Frank J. Wilson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Frank J. Wilson
Frank-J-Wilson.jpg
Photo de Frank J. Wilson
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Autres informations
A travaillé pour

Frank J. Wilson (né le à Buffalo et mort le à Washigton) est un directeur de l'US Secret Service et un ancien agent du fisc, connu pour avoir permis la condamnation pour fraude fiscale du gangster Al Capone en 1931.

Ayant rejoint l'unité de renseignement de l'Internal Revenue Service (l'équivalent du fisc aux États-Unis), Wilson, ancien comptable, fait sa réputation au moment de la Prohibition en se présentant comme un agent du fisc très rigoureux, voire obsessionnel.

L'affaire Al Capone[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

En 1928, Wilson est assigné par Elmer L. Irey, chef de la branche « exécution » du fisc, pour s'occuper d'une nouvelle enquête fédérale concernant le gangster Al Capone pour évasion fiscale. Bien que de précédentes charges pour racket pesant sur Al Capone aient été infructueuses, Irey pense que Capone pourrait être poursuivi sur la base de la jurisprudence de la Cour Suprême américaine en date de 1927, selon laquelle toutes les sources de revenus, y compris celles provenant d'activités occultes, devraient être soumises à l'impôt sur le revenu.

Cependant, comme Capone ne déclarait ni ses impôts, ni son patrimoine, ni ses rentrées d'argent, et ne tenait aucun relevé de comptes et n'émettait pas de reçus, ses revenus ne pouvaient être évalués. Dès lors, l'estimation des gains et dépenses du gangster étant devenue cruciale, Wilson s'est arrangé pour infiltrer son organisation l'« Outfit de Chicago », par le biais de plusieurs agents fédéraux. L'objectif était de glaner des informations sur les affaires de Capone dans la contrebande d'alcool, les paris illégaux, et autres activités occultes.

Wilson lui-même s'installa à Chicago avec sa femme, dans l'hôtel Sheridan Plaza, en se faisant passer pour des touristes. La femme de Wilson n'était pas tenue au courant des détails de son assignation, sachant uniquement que son mari enquêtait sur les finances d'un certain « Curly Brown » (un alias d'Al Capone). Wilson passa donc les trois prochaines années à collecter des informations sur les affaires financières du gangster, en traquant notamment une foule de comptables et de gestionnaires.

Étant prévenu de l'enquête de Wilson, Al Capone, nerveux, ordonna à cinq hommes de main de le tuer. Les autorités fédérales découvrirent le contrat et, via un ancien mentor de Capone, Johnny Torrio, convainquirent Capone de l'annuler malgré ses réticences.

À l'issue de l'enquête de Wilson, qui a révélé des millions de dollars de revenus non déclarés, Capone fut condamné à 11 ans d'emprisonnement, alors qu'il restait jusqu'alors intouchable[1].

Un article qu'il a écrit, Undercover Man: He Trapped Capone, a servi de base au film Le Maître du gang avec Glenn Ford, sorti en 1949. Dans le film Les Incorruptibles de Brian De Palma avec Kevin Costner en Eliot Ness et de Niro en Al Capone, sorti en 1987, le personnage Oscar Wallace (incarné par Charles Martin Smith) s'inspire de Frank J. Wilson.

Carrière ultérieure[modifier | modifier le code]

Wilson a pris part à l'équipe d'investigation concernant l'enlèvement de Lindbergh. Certaines sources indiquent que Wilson insista pour traquer les numéros de série sur le certificat or utilisé pour l'argent de la rançon (qui finalement mena à l'arrestation et la condamnation de Bruno Hauptmann)[2].

En 1936, Wilson fut nommé directeur de l'US Secret Service. Il résista aux tentatives de J. Edgar Hoover durant les années 1940 de transférer le Secret Service du département de la Justice à la juridiction du FBI. Il élimina presque totalement la production et la diffusion de la monnaie contrefaite au travers d'un programme national éducatif jusqu'à sa retraite en 1947. Durant sa direction, il initia également des pratiques en matière de sécurité présidentielle qui sont devenues depuis des procédures standards[réf. nécessaire].

Frank J. Wilson mourut au Georgetown University Hospital à Washington, le 22 juin 1970, à l'âge de 83 ans.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Jonathan Eig, Get Capone: The Secret Plot That Captured America's Most Wanted Gangster, Simon and Schuster, (ISBN 9781439199893), p. 372

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Melanson, Philip H. and Peter F. Stevens. The Secret Service: The Hidden History of an Enigmatic Agency. New York: Carroll & Graf Publishers, 2003. (ISBN 0-7867-1251-1)
  • Roth, Mitchel P. Historical Dictionary of Law Enforcement. Westport (Connecticut): Greenwood Press, 2000. (ISBN 0-313-30560-9)
  • Spiering, Frank. The Man Who Got Capone. Indianapolis: Bobbs-Merrill, 1976.
  • Wilson, Frank J. and Beth Day. Special Agent: A Quarter-Century with the Treasury Department and the Secret Service. New York: Holt, Rinehart and Winston, 1965.
  • Kelly, Robert J. Encyclopedia of Organized Crime in the United States. Westport (Connecticut): Greenwood Press, 2000. (ISBN 0-313-30653-2)
  • Phillips, Charles and Alan Axelrod. Cops, Crooks, and Criminologists: An International Biographical Dictionary of Law Enforcement Updated Edition. New York: Checkmark Books, 2000. (ISBN 0-8160-3016-2)
  • Sifakis, Carl. The Mafia Encyclopedia. New York: Da Capo Press, 2005. (ISBN 0-8160-5694-3)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]