Free Software Foundation Europe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Free Software Foundation Europe
Logo de l’association
Cadre
Forme juridique Association à but non lucratif
But La croissance du Logiciel Libre et l'égalité des chances dans la société de l'information[1].
Zone d’influence Drapeau de l’Union européenne Union européenne, Drapeau des Nations unies Nations unies
Fondation
Fondation 10 mars 2001
Fondateur Georg Greve
Identité
Siège Berlin
Président Karsten Gerloff[2]
Vice-président Henrik Sandklef
Affiliation internationale Réseau de Free Software Foundation
Financement Dons
Slogan Free Software, Free Society
Site web www.fsfe.org

Fondée le , la Free Software Foundation Europe (FSFE) est une organisation non-gouvernementale (ONG) à but non lucratif. En tant qu'organisation-sœur distincte de la Free Software Foundation aux États-Unis, elle milite pour le logiciel libre en Europe et aux Nations unies. La FSFE fournit également un centre de compétences aux politiciens, juristes, et journalistes, dans le but d'assurer l'avenir légal, politique et social du logiciel libre.

Elle a pour président Karsten Gerloff, succédant à Georg Greve, président-fondateur.

Objectifs[modifier | modifier le code]

Le travail de la FSFE est axé sur le plan politique, juridique et social avec le but de promouvoir le logiciel libre et ses valeurs valeurs éthiques, philosophiques, sociales, politiques et commerciales[3]. En particulier, elle :

  • promeut activement le logiciel libre sur le plan politique en tant qu'organisation non-gouvernementale en dialoguant avec les entités publiques en Europe.
  • suit et cherche à influencer les activités légales et politiques qui sont contraires aux objectifs du logiciel libre.
  • fournit un point de contact et une aide orientée sur tous les problèmes concernant le logiciel libre.
  • travaille étroitement avec les avocats actifs dans le logiciel libre dans les universités dans le but de suivre et influencer les discours juridiques. En outre, elle coopère avec des avocats partout en Europe pour maximiser la sécurité juridique du logiciel libre.
  • supporte, coordonne et développe des projets dans le domaine du logiciel libre, en particulier le projet GNU. Elle fournit également des ressources informatiques aux développeurs de logiciels libres pour leur permettre de continuer leur développements.
  • aide les entreprises à développer ou à implémenter des modèles économiques basés sur le logiciel libre; elle encourage les entreprises dans leur évolution dans le logiciel libre. Pour faciliter la tâche des entreprises basées sur le logiciel libre à être un succès commercial, la FSF Europe cherche également à élargir le marché pour logiciel libre.
  • aide les entreprises à coordonner et connecter d'autres initiatives du domaine du logiciel libre

Projets[modifier | modifier le code]

Brevets logiciels en Europe[modifier | modifier le code]

Selon la FSFE, les brevets logiciels pour l'Europe sont activement mis en avant par le lobby de la Business Software Alliance (BSA), qui regroupe de grands fabricants de logiciels propriétaires comme Microsoft ou Adobe. Les logiciels propriétaires sont considérés comme une menace pour la société et l'économie selon la FSFE qui est activement engagée dans la résistance contre ces systèmes[4].

Union européenne contre Microsoft[modifier | modifier le code]

En 2001, l'Union européenne a commencé à enquêter sur la position dominante de Microsoft dans les systèmes d'exploitations de bureau. La FSFE a été invitée à représenter la position du mouvement du logiciel libre. En 2004, la fondation a été admise en tant que tiers intervenant dans l'appel contre la décision de la commission européenne et en représentant l'équipe Samba. Elle était l'une des deux seuls intervenants à rester actif dans la procédure du début à la fin. Elle a fourni des preuves solides à la cour grâce aux efforts de volontaires comme Andrew Tridgell, Jeremy Allison, Volker Lendeke et leur avocat Carlo Piana. L'affaire est maintenant considérée comme l'une des plus importantes causes dans l'antitrust européen[5].

Organisation mondiale de la propriété intellectuelle[modifier | modifier le code]

L'organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI) est l'une des 16 instituions des Nations unies. Son rôle est d'administrer 24 traités internationaux ayant trait aux différents aspects de la propriété intellectuelle. En tant qu'observateur, la FSFE travaille pour transformer cette « Organiser Mondiale de la Pauvreté Intellectuelle » en une « Organisation Mondiale de la Richesse Intellectuelle »[6].

PDFreaders.org[modifier | modifier le code]

En 2009, la fondation soutient l'utilisation de lecteurs de fichiers PDF libres[7]. La campagne se poursuit en 2010 sous la forme d'une pétition[8] pour promouvoir ces logiciels libres auprès des gouvernements et des administrations.

Libérez votre Android ![modifier | modifier le code]

En 2012, la fondation lance la campagne « Libérez votre Android ! »[9] pour inciter les utilisateurs de smartphones compatibles avec Android d'installer le système d'exploitation Replicant qui utilise des pilotes matériels libres, ou à défaut CyanogenMod[10].

Les autres fondations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]