Freddy Thielemans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Freddy Thielemans
Illustration.
Freddy Thielemans à l'hôtel de ville de Bruxelles, en 2006.
Fonctions
Bourgmestre de Bruxelles
Prédécesseur François-Xavier de Donnea (Marion Lemesre)
Successeur Yvan Mayeur
Membre du Parlement bruxellois

Député européen
Bourgmestre de Bruxelles
Prédécesseur Michel Demaret
Successeur François-Xavier de Donnea
Biographie
Date de naissance (76 ans)
Lieu de naissance Laeken, Bruxelles
Drapeau de la Belgique Belgique
Nationalité Belge
Parti politique Parti socialiste
Profession Enseignant
Religion Agnostique

Freddy Thielemans
Bourgmestres de Bruxelles

Freddy Y.L. Thielemans, né le à Laeken (Bruxelles), est un homme politique socialiste belge[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Freddy Thielemans, fils de militants socialistes[2] est diplômé en sciences commerciales et a enseigné les langues germaniques dans plusieurs lycées à Bruxelles. Il manie par ailleurs ces langues avec une grande aisance, agrémentant ses interventions publiques avec force figures de style, et références étymologiques et littéraires[3].

Il rejoint le Parti socialiste et devient en mars 1983 le secrétaire particulier du bourgmestre de Bruxelles Hervé Brouhon[réf. nécessaire]. Aux élections d'octobre 1988, il a été élu conseiller municipal de la ville. Il y fut échevin de 1989 à 1994 et de mars à octobre 1994, il est élu de Bruxelles après la démission forcée de Michel Demaret[3].

Mandats[modifier | modifier le code]

De 1988 à 1994, Freddy Thielemans est échevin des Beaux-Arts de la commune de Bruxelles, et reçoit en 1993 le portefeuille de l'Instruction publique en plus.

En 1994, à la suite de la démission du bourgmestre PSC Michel Demaret, Freddy Thielemans devient bourgmestre de Bruxelles pour quelques mois jusqu'aux élections communales d'octobre 1994.

Le 20 juin 1999, il est élu député au Parlement européen où il siège au sein de la Commission des Affaires étrangères[4].

Depuis janvier 2001 : il succède à François-Xavier de Donnea au poste de bourgmestre de la Ville de Bruxelles à la tête d'une coalition PS/PSC/Ecolo. Parmi ses attributions de nouveau bourgmestre, il s'occupe notamment du département des finances de la Ville. C'est lui qui a célébré le mariage civil du prince Laurent de Belgique et de Claire Coombs, le 12 avril 2003 à l'hôtel de ville de Bruxelles.

En 2002, il lance le concept de Bruxelles-les-Bains : la création d’une plage, avec des infrastructures ludiques et culturelles en bordure du canal, sur le modèle de Paris Plages[5]. Dans la foulée il crée le concept des Plaisirs d'Hiver et Magie de Noël qui englobe plusieurs quartiers[2].

Il est réélu bourgmestre lors des élections communales du 8 octobre 2006 et du 14 octobre 2012. Il abandonne cependant son mandat de bourgmestre le 13 décembre 2013 au profit d'Yvan Mayeur[6] ce qui suscite de vives critiques de l'opposition en raison du fait qu'il avait dit lors des élections communales de 2012 qu'il restait 6 ans. Selon l'opposition, il a menti aux électeurs lors des élections communales de 2012[7].

En 2006, il est élu - pour la première fois - administrateur coopté au conseil d'administration de l'Université libre de Bruxelles[8]. Le 3 mars 2008, il est reconduit [9]. Le 8 mars 2010, il est réélu par le conseil d'administration de l'Université libre de Bruxelles pour un troisième mandat consécutif[10].

Honneur[modifier | modifier le code]

En 2014, la France le décore, des mains du secrétaire d'État français aux Affaires européennes, Harlem Désir, les insignes d'Officier de la Légion d'Honneur[11].

Diplomes[modifier | modifier le code]

  • Régent en langues germaniques.

Critiques et controverses[modifier | modifier le code]

A l'occasion de la « Quinzaine de la BD » à Bruxelles, Philippe Mottet, le maire d'Angoulême rendait visite au bourgmestre de Bruxelles dans le cadre de la « Charte des Villes BD ». Au cours d'une dîner d'inauguration bien arrosé, le bourgmestre de Bruxelles, Freddy Thielemans, a lâché une plaisanterie zwanze pas très fine dont ce bon vivant est coutumier. Mais, pour le Maire d'Angoulême, c'était le mot de trop[12].

En 2010, l'un des auteurs des attentats du 22 mars 2016 à Bruxelles, Ibrahim El Bakraoui est condamné à une peine de 9 ans de prison pour avoir, au cours d'un braquage, fait feu en direction de la police belge[13].

À l'époque, ces faits sont qualifiés par Freddy Thielemans, alors bourgmestre de Bruxelles, de "faits divers"[14].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Biographie de Freddy Thielemans, de l'enseignement à la politique », sur RTBF Info, (consulté le 7 février 2021)
  2. a et b « Thielemans Freddy », sur BIFFF, (consulté le 7 février 2021)
  3. a et b « DPG Media Privacy Gate », sur myprivacy.dpgmedia.be (consulté le 7 février 2021)
  4. Site de la Ville de Bruxelles, Biographie de Freddy Thielemans, http://www.bruxelles.be/artdet.cfm/4377
  5. « Venez prendre des vacances à Bruxelles les Bains 2012 », sur Site-LeVifWeekend-FR, (consulté le 7 février 2021)
  6. Lundi 4 novembre 2013-10:29 Temps de lecture : 0 minutes, « Freddy Thielemans s'en va, Yvan Mayeur arrive », sur Moustique.be (consulté le 7 février 2021)
  7. Belga, « Démission de Freddy Thielemans: Milquet dénonce une pression du PS », sur www.dhnet.be (consulté le 25 avril 2016)
  8. Jean-Louis Vanherweghem, "Du décodage d'une cooptation", Esprit Libre, n°38 - mars 2006, http://www.ulb.ac.be/espritlibre/html/el032006/index.html
  9. "Nouveaux membres cooptés à l'ULB", ULB Pratique, n°1 - 13 mars 2008, http://www.ulb.ac.be/ulb-pratique/docs/index0001.html#24
  10. Cellule Presse de l'Université libre de Bruxelles, communiqué du 8 mars 2010, http://wwwdev.ulb.ac.be/db/revue/articles/08032010/08032010REF_701.pdf
  11. La Libre.be, « La légion d'honneur pour Freddy Thielemans », sur LaLibre.be, (consulté le 7 février 2021)
  12. « Angoulême-Bruxelles : la gaffe ! », sur ActuaBD (consulté le 7 février 2021)
  13. « Les frères El Bakraoui, deux Bruxellois déjà recherchés par la police », sur 7s7 (consulté le 23 mars 2016)
  14. « Vanhengel déplore qu'El Bakraoui ait été traité comme un fait divers », sur 7s7 (consulté le 24 mars 2016)