Fratelli d’Italia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour le parti politique du même nom, voir Frères d'Italie - Alliance nationale.
Il canto degli Italiani (it)
Le Chant des Italiens
Image illustrative de l'article Fratelli d’Italia
Goffredo Mameli, auteur des paroles de l'hymne

Hymne national de Drapeau de l'Italie Italie
Autre(s) nom(s) Il Canto degli Italiani (it)
Le Chant des Italiens
Inno di Mameli (it)
Hymne de Mameli
Paroles Goffredo Mameli
1847
Musique Michele Novaro
Adopté en 12 octobre 1948 de facto,
17 novembre 2005 de jure partiel, 15 novembre 2017, officiel
Fichier audio
Fratelli d'Italia (Instrumental)
Fichier audio externe Fratelli d'Italia (Hymne chanté complet)

Il canto degli Italiani (ou Il canto degl'Italiani) (en français : « Le Chant des Italiens ») est l'hymne national de l'Italie. Connu en Italie sous le nom d'Inno di Mameli (« Hymne de Mameli »), il est nommé ailleurs par son incipit Fratelli d'Italia (« Frères d'Italie »). Il n'est pleinement officiel que depuis le bien qu'ayant un statut reconnu par la République depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Historique[modifier | modifier le code]

Michele Novaro, compositeur de la musique de l'hymne

Cet hymne est né à Gênes à l'automne 1847. Son auteur, Goffredo Mameli, est un jeune étudiant patriote de 20 ans, clairement inspiré par le texte de la Marseillaise[1]. Le texte fut mis en musique peu après à Turin par un autre Génois, Michele Novaro. Le Chant des Italiens est né dans le climat de ferveur patriotique qui précédait la guerre contre l’Autriche. Le caractère immédiat des vers et la vigueur de la mélodie en firent le chant préféré de l’unification italienne, non seulement pendant le Risorgimento mais également dans les décennies qui suivirent. Ce n’est pas un hasard si Giuseppe Verdi, dans son Inno delle Nazioni de 1862, attribua justement au Canto degl’Italiani - et non à la Marcia Reale (Marche royale, alors hymne officiel du royaume italien) - le rôle de symbole italien, en le mettant aux côtés du God Save the Queen et de la Marseillaise. C’est donc très naturellement que le , l’Hymne de Mameli est devenu, d'abord provisoirement, l’hymne national de la jeune République italienne. En fait, ce n'est que le 17 novembre 2005, que le Sénat de la République approuve, en commission des Affaires constitutionnelles, un décret-loi qui devait être présenté ensuite en séance plénière (ce qui n'a pas été le cas). Juste après l'armistice de 1943, l'hymne officiel est celui dit du Piave. Le mercredi 15 novembre 2017, après 71 ans, le Sénat a définitivement approuvé Il canto degli Italiani en tant que hymne national officiel de la République italienne.

Texte[modifier | modifier le code]

Paroles en italien Sens des paroles en français

Fratelli d'Italia,
L'Italia s'è desta,
Dell'elmo di Scipio
S'è cinta la testa.
Dov'è la vittoria ?
Le porga la chioma,
Che schiava di Roma
Iddio la creò. (2x)

  Stringiamci a coorte
  Siam pronti alla morte
  Siam pronti alla morte
  L'Italia chiamò.
  Stringiamci a coorte
  Siam pronti alla morte
  Siam pronti alla morte
  L'Italia chiamò! Sì!

Noi fummo da secoli[Note 1]
Calpesti, derisi
Perché non siam Popolo
Perché siam divisi
Raccolgaci un'Unica
Bandiera una Speme
Di fonderci insieme
Già l'ora suonò

Uniamoci, amiamoci
L'unione e l'amore
Rivelano ai Popoli
Le vie del Signore
Giuriamo far Libero
Il suolo natìo
Uniti, per Dio,
Chi vincer ci può?

  Stringiamci a coorte
  Siam pronti alla morte
  Siam pronti alla morte
  L'Italia chiamò.
  Stringiamci a coorte
  Siam pronti alla morte
  Siam pronti alla morte
  L'Italia chiamò! Sì!

Dall'Alpi a Sicilia
Dovunque è Legnano,
Ogn'uom di Ferruccio
Ha il core, ha la mano,
I bimbi d'Italia
Si chiaman Balilla
Il suon d'ogni squilla
I Vespri suonò

Son giunchi che piegano
Le spade vendute
Già l'Aquila d'Austria
Le penne ha perdute
Il sangue d'Italia e
Il sangue Polacco
Bevé col cosacco
Ma il cor le bruciò

  Stringiamci a coorte
  Siam pronti alla morte
  Siam pronti alla morte
  L'Italia chiamò
  Stringiamci a coorte
  Siam pronti alla morte
  Siam pronti alla morte
  L'Italia chiamò! Sì!

Frères d’Italie
L’Italie s’est levée,
Du heaume de Scipion
Elle s’est ceint la tête.
Où est la Victoire ?
Qu’elle lui tende sa chevelure,
Car esclave de Rome
Dieu la créa. (2x)

  Serrons-nous en cohortes
  Nous sommes prêts à la mort
  Nous sommes prêts à la mort
  L’Italie appelle.
  Serrons-nous en cohortes
  Nous sommes prêts à la mort
  Nous sommes prêts à la mort
  L’Italie appelle !

Nous avons été depuis des siècles
Piétinés, moqués,
Parce que nous ne sommes pas un Peuple,
Parce que nous sommes divisés.
Que nous rassemble un Unique
Drapeau, un Espoir :
De nous fondre ensemble
L'heure a déjà sonné

Unissons-nous, aimons-nous
L'union, et l'amour
Révèlent aux Peuples
Les voies du Seigneur ;
Jurons de Libérer
Le sol natal :
Unis par Dieu
Qui peut nous vaincre ?

  Serrons-nous en cohortes
  Nous sommes prêts à la mort
  Nous sommes prêts à la mort
  L’Italie appelle.
  Serrons-nous en cohortes
  Nous sommes prêts à la mort
  Nous sommes prêts à la mort
  L’Italie appelle !

Des Alpes à la Sicile
Partout est Legnano
Chaque homme de Ferruccio
A le cœur, a la main
Les enfants d'Italie
S'appellent Balilla,
Le son de chaque cloche
A sonné les Vêpres.

Sont des joncs qui ploient
Les épées vendues
L’Aigle d'Autriche
A déjà perdu ses plumes
Il a bu le sang d’Italie,
Le sang Polonais,
avec le cosaque,
Mais cela lui a brûlé le cœur.

  Serrons-nous en cohortes
  Nous sommes prêts à la mort
  Nous sommes prêts à la mort
  L’Italie appelle.
  Serrons-nous en cohortes
  Nous sommes prêts à la mort
  Nous sommes prêts à la mort
  L’Italie appelle !

Notes[modifier | modifier le code]

  1. On retrouve également la version suivante avec siamo au lieu de fummo : Noi siamo da secoli.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

  1. Nicola Piovani dans l'article « non è grande musica ma parka ai bistro cuori », Ls Repubblics du jeudi 16 novembre 2017, p. 33.