Fred Chichin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Frédéric Chichin
Fred chichin.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 53 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nom de naissance
Frédéric Alexis Alphonse Chichin
Nationalité
Activités
Père
Jean-Louis Chichin (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Enfants
Ginger Romàn
Raoul Chichin (d)
Simone Ringer (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Membre de
Instruments
Genre artistique
Distinction
Fred Chichin tombe.jpg
Vue de la sépulture.

Frédéric Chichin, dit Fred Chichin, né le à Clichy et mort le à Villejuif, est un musicien multi-instrumentiste, auteur-compositeur-interprète de rock.

En 1979, il a formé avec Catherine Ringer le groupe Les Rita Mitsouko.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille et jeunesse[modifier | modifier le code]

Frédéric Chichin naît à Clichy[1],[2] où ses grands-parents maternels ; Marie-Louise est Italienne et Alphonse d'origine auvergnate, tiennent un café, Au bon coin, dans la rue Klock.[réf. nécessaire]

Son père, Jean-Louis Pays de son nom de plume, est un artiste-peintre français d'origine suédoise militant communiste, qui créa en 1962 le magazine Miroir du cinéma[3] Sa mère, Madeleine Chichin née Brugerolle de son nom de jeune fille, le 19 mai 1927. Elle est costumière à la SFP (Société française de production) et travaillera comme telle sur deux clips des Rita Mitsouko : Marcia Baila et Andy.[réf. nécessaire].

À l'âge de 14 ans, il décide de se consacrer à la musique, inspiré notamment par Jimi Hendrix, et de quitter l'école deux ans plus tard. Il quitte Aubervilliers pour des voyages et squats à Amsterdam, Londres, au Maroc[4]

Passionné de cinéma, de musique, de théâtre, après avoir été proche de la musique électro-acoustique de Nicolas Frize, il participe à plusieurs groupes underground rock ou punk de la fin des années 1970 et du début des années 1980, comme Fassbinder (avec Jean Néplin), Jean Néplin & Individual State[5] (en 1981 avec Jean Néplin et Catherine Ringer), Taxi Girl (avec Daniel Darc) et Gazoline (avec Alain Kan).

Il est un temps incarcéré à la prison de Fresnes pour une affaire de stupéfiants[3].

Les Rita Mitsouko (1979-2007)[modifier | modifier le code]

En mai 1979, il rencontre Catherine Ringer, qui est alors chanteuse dans la comédie musicale Flashes rouges de Marc'O et Geneviève Hervé. Engagé sur ce spectacle comme musicien, il dit à Catherine, au bout d'une semaine de répétitions : « Quittons cette galère et faisons un groupe de rock ![réf. nécessaire] » Ils forment d’abord les Sprats, composent et jouent entre autres sur scène la musique d'Aux limites de la mer d’Armando Llamas mis en scène par Catherine Dasté avec Marcia Moretto (1980) et de Pôle à pôle, chorégraphié par Marie-Christine Gheorghiu et Alain Buffard (1982).

Après quelques tentatives de travail en groupe, c'est finalement en duo que Fred et Catherine choisissent de fonctionner. Le couple travaille chez lui et c'est dans leur cuisine que naissent leurs premiers titres. De concert en concert, dans des bars ou des boîtes rock, ils se forgent une petite notoriété dans Paris. C'est au Gibus, en novembre 1980, que le duo se présente sous le nom de Rita Mitsouko (plus tard rebaptisé Les Rita Mitsouko pour éviter la confusion entre le nom du groupe et celui de sa chanteuse). En 1984, le simple Marcia Baïla les révèle au grand public.

Leur carrière durera près de trente ans (1979-2007), comptant sept albums originaux : Rita Mitsouko, The No Comprendo, Marc et Robert, Système D, Cool Frénésie, La Femme trombone, Variéty), un album de remixes (RE), et deux albums live (Acoustiques, Les Rita Mitsouko en concert avec l’orchestre Lamoureux).

Tout au long de ces années, les Rita Mitsouko collaborent avec de nombreux artistes internationaux comme les Sparks, Iggy Pop, Richard Galliano, Jean Néplin, multiplient les tournées en France et en Europe, et se distinguent par leurs clips, réalisés, entre autres, par Philippe Gaultier ou Jean-Baptiste Mondino. Plusieurs de leurs morceaux deviennent des tubes (Andy, C’est comme ça, Les Histoires d’A., Le Petit Train, Y a d’la haine, etc.) et les Rita Mitsouko s’imposent comme des artistes incontournables dans le paysage du rock et de la chanson française.

Maladie[modifier | modifier le code]

Fred, qui a contracté l'hépatite C à la fin des années 1970 en vendant son sang en Espagne, est sévèrement affaibli par cette maladie en 2002. Mais alors qu'il pense en être « officiellement » remis, début septembre 2007, la maladie évolue en un cancer du foie « foudroyant »[6]. En novembre 2007, Les Rita Mitsouko sont contraints d'annuler une partie de leur tournée en raison de son état de santé. Fred meurt à Villejuif le 27 novembre 2007[1].

Il est inhumé au cimetière de Montmartre, à Paris[7].

Prise de position[modifier | modifier le code]

En novembre 2007, quelques jours avant sa mort, le chanteur déclare à l'hebdomadaire Télérama qui l'interroge sur sa collaboration avec le rappeur Doc Gynéco :

« Je les connais bien ces types, j’ai travaillé avec eux. Je suis resté deux mois avec une quarantaine de rappeurs. C’est édifiant sur le niveau et la mentalité… Le rap a fait énormément de mal à la scène musicale française. C’est une véritable catastrophe, un gouffre culturel. La pauvreté de l’idéologie que ça véhicule : la violence, le racisme anti-Blancs, anti-occidental, anti-femmes… C’est affreux[8]. »

Vie privée[modifier | modifier le code]

Fred Chichin et Catherine Ringer ont eu trois enfants : Ginger Romàn, qui est actrice, Simone Ringer, graphiste et chanteuse dans le groupe Minuit et Raoul Chichin, guitariste dans le même groupe[9] et accompagnateur de sa mère sur scène.

Décoration[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Avec Les Rita Mitsouko[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

Mini-albums[modifier | modifier le code]

Autres[modifier | modifier le code]

  • 1985 : Les Enfants du Velvet, titre All Tomorrow's Parties (disque compilation en hommage à Lou Reed)
  • 1999 : Emmaüs Mouvement, titre Le Juste Prix (disque anniversaire des 50 ans du mouvement Emmaüs)

Singles[modifier | modifier le code]

  • 1982 : Minuit dansant / Don't forget the nite
  • 1984 : Restez avec moi / Marcia Baila
  • 1986 : Andy / Un soir, un chien / C'est comme ça / Les histoires d'A.
  • 1988 : Mandolino City / Singing in the shower (avec Sparks) / Tongue dance / Le petit train
  • 1990 : Hip kit / Don't forget the nite
  • 1993 : Y’a d'la haine / Les amants / Femme d'affaires
  • 1996 : Riche (en duo avec Doc Gynéco / If I were a rich man (adaptation)
  • 2000 : Cool frénésie / Alors c'est quoi ? / Femme de moyen âge
  • 2002 : Triton / Sasha / Tu me manques
  • 2004 : Triton (live) / La sorcière et l’inquisiteur (live) / Andy (live) / Où sont-ils donc ? (live) / Écoutez la chanson bien douce (live)
  • 2007 : Communiqueur d'amour / Ding Dang Dong / Même si / L'ami ennemi

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Insee, « Fichier des personnes décédées », sur data.gouv.fr, (consulté le 4 janvier 2020)
  2. Lien direct du fichier concerné au format TXT à télécharger (102 Mo, clic droit, « Enregistrer la cible du lien sous… »).
  3. a et b « Fred Chichin tombe amoureux de Catherine Ringer », quai-baco.com, (consulté le 2 mars 2018).
  4. « Fred », ritamitsouko.org (consulté le 2 mars 2018).
  5. Voir sur youtube.com.
  6. Stéphane Davet et Véronique Mortaigne, « Fred Chichin, guitariste des Rita Mitsouko », sur lemonde.fr, .
  7. « Obsèques de Fred Chichin », Le Nouvel Observateur, 7 décembre 2007 : annonce par la maison de disques Because dans un communiqué.
  8. « Mort de Fred Chichin, le guitariste des Rita Mitsouko - Musiques », sur telerama.fr (consulté le 20 décembre 2017).
  9. « Simone Ringer et Raoul Chichin, la musique en heritage » sur gala.fr.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]