Free Dom

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Free Dom
logo de Free Dom

Création 1992
Personnages clés Camille et Margie Sudre, fondateurs
Siège social La Réunion
Activité Radio
Site web freedom.fr

Free Dom
Présentation
Positionnement Gauche[1]
Idéologie Populisme[1]
Site web www.freedom.frVoir et modifier les données sur Wikidata

Free Dom est un mouvement politique de gauche fondé avec humour à partir d'un jeu de mots de Camille Sudre suite à un gage en soirée à La Réunion.

Son emblème est une colombe blanche en vol, symbole de la libération de l'humour.

Histoire[modifier | modifier le code]

Radio Free Dom a été fondée par Camille Sudre et sa femme Margie Sudre en 1981. N'hésitant pas à diffuser des doléances et des programmes permettant la rencontre des célibataires à des heures de grande écoute, cette radio rencontre un succès tel que le fondateur décide de créer une chaîne de télévision dans sa lancée quelques années plus tard.

Télé Free Dom est rapidement condamnée comme illégale par le Conseil supérieur de l'audiovisuel, qui l'interdit d'émettre. Cette décision perçue comme un musellement de la voix du peuple déclenche à Saint-Denis en février 1991 une série d'affrontements entre jeunes et CRS aujourd'hui connue comme les événements du Chaudron.

Conscient de l'existence d'un certain malaise réunionnais, Camille Sudre crée dans le même temps un mouvement politique appelé Free Dom. Il en prend la tête et parvient à être élu président du Conseil régional de La Réunion grâce à un programme promettant l'égalité sociale avec la France métropolitaine en 1992. L'année suivante, le conseil d'État annule son élection pour dépassement de comptes de campagne et de nouvelles élections sont organisées.

Sa femme prend sa succession à la tête de l'institution mais ne tarde pas à s'éloigner de ses opinions politiques pour se rapprocher de la droite et entrer au gouvernement en 1995. Free Dom continue sans elle et demeure proche du Parti communiste réunionnais jusqu'à aujourd'hui. Les deux partis disposent ensemble d'une plateforme électorale appelée l'Alliance pour la Réunion.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Laurent de Boissieu, « FreeDom », France Politique,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]