation mondiale : la précontrainte. De la STUP à Freyssinet International (1943-2000), p. 83-99, dans Entreprises et histoire, juin 2013, no 71

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]