Frans Banning Cocq

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Frans Banning Cocq
Image dans Infobox.
Fonctions
Bourgmestre d'Amsterdam
-
Bourgmestre d'Amsterdam
-
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Activité
Conjoint
Maria Overlander van Purmerland (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Propriétaire de
Album amicorum of Frans Banninck Cocq (1605-1655), lord of Purmerend and Ilpendam (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Membre de
Amsterdam Vroedschap (d) (-)Voir et modifier les données sur Wikidata
Œuvres principales
Album amicorum of Frans Banninck Cocq (1605-1655), lord of Purmerend and Ilpendam (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Frans Banning Cocq, personnage central de La Ronde de nuit de Rembrandt.

Frans Banning Cocq est un chevalier et un bourgmestre d'Amsterdam[1] de la première moitié du XVIIe siècle. Il serait né en 1605 et mort en 1655. Cet homme politique amstellodamois est surtout connu pour être la figure centrale de la célèbre toile La Ronde de nuit (1642) de Rembrandt.

Éléments biographiques[modifier | modifier le code]

Frans Banning Cocq était l'unique fils de Jan Cocq, un pharmacien d'Amsterdam. Après des études de droit en France, il retourne dans sa ville d'origine pour y devenir capitaine dans l'armée. Il se marie avec Maria Overlander (1603-1678)[2], dame libre de Purmerland et Ilpendam[3]. en 1630. Le château de Ilpenstein était le domaine du couple. En 1632 il devient commissaire d'un collège puis bourgmestre régent d'Amsterdam (soit maire). Sa tombe se situe à Amsterdam dans l'Oude Kerk.

Banning Cocq est aujourd'hui connu pour avoir commandé la toile La Ronde de nuit au célèbre peintre hollandais Rembrandt van Rijn qui en a fait le personnage principal entouré de la compagnie civile de gardes qu'il commandait. Le titre original de la toile est en fait La Compagnie du capitaine Frans Banning Cocq et du lieutenant Willem van Ruytenburch. Le tableau fut peint en 1642 et est exposé au Rijksmuseum d'Amsterdam.

Chanson[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Claude Dhomps,Le Diamant de Rembrandt ou l'incroyable puissance du symbole, Nice, Bénévent, 2004
  • (en) Harry Berger, Jr, Manhood, marriage, mischief : Rembrandt's “Night Watch” and other Dutch group portraits, New York, Fordham University Press, 2007

Liens externes[modifier | modifier le code]