Frans Post

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Frans Post
Frans Post 001.jpg
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 67 ans)
HaarlemVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Fratrie

Frans Jansz Post, né le à Leyde et mort le 17 février 1680 à Haarlem, est un peintre néerlandais de l'école paysagiste hollandaise.

Comptoir hollandais du Pernambouc - Détail de la carte géographique de la préfecture de Pernambouc, d'après une illustration de Frans Post

Biographie[modifier | modifier le code]

Il apprend probablement la peinture auprès de son père. Son frère est Pieter Post (1608-1669) l'architecte favori des princes de Nassau, qui le recommande au comte Johan Maurits van Nassau-Siegen, gouverneur des provinces du Nord-Est brésilien. Il fait ainsi partie avec le peintre Albert Eckhout, de l'équipe constituée par Willem Piso, chargée de documenter les chefs-lieux hollandais de la région, sous l'angle topographique[1]. Il est le premier européen à réaliser sur place des paysages du Nouveau Monde de 1637 à 1644 et signera de nombreuses peintures, mais participa également à la réalisation de cartes.

Il réalisa de nombreux dessins des colonies hollandaises, représentant des forts, des avants-postes militaires et des villages d'indigènes. En 1644 de retour à Haarlem, il entreprit d'illustrer les exploits de Nassau au Brésil, et disposait dans ses cartons d'une source infinie de renseignements[2]. Il contribua, par ses peintures de paysages, de plantes, d'animaux et d'indigènes, à populariser l'attrait de ces contrées lointaines et nouvelles.

Vue de l'île d'Itamaracà au Brésil, 1637
Mauritshuis, La Haye

Ses œuvres[modifier | modifier le code]

Une série de 27 de ses peintures furent offertes à Louis XIV par de Nassau-Siegen auxquelles furent ajoutés ultérieurement 7 autres tableaux. Certaines pièces ont disparu et d'autres ont été vendues. Il en subsiste aujourd'hui seulement huit conservées au Musée du Louvre, un au Mauritshuis de La Haye, un dans la collection Cisneros à New-York et un à l'Institut Ricardo Brennand de Recife. Pedro Corrêa do Lago. Le commissaire brésilien de l'exposition de 2005 : « Frans Post (1612-1680), le Brésil à la cour de Louis XIV », réalisée par le Musée du Louvre, a souligné que Frans Post n'aurait pas souffert d'un tel dédain s'il avait représenté la vallée de l'Hudson ou Long Island, dans le sillage des Hollandais installés sur l'île de Manhattan en 1626.

Plantation de canne à sucre avec chapelle.

Une partie de ses tableaux furent peints sur place et les autres après son retour en Hollande. Il est cependant curieux de constater que sur les tableaux peints sur place, les ciels sont étrangement gris, alors que sur les tableaux peints en Europe, les ciels sont bleus et les palmiers triomphants. Ces tableaux sont des témoignages uniques de la vie des colons portugais, des paysages brésiliens, de la faune et de la flore, mais elles n'ont pas connu la même postérité que celles, plus "exotiques" de son collègue Albert Eckhout.

  • Vue d'Itamaraca, 1637, huile sur toile, 63 × 88 cm, Mauritshuis, La Haye, prêt du Rijksmuseum[3]
  • Paysage brésilien, huile sur bois, 61 × 91 cm, Metropolitan Museum of Art, New York[2]
  • Une habitation de planteurs près de la rivière Paraïba au Brésil, 1650-1655, huile sur toile, 104 × 130 cm, Musée du Louvre, Paris[1]
  • Indiens chassant dans un paysage brésilien, 1660..., 53 × 44 cm, Collection, vente Christie's Amsterdam 7 mai 1997[4]

Conservation[modifier | modifier le code]

D'autres œuvres de la main de Frans Post — 140 répertoriées au total — se trouvent dans d'autres collections :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Dominique Blanc, « Actualités - Paris », Connaissance des Arts, no 631,‎ , p. 24
  2. a et b Matthew Armstrong, L’Europe de 1600 à 1750 : par les conservateurs du Metropolitan Museum of Art, Gründ, , 159 p. (ISBN 2-7000-2058-8), p. 93
  3. James Stourton, Petits Musées, grandes collections : Promenade à travers l’Europe, Scala, (ISBN 2-86656-327-1), p. 155
  4. « Adjugé », L’Objet d’Art, no 316,‎ , p. 16

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :