Fred F. Fielding

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Fred F. Fielding
Fred Fielding.jpg
Fonction
Conseiller juridique de la Maison-Blanche
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Gettysburg College (en)
Faculté de droit de l'université de Virginie (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Parti politique

Fred Fisher Fielding, né le à Philadelphie, est un avocat américain. Il est le conseiller juridique de la Maison-Blanche auprès du président George W. Bush de 2007 à 2009.

Ancien senior partner de la société Wiley Rein LLP (anciennement Wiley Rein & Fielding), un cabinet d'avocat de Washington, il travaille pour le gouvernement américain à plusieurs occasions au cours de sa carrière.

Biographie[modifier | modifier le code]

Un des assistants conseillers du président Richard Nixon de 1970 à 1972, il est l'adjoint de John Dean, le conseiller de la Maison-Blanche en titre durant le scandale du Watergate. Il est une première fois conseiller de la Maison-Blanche sous la présidence de Ronald Reagan de 1981 à 1986. Fielding fait également partie du tribunal chargé de régler le différend sur le traité aérien entre les États-Unis et la Grande-Bretagne (1989-1994), il est membre de la Commission sur la réforme des lois fédérales sur l'éthique en 1989, membre de la Task Force du Département des transports sur les désastres aériens (1997-1998) et membre de la Commission nationale sur les attaques terroristes contre les États-Unis, plus communément appelée Commission du 11 septembre (9/11 Commission). En 2007, un article du New York Times affirme qu'il aurait été l'un des cadres et le conseil juridique de la compagnie militaire privée Blackwater USA, qui a reçu plus d'un milliard de dollars[1] de commandes, principalement en gré à gré, par le Département de la Défense.

Fielding serait un proche du vice-président Dick Cheney, qu'il connait depuis des années et auquel il aurait servi de conseil de manière informelle. Michael Luttig, un ancien juge fédéral qui a travaillé avec Fielding dans l'administration Reagan et est resté proche de lui a déclaré : « Il a une vue ferme, claire, des prérogatives de l'Exécutif mais il comprend aussi bien que quiconque à Washington la nécessité constitutionnelle du compromis. Il n'est pas le genre de personne à prendre des positions absolutistes et ensuite conduire la présidence et le pouvoir exécutif dans l'abîme. Il a du jugement. » [2]

Fielding est le président du National Legal Center for the Public Interest.

Soupçons d'être « Gorge profonde »[modifier | modifier le code]

En , une équipe d'étudiants en journalisme dirigée par le professeur William Gaines conduisit une étude détaillée des sources matérielles de l'affaire du Watergate les amenant à conclure que Fielding était « Gorge profonde », le pseudonyme donné à leur source par les deux journalistes du Washington Post Bob Woodward et Carl Bernstein[3] qui ont conduit à la révélation du scandale et à la démission du Président Nixon. Plusieurs années auparavant, l'ancien chef de cabinet de la Maison Blanche de Richard Nixon, Bob Haldeman, était aussi arrivé à la même conclusion.

Cela se révéla faux quand l'ancien haut responsable du FBI, W. Mark Felt, annonça en qu'il était « Gorge profonde », information rapidement confirmée par Woodward, Bernstein et le rédacteur en chef du Washington Post Ben Bradlee dans une déclaration publiée dans le journal.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) John M. Broder, James Risen, « Blackwater Tops Firms in Iraq in Shooting Rate », The New York Times, 27 septembre 2007
  2. (en) Jim Rutenberg, « Reagan Lawyer Ready to Return to White House », The New York Times, (consulté le 19 novembre 2007)
  3. (en) Timothy Noah, « Was Fred Fielding Deep Throat? », Slate, (consulté le 9 janvier 2007)

Lien externe[modifier | modifier le code]