Frans van der Lugt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Frans van der Lugt
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 75 ans)
HomsVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Religion
Ordre religieux
Distinction

Frans van der Lugt, né le à La Haye (Pays-Bas) et mort assassiné le à Homs (Syrie), est un prêtre jésuite néerlandais, missionnaire en Syrie. La cause pour sa béatification est ouverte en 2019.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille nombreuse de 7 enfants, il perd ses grands-parents maternels lors du bombardement de La Haye du [1].

D'abord élève au collège Saint-Ignace (Sint-Ignatiuscollege) d'Amsterdam, il entre en 1959 au noviciat des jésuites Mariëndaal à Velp (Brabant-Septentrional). De 1961 à 1964, il étudie au philosophat des jésuites Berchmanianum à Nimègue.

Ensuite, il part au Proche-Orient. D'abord au Liban, où il étudie l'arabe et le dialecte libanais à Beyrouth. À partir de 1966 il se trouve en Syrie où il passe son régendat dans diverses communautés jésuites, notamment celle de Homs[2].

De 1968 à 1972 il fait ses études de théologie au théologat de Fourvière, près de Lyon, où il est également ordonné prêtre en 1971. En 1972 il commence des études de psychologie à l'Université Lumière Lyon-II et soutient, en 1976, sa thèse: L'image du prêtre marié et du prêtre célibataire dans la communauté maronite libano-syrienne[3],[4].

Mission[modifier | modifier le code]

De retour en Syrie, il réside à Alep de 1976 à 1987. Durant ces années 1980, il utilise ses compétences de psychothérapeute pour ouvrir le centre Al Ard à Qousseir (Kseer, Al-Qusayr) près de Homs afin d'accueillir des handicapés mentaux et contribuer au dialogue interreligieux[5]. De 1987 à 1993 il est en poste à Damas, avant d'être transféré à Homs[6].

En 2011, au début des conflits syriens, il doit quitter Al Ard[7], mais choisit de rester dans Bustan al-Diwan, le quartier chrétien de Homs[8] et ouvre le centre aux victimes de la guerre[9].

En , il lance un appel dans une vidéo mise en ligne sur YouTube, où il décrit la difficile situation à Homs pendant le siège[10]. En février, dans une rare entrevue donnée à la presse, il affirme : « le peuple syrien m'a tant donné, tant de gentillesse, tant d'inspiration, et tout ce que je possède. Maintenant qu'il souffre, je dois partager sa peine et ses difficultés. [...] Je suis le seul prêtre et le seul étranger à être resté. Mais je ne me sens pas comme un étranger, mais comme un arabe parmi les arabes» ».

Assassinat[modifier | modifier le code]

Le , il est enlevé et tué par des hommes armés, dans le jardin du monastère de Homs[10],[5]. Selon Talal al-Barazi, dirigeant du gouvernorat de Homs, son assassinat a été commis par des membres du Front al-Nosra[11]. Le lendemain il est enterré au monastère de Bustan al-Diwan[10],[12].

Honneurs[modifier | modifier le code]

Cause en béatification[modifier | modifier le code]

À l'occasion de la cérémonie commémorant cinquième anniversaire de sa mort, le père Arturo Sosa, général des Jésuites, annonce le à Homs l'ouverture de son procès en béatification[16].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Herdenking pater Frans van der Lugt SJ in : Jezuiten, nr. 38, été 2014
  2. (en)Dutch priest keeps faith in Syria's besieged Homs, interview menée par l'AFP, publiée sur le site de l'OSDH le 2 avril 2014.
  3. Informations bibliographiques de la thèse du père sur Worldcat
  4. [1] PDF du Tome 1 (typescript) de la thèse]; la thèse contient les données de son scolasticat jésuite, p. 41.
  5. a et b Jésuite tué à Homs, note publiée sur le site News.va.
  6. In Memoriam, Pater Frans van der Lugt (1938-2014), in : Jezuiten, nr. 38, été 2014
  7. http://www.hss.de/jordan/en/partners/al-ard.html Al Ard sur le site du Hans Seidel Stiftung
  8. Après l’assassinat du Père Van der Lugt, les chrétiens continuent à prier et à réfléchir sur le martyr, note publiée sur le site News.va
  9. (en)Long a Survivor in Syria, a Dutch Priest Is Slain, article sur le site du New York Times, écrit par Anne Barnard et publié le 7 avril 2014.
  10. a b et c (en)Father Frans van der Lugt - obituary, article publié le 20 avril 2014, sur le site du Telegraph
  11. (nl)Pater Frans van der Lugt doodgeschoten in Homs, article sur le site du Volkskrant, écrit par Irene de Zwaan et publié le 7 avril 2014.
  12. Syrie : un père jésuite néerlandais sauvagement assassiné à Homs, Le Figaro, 7 avril 2014.
  13. Algemeen Nederlands Persbureau, Profiel: 'Van der Lugt bleef Syriërs trouw tot de dood, site Nu.nl, 7 avril 2014
  14. http://zendingsraad.nl/media/upload/files/Persbericht%20Bonhoeffer-onderscheiding(1).pdf
  15. (en) Doreen Abi Raad, Jesuit Priest’s Legacy Continues Forward at Beirut School for Refugees, in: National Catholic Register, 4 mai 2015
  16. La Croix, 8 avril 2019.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (nl) Paul Begheyn SJ (red.), Frans van der Lugt SJ (1938-2014), bruggenbouwer en martelaar in Syrië, Nijmegen, Valkhof Pers, 2015, (ISBN 9789056254490).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]