Frantz Jourdain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Frantz Jourdain
Image dans Infobox.
Frantz Jourdain en 1923
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 87 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Formation
Activité
Enfant
Autres informations
Maître
Distinction
Archives conservées par
Archives départementales des Yvelines (166J, Ms 4254-57, 6034-41, 8890-92, 15 pièces, -)[1]Voir et modifier les données sur Wikidata
signature de Frantz Jourdain
signature

Frantz Jourdain, né Calixte Raphaël Marie Ferdinand le à Anvers et mort le dans le 16e arrondissement de Paris, est un architecte, critique d'art et homme de lettres d'origine belge et naturalisé français[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1857, lorsque la famille vit rue des Fossés-Saint-Victor, son professeur particulier est Jules Valles. En 1862, Frantz Jourdain passe son baccalauréat après des études au collège Stanislas de Paris. En 1866, il entre à l'atelier Daumet à l'École nationale supérieure des beaux-arts de Paris.

En 1881, il réalise l'immeuble de l'Imprimerie nouvelle, rue Cadet. Il rencontre Ernest Cognacq, le propriétaire des magasins de La Samaritaine, qui lui confie l'ensemble des travaux de ceux-ci : de 1883 à 1902, il mène les travaux d'adaptation des immeubles existants. Puis il organise les travaux du château des Chougnes et de celui de Bouffémont[3], restaure celui de La Roche-Guyon, travaille sur des immeubles de rapport rue Galilée, rue Hamelin, rue de la Fontaine-du-But, réalise le magasin de décors du théâtre des Nouveautés, rue Marcadet, pour M. Micheau.

Il est proche des fondateurs de « L'Art pour tous », un groupe lié à la Fédération des universités populaires, fondé en , par Édouard Massieux, et Louis Lumet[4].

Avec Alcanter de Brahm, Émile Straus, René Ghil, Marcel Batilliat et Édouard Louis Sarradin, Jourdain est nommé, au début de l'année 1902, membre de la commission provisoire de la « Société du nouveau Paris » bientôt rebaptisée « Le Nouveau Paris », ayant pour objet de « créer un profil moderne au Paris futur »[5].

En 1903, il est le fondateur et le président des Salons d'automne. De 1903 à 1907, il construit le magasin no 2 de la Samaritaine, et en 1910, il rénove le magasin no 1. De 1910 à 1912, il bâtit l'immeuble de la Semeuse rue du Louvre et, deux ans plus tard, le magasin de la Samaritaine de luxe, joyau de l'Art nouveau, boulevard des Capucines.

De 1922 à 1928, il réalise avec Henri Sauvage (1873-1932), l'agrandissement vers la Seine du magasin no 2 de la Samaritaine, et de 1930 à 1932, les magasins no 3 et 4. Il est également le premier président de la Société des architectes modernes, fondée par Hector Guimard en 1922.

Il est élevé à la dignité de grand officier de la Légion d'honneur en 1926. Ses insignes lui ont été remis par Albert Besnard[6].

Il est le père de Francis Jourdain, le créateur de meubles, dont Besnard réalisera le portrait en 1892.

Albert Besnard, sur qui il a écrit, réalise son portrait en 1904 (collection particulière).

Sépulture de Frantz Jourdain[7]

Sa sépulture se trouve au cimetière du Montparnasse à Paris

Livres de Frantz Jourdain[modifier | modifier le code]

  • Frantz Jourdain, Le Peintre Albert Besnard, Boussod-Valadon, Paris, 1888.
  • Frantz Jourdain, Les décorés, ceux qui ne le sont pas, H. Simonis Empis, 1895.
  • De choses et d'autres, 1902.
  • Frantz Jourdain, Robert Rey, coll. « L'Art décoratif moderne », La Connaissance, Paris, 1923.
  • Frantz Jourdain, Robert Rey, « Le Salon d'Automne » in L'Art et la Vie, Paris, 1926.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Meredith L. Clausen, Frantz Jourdain and the Samaritaine : Art Nouveau theory and criticism, Leiden, E.J. Brill, , 330 p. (ISBN 90-04-07879-7, OCLC 27266259, lire en ligne)
  • Marianne Clatin, « Frantz Jourdain (1847-1935), architecte, critique d’art et homme de lettres » (thèse), 2000 (lire en ligne)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « http://archives.yvelines.fr/arkotheque/consult_fonds/index.php?ref_fonds=32 », sous le nom FRANTZ-JOURDAIN (consulté le )
  2. Biographie Encyclopédie Universalis
  3. Dit « château Empain », propriété du baron Empain.
  4. « Louis Lumet, L’Art pour tous, 1904 », dans Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dirigé par), L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources, INHA, 2014, en ligne.
  5. « Le Nouveau Paris », Le Rappel,‎ , p. 2 (lire en ligne)
  6. « Dossier dans l'ordre de la Légion d'honneur de Calixte Raphaël Jourdain dit Frantz », base Léonore, ministère français de la Culture
  7. « Adresse Frantz JOURDAIN - Staroad, les célébrités du 19e et 20e siècle » (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :