Frantz Funck-Brentano

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Funck-Brentano.
Frantz Funck-Brentano
Frantz Funck-Brentano 02.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 84 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Conjoint
Alice Regray (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Christian Funck-Brentano (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Parti politique
Membre de
Distinctions
signature de Frantz Funck-Brentano

signature

Frantz Funck-Brentano à la bibliothèque de l'Arsenal.

Frantz Funck dit Frantz Funck-Brentano, né au château de Munsbach (Luxembourg) le et mort à Montfermeil le , est un archiviste, conservateur de la bibliothèque de l'Arsenal, historien et dramaturge français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Théophile Funck (1830-1906), docteur en médecine d'origine luxembourgeoise, inspecteur des ambulances et chef du service des champs de bataille en 1871, attaché au cabinet du Ministre des finances en 1885, économiste, professeur à l'école de Sciences politiques, et de Sophie Brentano, mariés à Aschaffenbourg en 1861, Frantz nait au château de Munsbach que sa famile possédait. Il a une soeur Claudine Funck (1863-1922) qui est poétesse[1], et un frère Louis Funck-Brentano (1867-1946), médecin à Paris. De son mariage en 1885 avec Alice Regray (1862-1919), il a une fille Sophie Funk, qui est la mère du ministre des Affaires étrangères Claude Cheysson, deux fils Léon Funck (1890-1916), médecin, et Théphile Funck (1892-1916), aviateur, tous deux tués à la guerre, et un troisième fils Christian Funck Brentano (1894-1966) membre du cabinet du Maréchal Lyautey, puis attaché de presse de De Gaulle, cofondateur avec Hubert Beuve-Méry du journal Le Monde.

Diplômé de l'École des chartes, Frantz Funck-Brentano est en 1885, nommé conservateur à la Bibliothèque de l'Arsenal (dont il ne fut jamais directeur).

D'abord spécialisé dans le Moyen-Âge, il a dressé le catalogue des manuscrits diplomatiques relatifs aux cours étrangères pendant le règne de Philippe le Bel. Il porte ensuite son intérêt sur l'histoire de la fin de l'Ancien Régime à cause du fonds des archives de la Bastille qui se trouve à la Bibliothèque de l'Arsenal, dont il établit le catalogue exhaustif, et qui représente une source inestimable pour l'histoire. La spécificité de ce fonds l'a conduit à s'intéresser à toute l'histoire de l'Ancien Régime sous ses aspects les plus divers : il en étudie aussi bien les institutions que les particularités, ainsi que des personnages et des affaires célèbres dont il a fait le sujet de livres très documentés qui ont remporté de grands succès de librairie.

En 1900, il devient professeur remplaçant au Collège de France, dans la chaire d'Histoire des législations comparées où il traita de la formation des villes dans l'Europe occidentale.

En 1905, il est désigné comme premier conférencier de la Fédération de l'Alliance française aux États-Unis. Dans le même temps, il était chargé par le gouvernement français d'étudier la diffusion de la littérature française aux États-Unis et au Canada, ainsi qu'à Cuba. C’est en cette qualité que le 14 janvier 1905, il parle devant le président Theodore Roosevelt à la Maison-Blanche. À son retour, il est nommé chevalier de la Légion d'honneur. En 1909, devant les cercles français d'Autriche-Hongrie, à Vienne, à Prague et à Budapest, il traite de l'histoire de Paris à travers les âges. Par la suite, il est plusieurs fois conférencier de l'Alliance française, en Hollande, en Angleterre, en Danemark, Suède et Norvège, en Roumanie et en Russie. En 1907, l'Académie des inscriptions et belles-lettres lui décerna l’important prix Berger pour l'ensemble de ses travaux sur l'histoire parisienne.

Élu membre de l'Académie des sciences morales et politiques en 1928, il est également président de la Société des études historiques.

Parallèlement à ses travaux d'érudition, Funck-Brentano mène une carrière littéraire (livrets, pièces de théâtre, ouvrages de vulgarisation historique) et journalistique : il collabore notamment à Minerva (revue d'histoire et de critique littéraire nationaliste et monarchiste), à la Revue d'Action française puis à L'Action française de Charles Maurras.

En mai 1920, il est nommé membre du comité directeur de la Ligue des patriotes présidée par Maurice Barrès[2]. Cet engagement à l'extrême droite se traduit également dans son œuvre. Les premières pages de son Marat, ou le mensonge des mots s'appuient sur les recherches de Georges Walter qui donnent à son père Jean Mara un nom est des origines « sémites » à Cagliari en Sardaigne qu'il a quittée à une époque où se déchaîna l'antisémitisme pour épouser à Genève une calviniste, Louise Cabrol, en prenant comme témoins Paul-Abraham Mendès, avec des thématiques antisémites classiques de l'époque.

L'un de ses fils, Christian Funck-Brentano (1894-1966), compte parmi les fondateurs du journal Le Monde. Un autre, Claude Théophile, né le 27 juillet 1892, qui est sous les drapeaux dès le 11 août 1914, est tué à l'ennemi comme aviateur sur le front des Vosges le 25 juin 1916. Sa mémoire est honorée à Pair-et-Grandrupt.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • La Mort de Philippe le Bel, étude historique, Paris, A. Picard, 1884
  • Les Archives de la Bastille. Rapport à M. l'Administrateur de la Bibliothèque de l'Arsenal, 1887
  • Philippe le Bel et la noblesse franc-comtoise, Nogent-le-Rotrou, Imprimerie de Daupeley-Gouverneur, 1888
  • Introduction et notes au Traicté d'économie politique d'Antoine de Montchrétien (1615), 1889
  • Documents pour servir à l'histoire des relations de la France avec l'Angleterre et l'Allemagne sous le règne de Philippe le Bel, études critiques, 1889
  • Les Archives de la Bastille: la formation du dépôt, 1890
  • L'Homme au masque de velours noir dit Le Masque de fer, Paris, 1894
  • Catalogue des manuscrits de la Bibliothèque de l'Arsenal, 1894
  • Les Lettres de cachet en blanc, 1895
  • Les Origines de la Guerre de Cent ans, Philippe le Bel en Flandre, 1897, Paris, Honoré Champion
  • Le Drame des poisons, études sur la société du XVIIe siècle et la cour de Louis XIV, Paris, Hachette, 1899
  • La Prise de la Bastille (1789, 14 juillet), Paris, Fontemoing, 1899
  • L'Affaire du collier, Paris, Hachette, 1901
  • La Mort de la reine, les suites de l'affaire du collier, Paris, Hachette, 1901
  • Les Lettres de cachet à Paris : étude, suivie d'une liste des prisonniers de la Bastille (1659-1789), Paris, Imprimerie nationale, 1903
  • La Bastille des comédiens : le For l'Évêque, Paris, Fontemoing, 1903
  • Les Brigands, 1904, Paris, Hachette
  • Mandrin, 1904, Paris, Hachette
  • Mandrin, capitaine général des contrebandiers de France, 1908
  • Mandrin et les contrebandiers : mémoires inédits, Paris, Fayard, S. d.
  • Restif de la Bretonne, professeur d'histoire à Moulins, 1911
  • L'Île-Saint-Louis et l'Arsenal, 1925
  • L'Île de la Tortue, La Renaissance du Livre, 1929, rééd. librairie Jules Tallandier, 1979.
  • La Bibliothèque de l'Arsenal, avec Paul Deslandes, 1930
  • L'Hôpital de Bicêtre, 1938
  • Les origines de l'Histoire de France, Paris, Hachette
  • Légendes et archives de la Bastille, Paris, Hachette
  • Les Nouvellistes, avec Paul d'Estrée, Paris, Hachette
  • Figaro et ses devanciers, avec Paul d'Estrée, Paris, Hachette
  • Les lettres de cachet, Paris, Hachette
  • La Renaissance, Paris, Librairie Fayard
  • L'Ancien Régime, Paris, Librairie Fayard
  • Luther, Paris, Librairie Grasset,
  • La Cour du Roi-Soleil, Paris, Librairie Grasset
  • Lucrèce Borgia, Paris, éditions de la Nouvelle Revue Critique
  • Liselotte, duchesse d'Orléans, Paris, éditions de la Nouvelle Revue Critique
  • Scènes et tableaux de la Révolution, Gautier-Languereau, 1934
  • Ce qu'était un Roi de France, Paris, Hachette, 1940
  • Marat, ou le mensonge des mots, Paris, éditions Bernard Grasset, 1941
  • Le Moyen Âge, 1943, Paris, Hachette, collection de l'Histoire de France racontée à tous
  • Jeanne d'Arc, chef de guerre, 1943
  • Féodalité et chevalerie, Paris, Éditions de Paris, 1946

Source[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Alphonse Séché, Les muses françaises: anthologie des femmes-poètes, tome I, 1200 à 1891 / morceaux choisis accompagnés de notices bibliographiques, Paris, Louis-Michaud, 1908
  2. La Presse, 28 mai 1920, p. 2.

Liens externes[modifier | modifier le code]