Fred Adison

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lapeyrère (homonymie).
Fred Adison
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 87 ans)
NiceVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Genre artistique

Albert Henri Lapeyrère, dit Fred Adison, né le à Bordeaux et mort le à Nice[1], est un musicien, chanteur et chef d'orchestre de jazz français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Orchestre de chanteurs à sketches[modifier | modifier le code]

Albert Lapeyrère étudie le piano et le violon, avant d'acheter une batterie. Passionné par le jazz, il forme à l'âge de 18 ans avec des copains un petit orchestre de cinq musiciens. En entamant sa carrière, il prend le nom de scène de Fred Adison. Petit à petit, ce groupe musical parcourt la France et finit par investir Paris en 1931. L'orchestre parvient même à sonoriser plusieurs courts métrages muets et des sketches cinématographiques de Charlie Chaplin.

Ce fut, aux côtés de Ray Ventura, voire ensuite Jacques Hélian, l'un des principaux ensembles de chanteurs et orchestre à sketches des années 1930.

Parallèlement, de nombreux disques 78 tours sont gravés au cours des années 1930 chez Gramophone (qui furent maintes fois réédités en repiquages améliorés sur microsillons puis CD), et les succès s'enchaînent, avec de nombreux titres, sous une forme amusante et humoristique de comique troupier, voire champêtre de l'époque, rejoignant la musique de divertissement :

  • En cueillant la noisette,
  • Avec les pompiers,
  • Le petit train départemental ou bien encore,
  • Quand un gendarme rit.

De la Taverne Fantasio, il passera au cabaret (dancing) Pigall's, puis au restaurant Chez Maxim's. Il fera ensuite toutes les grandes salles : Lido, Européen, Olympia, Ambassadeurs, Bobino, le Cirque Medrano, le Trianon, l' Étoile, l' A.B.C... Il n'y a pas un établissement qui n'ait voulu, un jour, voir Fred à son programme.

Après la guerre, il revient en force avec un nouvel ensemble où se joignent de nouvelles attractions : danseurs de bebop, Django Reinhardt et Sacha Distel (en guitariste). Il inaugure la Grande Brasserie Alsacienne des Champs Élysées dont il est le directeur (car, en plus, c'est un homme d'affaires averti) puis il passe au restaurant Le Cap Horn, à l'Adison Square tout en effectuant des tournées, animant des thés dansants et cela jusqu'au début des années soixante.

Orchestre du Cirque Pinder[modifier | modifier le code]

En 1952, Charles Spiessert, le propriétaire du Cirque Pinder, engage Fred Adison, pour devenir chef de l'orchestre de son cirque[2]. Il en sera le chef d'orchestre pendant dix ans, jusqu'en 1962, accompagnant Luis Mariano et Gloria Lasso lors de leurs tournées avec ce cirque. Il enregistrera aussi à cette époque plusieurs disques de "musique de cirque"[3].

Après, c'est la semi-retraite : petit ensemble, trio dansant, quelques apparitions à la télévision (avec orchestres reconstitués),

Redevenu Albert Adison puis Albert Lapeyrère, Fred finalement s'arrête et s'éteint à Paris le , à l'âge de 87 ans.

Quelques autres chansons[modifier | modifier le code]

  • Amusez-vous
  • Au lycée Papillon (chantée aussi par Georgius)
  • On a pendu la crémaillère
  • La musique vient par ici (chantée aussi par Ray Ventura)
  • Les prénoms effacés
  • Spiritisme
  • Vive la musique
  • La Da Da Da
  • Toc Toc, qui vient là ?
  • Le pensionnaire Fréjus

Filmographie sélective[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]