Fraternité Saint-Vincent-Ferrier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Fraternité Saint-Vincent-Ferrier
Image illustrative de l’article Fraternité Saint-Vincent-Ferrier
Ordre de droit pontifical
Approbation pontificale 28 octobre 1988
Type Institut religieux de droit pontifical
Spiritualité Règle de saint Augustin
Structure et histoire
Fondation 1988
Cheméré-le-Roi
Fondateur Louis-Marie de Blignières
Site web http://www.chemere.org/
Liste des ordres religieux

La Fraternité Saint-Vincent-Ferrier, dont le seul couvent se trouve à Chémeré-le-Roi en Mayenne, est une communauté religieuse catholique traditionaliste d'inspiration dominicaine. Elle n'est pas affiliée à l'Ordre des Prêcheurs.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1979, le père Louis-Marie de Blignières fonde le prieuré d'études Saint-Thomas à Chémeré-le-Roi. Il reçoit l'habit dominicain, avec le nom de Louis-Marie, de l'évêque sédévacantiste, Mgr Guérard des Lauriers.

En 1981, les premiers frères font profession et prennent abusivement l'habit dominicain, sans avoir aucun lien avec l'Ordre de Saint Dominique. L'année 1982 voit le lancement de grand travaux dans leur prieuré de Chéméré : une église est aménagée dans les anciens communs, un cloître puis une bibliothèque sont construits.

À partir de 1986, la communauté se rapproche de Rome, et en 1987 les premiers frères commencent à compléter leur cursus d'études thomistes par l'acquisition de diplômes universitaires.

En 1988, la communauté est érigée canoniquement par la Commission Ecclesia Dei comme Institut religieux de droit pontifical avec le nom de Fraternité Saint Vincent Ferrier et les premiers frères sont ordonnés prêtres.

En 1992, Mgr Louis-Marie Billé, évêque de Laval bénit l'hôtellerie, lieu d'accueil des retraitants. L'approbation par le Saint-Siège des Constitutions définitives a lieu en 1995[1].

Mgr Armand Maillard, évêque de Laval, vient bénir le cloître en 1998. Afin d'asseoir la communauté, le Saint-Siège permet au père Louis-Marie de Blignières d'exercer sans discontinuité la fonction de prieur jusqu'en 2011. À cette date, conformément à la tradition dominicaine, il ne peut être élu à la tête de la communauté, les mandats n'étant pas renouvelables[2]. Le 13 septembre, c'est donc le père Dominique-Marie de Saint-Laumer qui lui succède pour six ans[3]. En 2017, le père de Blignières peut enfin être élu prieur par le chapitre général de la Fraternité, retrouvant ainsi le poste de prieur général[4]. Le père de Blignières a été un des signataires, avec deux autres pères de la FSVF, de la critique de l'exhortation apostolique Amoris laetitia du Pape François adressée aux cardinaux et patriarches de l'Église. Il demandait le retrait de l'exhortation parce qu'elle contiendrait au moins dix-neuf points contraires à la doctrine catholique[5].

Cette communauté imprime une revue, Sedes Sapientiae, où interviennent des prêtres et des laïcs.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. D'après la présentation par le Diocèse de Laval de La Fraternité Saint Vincent Ferrier
  2. Michel Janva, « Changement de prieur à la Fraternité Saint Vincent Ferrier », Le Salon beige,‎ (lire en ligne, consulté le 23 septembre 2017).
  3. La foi doit être fortifiée, La Nef, no 239, Juillet-août 2012
  4. « Élection du Père Louis-Marie de Blignières Prieur de la Fraternité Saint-Vincent Ferrier », sur www.chemere.org, (consulté le 23 septembre 2017).
  5. « Critique d'Amoris laetitia par 45 théologiens et philosophes catholiques du monde entier », (consulté le 25 décembre 2017)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Olivier Landron, À la droite du Christ: Les catholiques traditionnels en France depuis le concile Vatican II (1965-2015), éditions du Cerf, 2015
  • Dominique Avon, Michel Fourcade, Un nouvel âge de la théologie ? 1965-1980 : Colloque de Montpellier, juin 2007, 2009

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]