Fred Turner (professeur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fred Turner
Nationalité américain

Fred Turner est professeur associé de sciences de la communication et histoire des médias à l'Université Stanford[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Après un B.A. en anglais et en littérature américaine de l'Université Brown puis un M.A. en anglais et en littérature américaine de l'Université Columbia, il obtient un Ph.D. en communication de l'Université de Californie à San Diego[2].

Pendant dix ans, il est journaliste pour le Boston Globe Sunday Magazine, Nature[3].

Il enseigne les sciences de la communication à la John F. Kennedy School of Government de l'Université Harvard et à la Sloan School of Management du Massachusetts Institute of Technology avant d'aller enseigner l'histoire des médias à l'Université Stanford[3].

Travaux[modifier | modifier le code]

Son second essai Aux sources de l'utopie numérique : De la contre culture à la cyberculture (From Counterculture to Cyberculture : Stewart Brand, the Whole Earth Network, and the Rise of Digital Utopianism, 2006) expose la thèse selon laquelle que les idées de la contre-culture hippie apparue dans les années 1960 aux États-Unis se retrouvent dans le développement des nouvelles technologies[4],[5]. Cette idéologie bien particulière s'est cristallisée dans la Silicon Valley, dont l'esprit propre est selon lui la combinaison de trois facteurs : la contre-culture hippie, l'industrie militaire (dont le cœur a longtemps été implanté dans cette région) et le puritanisme américain, qui fait que les élus ont pris la forme des entrepreneurs audacieux. Il s'agit de trois utopies désormais réunies par la foi en la technologie, la cyberculture. La Silicon Valley, qui veut convertir la planète entière à son mode de vie, est habitée par la croyance que l'amélioration du monde est affaire de réseaux et de technologies.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

en anglais[modifier | modifier le code]

  • Echoes of Combat : The Vietnam War in American Memory, Doubleday, , 276 p. (ISBN 978-0385475631)
    • 2e édition, Echoes of Combat : Trauma, Memory, and the Vietnam War, Univ Of Minnesota Press, , 296 p. (ISBN 978-0816635498)
  • From Counterculture to Cyberculture : Stewart Brand, the Whole Earth Network, and the Rise of Digital Utopianism, University Of Chicago Press, , 354 p. (ISBN 978-0226817415)
  • The Democratic Surround : Multimedia and American Liberalism from World War II to the Psychedelic Sixties, University Of Chicago Press, , 376 p. (ISBN 978-0226817460)

en français[modifier | modifier le code]

  • Aux sources de l'utopie numérique : De la contre culture à la cyberculture [« From Counterculture to Cyberculture:Stewart Brand, the Whole Earth Network, and the Rise of Digital Utopianism »], C&F Editions, , 430 p. (ISBN 978-2915825107)
  • Le Cercle démocratique. Le design multimédia, de la Seconde Guerre mondiale aux années psychédéliques, C&F Editions, 2016, 384 p.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Page personnelle sur le site de l'Université Stanford
  2. CV sur le site de l'Université Stanford
  3. a et b Biographie sur le site de l'Université Stanford
  4. L’antipolitique, péché originel de la Silicon Valley Le Monde, 19 février 2015
  5. Comment la gauche et la contre-culture sont tombées dans le piège de l'utopie numérique Slate, 18 décembre 2014

Liens externes[modifier | modifier le code]