Frans II Francken

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne Frans Francken le Jeune. Pour son père du même nom, voir Frans I Francken. Pour les autres personnages ayant porté ce nom de famille, voir Franken (homonymie).
image illustrant un peintre image illustrant néerlandais
Cet article est une ébauche concernant un peintre néerlandais.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Frans II Francken
Frans Francken II by Anthony van Dyck.jpg

Portrait de Frans Francken le Jeune, par Antoine van Dyck, entre 1627 et 1641.

Naissance
Décès
Activité

Frans II Francken, ou Frans Francken le jeune, né en 1581 à Anvers où il meurt le , est un peintre flamand des Pays-Bas.

Biographie[modifier | modifier le code]

Frans Francken le jeune fait partie d'une famille de peintres active à Anvers[1] durant cinq générations aux XVIe et XVIIe siècles. Il est le quatrième fils, et le plus réputé de Frans Francken I l'Ancien dont il fut l'élève[2], et il est difficile de différencier leurs contributions respectives, car leur style sont très proches.

Il fut propriétaire d'un des ateliers de peinture les plus prospères de la ville, où furent employés ses fils Ambrosius et Frans III[3]. En 1605, il fut nommé maître de la guilde des peintres d'Anvers et en 1614, il en devint le doyen.

Sa production comprend essentiellement des tableaux de petites dimensions traitant souvent de sujets mythologiques ou allégoriques et de scènes historiques et religieuses, parfois copiés avec quelques variantes. Il peint aussi des paysages et des natures mortes, toujours réalisés selon une technique si raffinée qu'elle rencontra le succès auprès des collectionneurs. Il réalisa également quelques retables peints à Anvers[2].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Chronologie[modifier | modifier le code]

  • 1555 : Allégorie de l'abdicationde l'empereur Charles V à Bruxelles, le 25 octobre 1555, bois, 134 × 172 cm, Rijksmuseum Amsterdam[4]

Autres lieux de conservation[modifier | modifier le code]

en Allemagne :

en Belgique :

en Espagne :

aux États-Unis :

  • Le triomphe de Neptune et Amphitrite[8], au Ringling Museum of Art, à Sarasota.

en France :

en Italie :

  • Le banquet des dieux[10], à Milan.

aux Pays-Bas :

Collections privées

  • Le passage de la Mer Rouge, huile sur cuivre, 50,5 par 63,5, à Versailles, le tableau sera mis en vente publique,à Amsterdam, par Sotheby's en novembre 2011.
  • L'Homme à la croisée des chemins entre le vice et la vertu, huile sur bois, 1,42 par 2,10 m, vente chez Dorotheum, à Vienne, le 21 avril 2010, adjugé 7 022 300 euros, acheté 12 millions par le musée des Beaux-arts de Boston. [2]. Provenance: cadeau de la ville d'Anvers à Peter Joseph Franken-Siersdorf, évêque d'Anvers puis famille Sierstorpff, château de Driburg, Westphalie..

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Arbre généalogique de la famille Francken[1]
  2. a et b Maria Cecilia Fabbri, « Biographies », dans Mina Gregori, Le Musée des Offices et le Palais Pitti, Paris, Editions Place des Victoires, (ISBN 2-84459-006-3), p. 645
  3. Frans III
  4. Emile Meijer, Les Trésors du Rijksmuseum Amsterdam, Scala Books, (ISBN 2-86656-022-1), p. 45
  5. Mina Gregori, Le Musée des Offices et le Palais Pitti : La Peinture à Florence, Editions Place des Victoires, (ISBN 2-84459-006-3), p. 532
  6. a et b Vincent Pomarède, 1001 peintures au Louvre : De l’Antiquité au XIXe siècle, Musée du Louvre Editions, , 589 p. (ISBN 2-35031-032-9), p. 425
  7. Salomon, Getty
  8. Le siècle de Rubens, catalogue d'exposition, Bruxelles, Musées royaux des beaux-arts de Belgique, 1965, p. 85.
  9. Le siècle de Rubens, catalogue d'exposition, Bruxelles, Musées royaux des beaux-arts de Belgique, 1965, p. 85-86.
  10. Le siècle de Rubens, catalogue d'exposition, Bruxelles, Musées royaux des beaux-arts de Belgique, 1965, p. 84.
  11. Le siècle de Rubens, catalogue d'exposition, Bruxelles, Musées royaux des beaux-arts de Belgique, 1965, p. 86-87.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :