Frederick Markham Bailey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bailey.
Frederick Markham Bailey
Miru Gyalwa, Mrs Bailey, Major Vance, Colonel Bailey.jpg

Miru Gyalwa, Mrs Bailey, Major Vance, Colonel Bailey, 1927 au Tibet

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 85 ans)
Nationalité
Formation
Edinburgh Academy
Royal Military College de Sandhurst (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Arme
Conflit

Frederick Marshman Bailey ( à Lahore) est un officier de l'Armée des Indes, agent politique, agent secret, explorateur, linguiste et botaniste.

Le Lieutenant Colonel Bailey est le prototype de l'officier et de l'agent politique tels que Kipling les a rêvés.

Il servit au Tibet où il fut un des premiers Européens à pénétrer (expédition Younghusband), en Assam, en Perse et eut une conduite exemplaire pendant la Première Guerre mondiale.

Il est connu des botanistes pour avoir découvert le Pavot Bleu du Tibet dans les gorges de Tsang Po en 1912. Cette fleur porte désormais son nom : Meconopsis baileyi.

Mais le colonel Bailey est surtout connu pour une mission d'espionnage de 16 mois qu'il mena dans le Turkestan russe occupé par les Bolcheviks (1918) où il vécut d'invraisemblables aventures allant jusqu'à se faire accréditer comme commissaire de la Tchéka, avec mission d'arrêter le colonel britannique Bailey, c'est-à-dire lui-même.

Il raconte son épopée de Srinagar à Mashhad avec modestie et humour dans Mission to Tashkent écrit en 1924 et publié en 1946.

Il fut récompensé notamment par la Mac Gregor Medal en 1914 et reçut la médaille d'or de la Royal Geographical Society.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Bailey, F. M. China, Tibet, Assam (London: Cape, 1945)
  • F.M Bailey et Peter Hopkirk, Mission to Tashkent, Oxford University Press, (ISBN 0-19-280387-5).(1946, republié 1992 et 2002).
  • Bailey, F. M. No Passport To Tibet (London: Rupert Hart-Davis, 1957)

Sources[modifier | modifier le code]