Fred Wah

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Fred Wah
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonctions
Poète officiel du Parlement du Canada
-
Professeur (en)
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Genres artistiques
Site web
Distinctions
Prix du Gouverneur général : poésie de langue anglaise ()
New Media Writing Prize ()
Officier de l'Ordre du CanadaVoir et modifier les données sur Wikidata

Frederick James Wah, né le , en Saskatchewan, est un poète, romancier et professeur canadien[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Wah naît à Swift Current, en Saskatchewan[1]. Il grandit dans la région de Kootenay, en Colombie-Britannique[1]. Son père, né au Canada mais ayant grandi en Chine, est lui-même le descendant d'un père sino-canadien et d'une mère irlando-écossaise[1],[2],[3]. Quant à elle, la mère de Fred Wah est née en Suède et est déménagée au Canada à l'âge de six ans[4]. Ces origines ont fortement influencées l'écriture du poète.

Fred Wah obtient un baccalauréat en anglais et en musique de l'université de la Colombie-Britannique en 1962[1]. À ce moment, il contribue au périodique Tish[1]. Il commence à étudier à l'université du Nouveau-Mexique d'Albuquerque en poésie et en linguistique, puis quitte pour l'Université d'État de New York à Buffalo, d'où il obtient une maîtrise[1]. Après ses études, il revient au Canada et enseigne au Selkirk College, en Colombie-Britannique, ainsi qu'au Centre universitaire David Thompson, à Victoria[1]. Il déménage en Alberta dans les années 1980 pour être écrivain en résidence, puis pour enseigner l'anglais à l'Université de Calgary[1]. Il est également écrivain en résidence dans les universités du Manitoba, de l'Alberta et à l'Université Simon Fraser[1]. Il est également président de la Writers Union du Canada de 2001 à 2002, puis prend sa retraite en 2003[1]. Il se réinstalle en Colombie-Britannique[1].

De 2011 à 2013, il est nommé poète officiel du Parlement du Canada[1]. Il participe aussi à l'édition des revues littéraires Swift Current, Sum, West Coast Line et Open Letter, en plus de d'être impliqué dans le collectif de la Kootenay School of Writing [1],[5].

Fred Wah s'identifie à une minorité visible et revendique, dans ses oeuvres, d'être en opposition par rapport aux valeurs de la culture dominante et majoritaire[6].

La plupart de ses oeuvres abordent l'identité hybride, le paysage, le patrimoine et la racialisation, thème qu'il aborde dans Faking It: Poetics and Hybridity, Critical Writing 1984-1999, qui lui vaudra le prix Gabrielle-Roy en 2000[1],[7].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Poésie[modifier | modifier le code]

Roman et nouvelle[modifier | modifier le code]

Collaborations[modifier | modifier le code]

Autres[modifier | modifier le code]

  • Stomach, Vancouver, Slug Press, 1981, 1 p.
  • Colour, an issue : a special double issue of West Coast Line, British Columbia, West Coast Line, 1994, 320 p.
  • Faking It: Poetics and Hybridity, Critical Writing 1984-1999, Edmonton, NeWest Press, 2000, 280 p. (ISBN 1896300073 et 9781896300078).
  • Mister in between, Ontario, Above/Ground Press, 2005, 1 p.
  • The false laws of narrative : the poetry of Fred Wah, Ontario, Wilfrid Laurier University Press, 2009, 74 p. (ISBN 9781554580460 et 1554580463).
  • The simple with the page stretching out from my feet, Toronto, Fieldnotes, 2021. (ISBN 9781777846503 et 1777846501).

Prix et honneurs[modifier | modifier le code]

  • 1985 : lauréat du Prix du Gouverneur général pour Waiting for Saskatchewan[1]
  • 1991 : lauréat du Prix Stephanson, catégorie poésie pour So far[1]
  • 1996 : lauréat du Prix Howard O'Hagan, catégorie nouvelles de fiction de la Writers Guild of Alberta pour Diamond Grill[1]
  • 2000 : lauréat du Prix Gabrielle-Roy, catégorie critique littéraire canadienne pour Faking it: Poetics & Hybridity, Critical Writing 1984-1999[8],[7]
  • 2001 : lauréat du Prix Gabrielle-Roy de la critique[1]
  • 2010 : lauréat du Prix Dorothy-Livesay pour is a door[1]
  • 2013 : nommé comme Officier de l'Ordre du Canada[1]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t et u « Fred Wah | l'Encyclopédie Canadienne », sur www.thecanadianencyclopedia.ca (consulté le )
  2. (en) Jilang Su, Billy K. L. So, Gungwu Wang, John Fitzgerald, Jianli Huang, James K. Chin, Contributors Billy K. L. So, John Fitzgerald, Power and Identity in the Chinese World Order : festschrift in honour of professor Wang Gungwu, Hong Kong, Université de Hong Kong Press, , 323 p. (ISBN 962-209-590-9)
  3. (en) « Archived copy » (version du sur Internet Archive)
  4. (en) Pauline Butling et Susan Rudy, Poets Talk : conversations with Robert Kroetsch, Daphne Marlatt, Erin Mouré, Dionne Brand, Marie Annharte Baker, Jeff Derksen and Fred Wah, Edmonton, Université de l'Alberta, , 143 p. (ISBN 0-88864-431-0, lire en ligne)
  5. « Canadian Poetry Online | University of Toronto Libraries | Fred Wah », sur canpoetry.library.utoronto.ca (consulté le )
  6. « Vers une esthétique, une éthique et une politique pour écrire l'Autre », sur Érudit (consulté le )
  7. a et b (en-CA) « Gabrielle-Roy Prize Recipients | L'Association des littératures canadienne et québécoise » (consulté le )
  8. (en) Poetry Foundation, « Fred Wah », sur Poetry Foundation, (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]