Fraternité (société)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fraternité (homonymie).

On nomme fraternités un certain nombre d'associations légales ou non dont les membres se considèrent comme frères généralement à la suite d'une initiation ou d'une intronisation dont les détails cérémoniels sont souvent secrets. Il existe de nombreuses fraternités de par le monde.

Les plus connues sont la franc-maçonnerie et ses différentes obédiences, les fraternités d'étudiants aux États-Unis, en Grande-Bretagne ainsi que dans les pays germanophones, francophones et scandinaves.

Les confréries et archiconfréries religieuses, et corporations de métiers sont aussi des fraternités.

Il a existé également des sociétés secrètes politiques comme les sociétés irlandaises (Irish Republican Brotherhood), sud-américaines (loges laurentina), italienne (Jeune Italie et Jeune Europe, Carbonari), française (Charbonnerie, Marianne), la Filikí Etería grecque de la guerre d'indépendance grecque.

Il existe enfin des sociétés criminelles qui correspondent à cette typologie, notamment en Italie (Cosa Nostra, Camora, etc.) et en Chine (Triades) ou au Japon (société de Yakusa).

Particularité des fraternités étudiantes américaines[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Fraternité étudiante.

Une fraternité, en anglais fraternity, est une société (qui peut être secrète ou pseudo-secrète) d'étudiants et d'anciens étudiants universitaires. Ces organisations se retrouvent en grand nombre aux États-Unis et au Canada et se sont répandues dans d'autres pays comme les Philippines et la Pologne. Elles n'ont pas toujours réussi à s'implanter de façon durable dans les universités francophones malgré de nombreuses tentatives, à deux exceptions près : Sigma Phi Delta importé par un Français membre d'un chapter aux États-Unis[1], et Sigma Theta Pi (en) présente dans cinq villes françaises et quatre québecoises.

Habituellement, elles se donnent un nom composé de parfois deux, mais plus souvent trois lettres grecques. Lorsque la société est composée exclusivement de femmes, on parle alors de sororité - du latin soror (sœur)-.

Fraternités

Sororités

  • Kappa Kappa Gamma 1870 [3]
  • Kappa Alpha Theta 1890
  • Gamma Phi Beta 1894
  • Pi Beta Phi 1900
  • Delta Delta Delta 1900
  • Alpha Phi 1901
  • Chi Omega 1902
  • Alpha Omicron Pi 1907
  • Delta Gamma 1907
  • Alpha Xi Delta 1909 (fermée depuis 1969)
  • Alpha Chi Omega 1909
  • Sigma Kappa 1910
  • Alpha Delta Pi 1913
  • Alpha Gamma Delta 1915 (fermée)
  • Delta Zeta 1915 (fermée depuis 1969)
  • Zeta Tau Alpha 1915 (fermée depuis 1969)
  • Phi Mu 1916 (fermée)
  • Kappa Delta 1917 (fermée depuis 1969)
  • Delta Sigma Theta 1921
  • Alpha Kappa Alpha 1921
  • Alpha Epsilon Phi 1923 (fermée)
  • Alpha Delta Chi 1929
  • Delta Phi Epsilon 1948 (fermée depuis 1968)
  • Alpha Kappa Delta Phi
  • Sigma Omicron Pi
  • Sigma Phi Omega
  • Iota Thêta Pi
  • Zeta Lambda Zeta 2010
  • Nu Delta Mu 2011
  • Beta Lambda Phi 2012
  • Kappa Kappa Tau 2015 (Vire, FR)

Union Triad[modifier | modifier le code]

L'Union Triad est composée des trois fraternités générales toutes fondées à l'Union College de Schenectady, New York : la Kappa Alpha Society (créée en 1825), la Sigma Phi (1827) et Delta Phi (1827). Aucune organisation formelle n'existe pour organiser l'union de ces trois Fraternités. Ces trois organisations sont les plus anciennes fraternités sociales « à lettre Grecque » existantes sans discontinuité en Amérique du Nord. L'Union College et l'Université de Miami (pour la Miami Triad) sont considérés comme les « Mères des Fraternités ». On trouve d'autres fraternités qui doivent leur naissance à l'Union College, parmi celles-ci :

Particularité française[modifier | modifier le code]

Bien qu'une organisation puisse selon les standards nord-américain être qualifiée de fraternité, ce terme est en général cantonné en France aux organisations religieuses (exemple Fraternité Saint-Pierre). La plupart des sociétés d'anciens élèves rejettent ce terme, le considérant comme péjoratif. De même pour les associations estudiantines, le terme de fraternité y est souvent vu comme un anglicisme mal venu au sein d'organisations possédant déjà un vocabulaire propre (par exemple la Faluche).

Par exemple bien que la devise des gadzarts soit « fraternité », ceux-ci appartiennent à des associations, l'UEENSAM pendant leur scolarité et la société des ingénieurs Arts et Métiers ensuite et non à une « fraternité ».

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Meilman PW, von Hippel FA, Gaylor MS., Self-induced vomiting in college women: its relation to eating, alcohol use, and Greek life ; J Am Coll Health. 1991 Jul;40(1):39-41.


Notes et références[modifier | modifier le code]